Mon titre de critique signifie qu'un 3ème Bond pour Pierce était suffisant pour satisfaire vraiment les fans. Analysons ce film. Demain ne meurt jamais ayant joué la carte de l'action à l'extrême, la production de la saga bondienne opte cette fois pour une approche plus psychologique. Oh rassurez-vous, c'est quand même pas du Marguerite Duras, c'est bien un Bond, mais l'effort est méritoire, car cet opus comporte un personnage féminin plus étoffé, dont les rapports avec 007 sont assez ambigus. Alors je signale que je n'aime pas Marceau, mais ici je reconnais qu'elle est plutôt intéressante. Par contre, je ne suis guère convaincu par le personnage de pin-up joué par Denise Richards, c'est un rôle assez ridicule et qui ne s'imposait pas vraiment. J'aurais préféré qu'une place plus importante soit accordée à la superbe Maria-Grazia Cucinotta dans le rôle de Cigar Girl qu'on voit bien trop peu au début.
De même que le méchant joué par Robert Carlyle est trop caricatural et trop sous-utilisé (il apparait tardivement en plus), d'où le fait qu'il ne laisse pas une trace de méchant mémorable dans la franchise comme ont pu le faire Auric Goldfinger ou Hugo Drax. Etait-il une erreur de casting ? avait-il la carrure d'un vrai méchant bondien ? De ce côté, je reste très dubitatif. En regardant bien, on a l'impression que les Bond version Pierce commencent à s'essouffler un peu, c'est sans doute une fausse impression, certes on a des scènes d'action déjà vues (encore une banale poursuite en ski), donc au vu de tout ce que j'ai énuméré, il y a du négatif et du positif, et pourtant ce Bond est n°10 dans mon Top Bondien, quelque chose m'a-t-il échappé ?
Côté action, on retient la séquence d'ouverture décoiffante avec la poursuite en bateaux sur la Tamise, mais aussi de bonnes idées comme les scies circulaires héliportées, elles sont peu exploitées mais elles découpent allègrement le coupé Z8 de Bond qui décidément ne respecte pas le matériel confié par Q. Côté humour, on retrouve avec plaisir le personnage de Valentin Zukovsky joué par l'inénarrable Robbie Coltrane entrevu dans GoldenEye lors d'une séquence déjà assez drôle ; l'apparition de John Cleese en R remplaçant le légendaire Q incarné par Desmond Llewellyn qui fait une sortie clin d'oeil, est également un plus.
Tout ceci finit par donner un 3ème Bond de Pierce Brosnan d'assez bonne qualité, avec des recettes éprouvées mais toujours efficaces, qui aurait simplement eu besoin d'un peu plus de fantaisie et d'imagination dans le scénario et la mise en scène signée Michael Apted ; ce n'était encore une fois, sans doute pas le réalisateur adéquat pour s'impliquer dans la saga Bond. Mais malgré tous ses défauts, je prend quand même cet opus en l'état pour passer un moment agréable.

Créée

le 7 juil. 2017

Critique lue 637 fois

16 j'aime

22 commentaires

Ugly

Écrit par

Critique lue 637 fois

16
22

D'autres avis sur Le monde ne suffit pas

Le monde ne suffit pas
LeTigre
7

Souvenez-vous, l'ombre vient toujours de devant ou de derrière, jamais du sommet.

La célèbre franchise d'espionnage James Bond se poursuit avec cette dix-neuvième mission qui n'est pas un projet qui m'a autant séduit que les deux précédents longs-métrages. Oui, pour être direct...

le 12 mai 2021

28 j'aime

23

Le monde ne suffit pas
Docteur_Jivago
6

Bas les Masques

Dix-neuvième mission pour l'agent Bond, qui va se retrouver au cœur d'un intrigue mêlant pétrole, héritage et terrorisme, s'inscrivant assez bien dans l'esprit qui règne depuis GoldenEye et en...

le 7 déc. 2014

26 j'aime

6

Le monde ne suffit pas
guyness
5

Les archives James Bond, dossier 19: Brosnan mine Marceau

Quotient James Bondien: 5,58 (décomposé comme suit:) BO: 6/10
 C'est toujours globalement un super boulot de la part de David Arnold, mais il manque ici ce qui faisait le (petit) sel de Demain ne...

le 12 janv. 2022

25 j'aime

Du même critique

Il était une fois dans l'Ouest
Ugly
10

Le western opéra

Les premiers westerns de Sergio Leone furent accueillis avec dédain par la critique, qualifiés de "spaghetti" par les Américains, et le pire c'est qu'ils se révélèrent des triomphes commerciaux...

Par

le 6 avr. 2018

121 j'aime

96

Le Bon, la Brute et le Truand
Ugly
10

"Quand on tire, on raconte pas sa vie"

Grand fan de westerns, j'aime autant le western US et le western spaghetti de Sergio Leone surtout, et celui-ci me tient particulièrement à coeur. Dernier opus de la trilogie des "dollars", c'est...

Par

le 10 juin 2016

95 j'aime

59

Gladiator
Ugly
9

La Rome antique ressuscitée avec brio

On croyait le péplum enterré et désuet, voici l'éblouissante preuve du contraire avec un Ridley Scott inspiré qui renouvelle un genre ayant eu de beaux jours à Hollywood dans le passé. Il utilise les...

Par

le 4 déc. 2016

95 j'aime

45