👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Malgré les effets spéciaux bien travaillés et le nombre ahurissant de créatures fantastiques dans le second opus, le public ne semble pas avoir été surpris par le travail effectué fait par l’équipe technique dans le précédent volet, ce qui a malheureusement contraint les studios de Disney à renoncer à la réalisation du troisième opus. Fort heureusement, les studios Walden Media ont affirmé leur volonté de prolonger la franchise du monde de Narnia, malgré un succès mitigé de leur production l’île de Nim mais rattrapé par le bon score du Voyage au centre de la Terre de 2008. Il fallait juste un partenaire pour financer le troisième volet, une mission qui n'a pas dû être compliquée à accomplir quand on croit au succès des romans. Ce serait dommage de priver le public d’une troisième production comparable aux films Le Seigneur des anneaux, avec sa vision enfantine évidente, surtout quand celui-ci se déroule à l’au-delà du territoire terrestre du monde imaginaire.

Le fait que la production se déroule pratiquement sur un bateau voguant vers des îles inhospitalières et périlleuses apporte une fraîcheur gratifiante et une nouvelle vision artistique tout à fait intéressante pour apprendre encore plus sur le monde imaginatif et merveilleux qu’est Narnia. Étant donné que les événements se réalisent assez rapidement après la fin du second opus, il fallait traiter ce troisième au triple galop car les acteurs grandissaient mais pas leurs personnages. En parlant d’eux, concernant le quatuor de jeunes et convaincants acteurs vu dans les deux premiers opus, seulement deux sont de retour, Skandar Keynes et Georgie Henley.

Le premier n’a pas spécialement changé, il campe toujours le même jeune combattant courageux et responsable de ses actes contrairement à la fille qui a bien grandi et gagné en maturité, tout comme son protagoniste. Elle n’est plus la joyeuse mignonnette qui s’amuse avec beaucoup de gaieté, c’est maintenant une jeune adolescente fougueuse et adulte, prête à affronter n'importe quel danger sans la moindre hésitation. Apparu dans le précédent opus, Ben Barnes se glisse de nouveau dans la peau du jeune prince Caspian avec une qualité de prestation aussi irréprochable que celle du second volet.

Un vrai plaisir de retrouver ce magnifique trio d’acteurs qui respecte bien leurs personnages, assurant d’avance une dose de divertissement bien prenante, surtout quand elle est renforcée par une incroyable interprétation de Will Poulter dans la peau de l’insupportable enfant gâté d’Eustache. Ce dernier est une épine sous le pied, un vrai casseur de la joie avec ses railleries intolérables, son comportement de poltron désespéré et sa supériorité ridicule. À lui tout seul, il apporte toute l'humour qu’il faut mettre dans ce genre de film d’aventures qui ne promet rien de bon pour les héros dans leurs péripéties, surtout quand il est accentué par les échanges amusants avec la souris parlante Ripitchip.

Concernant le reste du casting, on compte beaucoup de créatures fantastiques maquillées avec un grand soin et représentés dignement par des effets spéciaux bien foutus, ça reste toujours fidèle à la base des romans. Malgré un changement de réalisateur, ce troisième volet a une identité artistique presque identique à celle des autres films, même si on regrette le côté téléfilm dû à un budget plus maigre que celui des deux premiers. Ayant vu seulement Le monde ne suffit pas, Michael Apted est un réalisateur qui a fait un travail correct sur ce troisième opus. Sa mise en scène est parfaitement lisible et le rythme est adéquatement réglé pour passer d’une scène tranquille à une autre plus mouvementée sans la moindre complexité.

Ce troisième opus a également son petit lot de surprises, on apprend l’existence de plusieurs îles dissimulant depuis des secrets qui peuvent être considérés comme des obstacles difficiles à surmonter. On sort quelques clichés qui sont bien intégrés dans le scénario sans en abuser et beaucoup de mystère se développe au fur et à mesure du visionnage, nous obligeant presque à garder une certaine attention attentive du début jusqu'à la fin du long-métrage. On sent bien que les studios de Disney n'étaient pas derrière la caméra mais les moyens techniques et humains étaient bien là pour ne pas casser l’intérêt de cette franchise étonnante. 6/10



  • Voyageurs de Narnia, je suis votre guide.

  • Que vous êtes belle.

  • Si cela vous déconcentre trop, je peux changer de forme.

  • Non.


Le Monde de Narnia : L'Odyssée du Passeur d'aurore
LeTigre
6

Le côté maritime du monde de Narnia.

Malgré les effets spéciaux bien travaillés et le nombre ahurissant de créatures fantastiques dans le second opus, le public ne semble pas avoir été surpris par le travail effectué fait par l’équipe...

Lire la critique

il y a 2 ans

11 j'aime

2

Le Monde de Narnia : L'Odyssée du Passeur d'aurore
Sorel
9

Critique de Le Monde de Narnia : L'Odyssée du Passeur d'aurore par Sorel

Je sais, je suis un grand enfant. Je suis un grand fan du monde de Narnia. J'ai lu le livre de C.S.Lewis, une chronique regroupant sept nouvelles, et j'ai vu les deux premiers volets au cinéma (et...

Lire la critique

il y a 11 ans

10 j'aime

Le Monde de Narnia : L'Odyssée du Passeur d'aurore
Matclane
2

Critique de Le Monde de Narnia : L'Odyssée du Passeur d'aurore par Matclane

Impressionnant. Je reste admiratif devant le travail accompli pour mettre à mort cette licence pourtant bien sympathique. On est là face à un véritable téléfilm, visiblement destiné dès sa conception...

Lire la critique

il y a 9 ans

9 j'aime

2

Baby Driver
LeTigre
8
Baby Driver

La musique comme elle n’a jamais été utilisée au cinéma.

Réalisateur de la trilogie Cornetto et du film Scott Piligrim, Edgar Wright est en voie d’être l’un des réalisateurs les plus intéressants à suivre de notre génération. Il renouvelle le cinéma d'une...

Lire la critique

il y a 5 ans

56 j'aime

9

Logan
LeTigre
8
Logan

L'adieu mortel du mutant le plus emblématique de la franchise X-Men. 

Suite à la grande satisfaction publique de la réalisation Wolverine : Le combat de l'immortel, le réalisateur James Mangold s'est engagé, sans la moindre hésitation, à mettre en œuvre un nouveau...

Lire la critique

il y a plus d’un an

52 j'aime

13

Mad Max - Fury Road
LeTigre
9

Une nouvelle injustice à régler pour notre justicier Australien !

Un quatrième opus de la saga Mad Max ? Après trente d’absence sur le grand écran ? Personne n'aurait cru ça et pourtant, Cette information a bien été confirmée par de nombreux sites sur Internet...

Lire la critique

il y a 2 ans

51 j'aime

13