Assez méconnu aujourd’hui, Steve Beck est pourtant un petit nom intéressant dans le paysage cinématographique américain, puisque responsable des effets spéciaux d’Indiana Jones et la Dernière Croisade, d’Abyss et d’À la Poursuite d’Octobre Rouge. En qualité de réalisateur, il signe deux œuvres intrigantes qui revendiquent toutes deux un vrai savoir-faire en matière d’épouvante. Le Vaisseau de l’Angoisse arrive après 13 Fantômes et réitère ce même goût pour le burlesque macabre voire franchement horrifique – à l’instar de la scène d’ouverture – qui rappelle que le film d’horreur est avant toute chose une atmosphère lentement construite : ce grand bâtiment rouillé et suintant l’huile de moteur se transforme en piège où se cristallisent les vices ô combien bas du genre humain (l’or, les femmes, la nourriture). La thématique du revenant s’insère dans un héritage jamais nié et rejoue un univers de légendes folkloriques où des marins et leurs navires disparus viennent se venger des vivants : les ombres de The Fog et de Shining hantent l’imagerie du long-métrage, comme la jeune fille en robe blanche ou ce vieux capitaine dont les interactions avec les vivants donnent lieu à des scènes souvent touchantes, aidées en cela par la partition de John Frizzell qui, derrière le cahier des charges qu’une telle production impose, délivre un très beau thème principal. Si la psychologie des personnages ainsi que la clausule ne brillent guère par leur subtilité d’écriture, reconnaissons toutefois une certaine vision de l’horreur qui s’inscrit dans une tradition cinématographique où régnait l’artisanat. Un petit film franchement efficace.

Créée

le 7 juin 2019

Critique lue 324 fois

2 j'aime

Critique lue 324 fois

2

D'autres avis sur Le Vaisseau de l'angoisse

Le Vaisseau de l'angoisse
Ciné-Look
5

Sorte de "Shining" flottant dont la fin est, malheureusement, bâclée.

Avec son concept du hanté, "Le Vaisseau de l'Angoisse" avait tout d'un "Shining" version flottante. Hélas, la fin du film déçoit trop pour que la comparaison soit équitable. Le principe de la maison...

le 7 juil. 2013

7 j'aime

2

Le Vaisseau de l'angoisse
QuentinleDuc
6

Le petit bateau sur l’eau.

(Léger Spoil, très léger !) (Mon titre ne vous plait pas ? A moi non plus. Au moins on est d'accord !) Il en faut peu pour me rendre heureux. Ghost Ship m’a rendu heureux. Soyons clair. Il y’a dans...

le 4 nov. 2016

6 j'aime

Le Vaisseau de l'angoisse
AMCHI
4

Critique de Le Vaisseau de l'angoisse par AMCHI

Le Vaisseau de l'angoisse débute pas une bonne scène d'ouverture sanglante et l'ensemble du film possède une certaine qualité de plus les acteurs ne sont pas mauvais du tout mais passé les 20...

le 3 sept. 2017

6 j'aime

Du même critique

Sex Education
Fêtons_le_cinéma
3

L'Ecole Netflix

Il est une scène dans le sixième épisode où Maeve retrouve le pull de son ami Otis et le respire tendrement ; nous, spectateurs, savons qu’il s’agit du pull d’Otis prêté quelques minutes plus tôt ;...

le 19 janv. 2019

87 j'aime

17

Ça - Chapitre 2
Fêtons_le_cinéma
5

Résoudre la peur (ô malheur !)

Ça : Chapitre 2 se heurte à trois écueils qui l’empêchent d’atteindre la puissance traumatique espérée. Le premier dommage réside dans le refus de voir ses protagonistes principaux grandir, au point...

le 11 sept. 2019

77 j'aime

14