Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Deuxième film de la trilogie de "Mick Travis" de Lindsay Anderson, après "If...." et avant "Britannia Hospital", "Le meilleur des mondes possibles" ("O Lucky Man!" en VO) est peu à peu tombé dans un oubli presque total au fil des années. De Lindsay Anderson - l'un des cinéastes les plus importants du Free cinema UK de ce que j'en sais - je n'avais vu que "If....", film sorti dans le contexte des événements de 1968, ce qui en fait sa principale force. Néanmoins cette première incursion dans le cinéma d'Anderson ne m'avait pas emballé. La présence dans ce deuxième film de Malcolm McDowell (qui joue dans Mick Travis dans les trois films, qui n'ont pourtant aucun véritable lien à part le nom de leur protagoniste et son interprète) a été la principale raison de ma motivation pour le voir, d'autant plus que le film semblait assez long - trois bonnes heures.

La comparaison avec le Candide de Voltaire est évidente (rien que le titre français vous me direz...), et saute aux yeux dès le second acte terminé. On suit un jeune premier qui va, au gré de ses aventures et de ses rencontres, traverser tous les domaines et les couches de la société anglaise de l'époque. On passe d'un laboratoire aux expériences dignes du docteur Moreau, jusqu'au cabinet d'un puissant industriel londonien. Par ces multiples péripéties, Lindsay Anderson décortique son époque, proposant un film engagé qui en met plein la gueule à un peu tout et n'importe quoi : de la science à la politique, en passant par la corruption, la justice, la pauvreté, l'exploitation du Tiers Monde, la guerre, la société de consommation et la hiérarchie sociale. Notre Candide moderne va devoir affronter la réalité d'un monde qu'il regardait auparavant d'un air souriant et niai.

Pas que "Le meilleur des mondes possibles" soit très subtil, le film est même relativement lourd dans sa démarche (faut pas s'appeler Einstein pour comprendre les sous-textes du film), mais la forme du film, classe à l'anglaise, le charisme de McDowell et l'aspect détendu du produit rendent le tout très facile à regarder, les trois heures passent très vite et tout s'enchaîne très bien jusqu'au fantastique final, où on hésite entre pleurer et « Smile ! ». Un très bon film, largement supérieur à "If...." et qui prouve à quel point McDowell n'a décidément pas assez tourné de film quand il était jeune (parce que je prends pas en compte les moments où il grogne dans "Community").

Si il est aujourd'hui quasiment impossible de se procurer le film par des moyens légaux (tout ce qui a été édité, c'est un DVD au Royaume-Uni disponible à 40€ d'occasion), un feu site d' "introuvables" l'avait rendu disponible avant sa fermeture au début de l'année 2012, "Le meilleur des mondes possibles" est ainsi simple à retrouver sur notre merveilleuse toile, qui visiblement s'acharne à faire subsister des films que tout le monde aurait probablement oublié si elle n'était pas aussi nécrophile. Merci Internet.
Vivienn
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Films (re)vus en 2014 et Pépites méconnues et obscurs chef d'oeuvres

Créée

le 15 févr. 2014

Critique lue 1.2K fois

10 j'aime

2 commentaires

Vivienn

Écrit par

Critique lue 1.2K fois

10
2

D'autres avis sur Le Meilleur des mondes possibles

Le Meilleur des mondes possibles
KingRabbit
6

Orange mécanique 2, ou l'amorce du déclin de Malcolm McDowell

Deuxième opus de la trilogie "Mick Travis" de Lindsay Anderson, qui suit le très réputé "If...." (que je n'ai pas vu), et qui se conclut par le bien mauvais "Britannia Hospital", les histoires...

le 17 janv. 2016

9 j'aime

Le Meilleur des mondes possibles
Hey_Blondin
9

"I'm a passenger, and I ride and I ride..."

Entre Voltaire et Corneille, Brugess et Kafka, Lindsay Anderson nous entraine, pour la seconde fois, aux côtés de ce pauvre Michael Travis, dans des aventures plus invraissemblables les unes que les...

le 20 mai 2011

8 j'aime

1

Le Meilleur des mondes possibles
Fatpooper
5

Smile

Ha ok, c'est par le mec qui a fait "If...". Ben contrairement à ce que j'ai cru lors des 20 premières minutes, je n'ai pas plus apprécié ce film-ci. Le scénario démarre plutôt bien, on est dans de...

le 4 mars 2016

3 j'aime

5

Du même critique

Mr. Robot
Vivienn
10

Whitehat

USA Network n’a pas vraiment le pedigree d’une HBO ou d’une Showtime. Avec son audience vieillissante et ses séries sans prises de têtes, on peut dire que Mr. Robot ressemble à une anomalie dans la...

le 4 sept. 2015

272 j'aime

16

Avengers - L'ère d'Ultron
Vivienn
3

Nos héros

Le nouveau film MCU biannuel est donc le très attendu Avengers 2 – et encore, c’est un euphémisme. Après un premier volet (ou était-ce le sixième ?) globalement maîtrisé dans le style Marvel Disney,...

le 22 avr. 2015

228 j'aime

32

Stranger Things
Vivienn
4

Stand By Us

Dès sa longue introduction et son générique, Stranger Things donne le ton : on connaît cette musique, ces geeks à vélo et cette incursion du surnaturel dans le quotidien d’une campagne américaine. La...

le 15 juil. 2016

195 j'aime

19