Joli, mais y'a rien à bouffer.

Adam McKay signe la production de ce film, et on peut en sentir le fumet depuis ses cuisines : critique de la société moderne tellement fine qu'on s'étouffe avec, et si l'on a le malheur de vouloir faire passer le morceau en buvant une gorgée de scénario (cuvée post-covid), on se rend compte qu'il a autant de goût qu'un verre d'eau (mince, serait-ce le Delta ?). Dommage, vraiment dommage, car le trio en tête d'affiche nous affriolait les papilles depuis l'affiche dévoilée très tôt, mais force est de constater que si Anya Taylor-Joy continue de nous fasciner, Ralph Fiennes et Nicholas Hoult s'amusent à camper leurs personnages excessifs, on se confronte à un ensemble de personnages plus caricaturaux, on meurt. Le couple de vieux rupins qui s'ennuient, les jeunes entrepreneurs pédants, la star ratée, la critique de cuisine acariâtre et son toutou qui opine du bonnet à chaque argument culinaire qu'elle émet, et évidemment ce couple le plus mal assorti du siècle (la dame à bistrot copieux et le fanatique de cuisine gastronomique - qui nous soûle à chaque phrase, qu'on se le dise). Ce panel semble être la cible parfaite à un film d'horreur régressif où l'on se moque de ses personnages, tant qu'ils meurent bien à l'écran. Sauf que. C'est là que Le Menu nous a le plus déçu : il n'y a absolument rien à bouffer. L'exposition prend des plombes, on se réveille en sursaut à une heure de film quand enfin le premier mort (on ne vous spoilera pas qui) arrive, de façon très prévisible (la bâche... Ce n'était franchement pas nécessaire, un coup de serpillière en suivant, et on aurait gardé la surprise, alors qu'ici on attend en regardant sa montre que la scène-clé arrive...). D'ailleurs, la prévisibilité sera le petit pain qui accompagnera tout le menu, pour saucer sa médiocrité :

le garde-côtes qui a littéralement sous les yeux un homme à la main en sang et au visage tuméfié mais qui demande "Ça va bien, tout le monde ?" (allez, il est des leurs...

Combien de temps on va nous faire croire que ce n'est pas le cas ? Voyons à quel point on nous prend pour des buses...), la bâche (évoquée), le personnage tellement imbuvable de Hoult (vraiment too much)

qu'on sait qu'il n'arrivera pas au dessert (et pour ceux qui se le demandent : le steak du cheeseburger, ce n'est pas lui, vous accordez trop de crédit à ce film)

. Enfin, quand on nous demande de raconter l'intrigue, on précise qu'on s'est tellement ennuyé qu'on a certainement fait un autre film dans notre tête avec les éléments présents à l'écran : pour nous, c'est l'histoire d'un gastronome lambda (puisqu'il recevait de bonnes critiques),

qui est devenu maboule pendant le premier confinement

(tous les gros plans sur les books de réservation dans son bureau qui s'arrêtent à 2019... On en a conclu

qu'il a viré dingue et qu'il a préparé ce "Menu Final" pendant qu'il servait au compte-gouttes, sans envie, pendant le confinement...

Oui, on pense aussi qu'on surinterprète, mais on s'est occupé - nous - de faire un scénario à ce film...). Et en digestif, on vous propose toutes les scènes intéressantes (les morts, on vient pour ça) qu'on ne voit pas, franchement ça valait le coup de s'attabler. A l'image des petits plats servis dans le film, Le Menu est visuellement joli, mais y'a rien à bouffer.

Aude_L
4
Écrit par

Le 24 novembre 2022

Critique lue 83 fois

Le Menu
Garzouz
5

Bof Chef

Les premières minutes du menu sentent bon, on ne perd pas de temps et on est vite confortablement installé devant le film. Mais il est moins intelligent qu’il ne le croit. L'important en cuisine,...

il y a 7 mois

43 j'aime

5

Le Menu
RedArrow
6

Au Menu de "The Menu":

Hors d'oeuvre:Un intrigant et mystérieux thriller gastronomique servi avec une pléiade de très bons acteurs, dans leurs rôles de convives triés sur le volet pour participer à la dégustation organisée...

il y a 10 mois

41 j'aime

1

Le Menu
Captain-Walker
4

Un dîner presque raté

S'il était prometteur, le menu du Chef Mylod est beaucoup plus fade que prévu. Ce dernier est composé de plâtrées de séquences réchauffées sauce grand public. Les développements de personnages y sont...

il y a 10 mois

32 j'aime

1

Close
Aude_L
9

Ma Palme d'Or 2022

Lukas Dhont a vraiment l'art de choisir ses vedettes principales, on l'avait remarqué avec Girl (dont Victor Polster était l'âme pure), et ce Close nous le confirme avec ce jeune Eden Dambrine qui...

il y a plus d’un an

45 j'aime

Mad God
Aude_L
5

Doing doing doing doing...

Mad God est une expérience, et ce n'est pas parce qu'on ne l'a subjectivement pas appréciée, qu'on ne vous recommande pas de la vivre. Au mieux, vous serez subjugué par ce mélange de sadisme assumé,...

il y a 6 mois

29 j'aime

Armageddon Time
Aude_L
5

Surtout, ne réfléchissez pas.

Le casting nous faisait tourner la tête comme une étoile filante qui transpercerait le ciel, mais Armageddon Time, s'il ne s'écrase pas complètement, est pour notre part une déception pour un...

il y a 11 mois

27 j'aime