Une enfant est affalée sur la banquette arrière d'une voiture, des bagages en tout sens : la famille de Chihiro déménage et arrive dans son nouveau quartier. Mais papa tourne un tout petit peu trop tôt et s'engage dans un chemin qui n'est visiblement pas le bon. Pourtant, il s'entête et accélère au point de risquer un accident. Papa ne semble plus le même : il est comme attiré, comme envoûté.

Au bout du chemin se dresse un bâtiment aux larges proportions et qui ressemble à un temple. Une porte, un couloir que seule Chihiro est réticente à emprunter. Elle aimerait faire demi-tour mais ses parents ne l'écoutent plus. La famille traverse un ru qui n'est plus qu'un maigre filet d'eau et pénètre dans un curieux village mystérieusement désert. Attirés par une odeur délicieuse, papa et maman découvrent un stand croulant sous la nourriture. Subitement affamés, ils s'attablent et commencent à s'empiffrer. Suis-je le seul à avoir immédiatement pensé à la petite maison de pain d'épice qui leurra Hansel et Gretel ?

Chihiro est de plus en plus inquiète. Ses parents qu'elle ne reconnait plus ne paraissent plus l'entendre. Elle s'éloigne donc pour visiter les lieux et découvre un jeune garçon (Haku) qui, effrayé, l'exhorte à quitter les lieux avant que le soleil ne disparaisse sous l'horizon. Confirmée dans ses craintes, la fillette court rejoindre ses parents qui, entre temps, se sont métamorphosés en porcs : ce village fonctionnerait-il comme l’île enchantée qui manqua d’être fatale à Pinocchio ?

Retardée par sa stupeur, Chihiro ne parvint pas à s’échapper : le mince ruisselet est devenu un fleuve infranchissable. Revenu en arrière, elle découvre des rues maintenant bondées d’ombres inquiétantes et de créatures extraordinaires. Elle retrouve également Haku qui lui vient en aide. Les humains n’ont pas le droit d’être là : la seule chance de Chihiro est d’aller trouver Kamaji à la forge et de réclamer un travail.

Elle va alors découvrir un monde féerique, sacré : un établissement thermal sur lequel règne la sorcière Yubata. Un monde parallèle dans lequel on vient se laver et se purifier de la souillure du monde des hommes. Un film d’animation magnifique aux superbes couleurs et d’une grande poésie dans lequel Miyazaki poursuit son leitmotiv écologique. Un film qui m’a entièrement accaparé et dans lequel je me suis amusé à débusquer les références de toute sorte (artistiques, mythologiques…) si toutefois je ne les ai pas moi-même imaginé : j’ai vu notamment Bastien volant sur le dragon Falkor, les boules de suie déjà rencontrées dans le voisinage de Totoro, ou encore Orphée quittant le monde d’Hadès en résistant, cette fois, à la tentation de se retourner.

Eblouissant !
BibliOrnitho
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Films recommandés, Hayao Miyazaki, Les meilleurs films d'animation japonais et Films vus en 2014

Le 28 janvier 2014

48 j'aime

3 commentaires

Le Voyage de Chihiro
Sergent_Pepper
9

Larmes de séduction massive.

Suivre Chihiro dans son voyage est l’occasion d’un rite initiatique qui aura autant d’incidence sur la jeune fille que le spectateur. Chef-d’œuvre de l’animation, le film de Miyazaki est de ceux qui...

il y a 7 ans

150 j'aime

22

Le Voyage de Chihiro
Psycox
10

Ode à l'imagination

Essuyant de nombreux échecs, je me lance enfin dans une critique de "Le Voyage de Chihiro" qui je le sais va enfin être publiée (ou du moins je l'espère...) ! Je n'aurais jamais cru qu'écrire une...

il y a 8 ans

122 j'aime

14

Le Voyage de Chihiro
Petitbarbu
9

Session Ghibli, septième séance : Le Voyage de Chihiro.

Il y a deux approches possibles pour le vilain cinéphilique que je suis - comprendre vilain dans son sens primaire, le roturier, le paysan, le péquenot - lorsqu'il se frotte à la critique, critique...

il y a 7 ans

76 j'aime

30

Le Voyage de Chihiro
BibliOrnitho
10

Critique de Le Voyage de Chihiro par BibliOrnitho

Une enfant est affalée sur la banquette arrière d'une voiture, des bagages en tout sens : la famille de Chihiro déménage et arrive dans son nouveau quartier. Mais papa tourne un tout petit peu trop...

il y a 9 ans

48 j'aime

3

Le Petit Prince
BibliOrnitho
10

Critique de Le Petit Prince par BibliOrnitho

A cause de la vanité d’une fleur maladroite qui ne sut déclarer son amour et parce qu’il a découvert que l’amour pouvait avoir des épines, le Petit-Prince quitta sa minuscule planète (pas plus grande...

il y a 9 ans

48 j'aime

2

Kafka sur le rivage
BibliOrnitho
10

Critique de Kafka sur le rivage par BibliOrnitho

Un chef-d'œuvre qu'il me paraît impossible à résumer. Un récit dense, surréaliste où deux mondes s'entremêlent étroitement. Le jeune Kafka Tamura (le nom est authentique, mais il s'agit d'un prénom...

il y a 10 ans

36 j'aime

8