A cause de la vanité d’une fleur maladroite qui ne sut déclarer son amour et parce qu’il a découvert que l’amour pouvait avoir des épines, le Petit-Prince quitta sa minuscule planète (pas plus grande qu’une maison) après en avoir arraché les pousses de baobabs qui la menaçait. Et il voyagea dans les étoiles, parmi les grandes personnes, à la recherche d’amis. Il rencontra un roi qui ne régnait sur personne et qui ne donnait que des ordres raisonnables, un orgueilleux qui voulait qu’on l’admire, un buveur qui buvait pour oublier la honte qu’il avait de boire, un businessman qui comptait et recomptait ses étoiles, un allumeur de réverbère qui allumait et éteignait son bec de gaz à chaque minute tant la rotation de sa planète était rapide, un géographe qui écrivait des livres énormes et qui lui conseilla d’aller visiter la Terre, planète qui avait bonne réputation.

Là, il vit des centaines de roses et fut déçu que sa fleur sur sa planète ne fût pas unique. Mais un renard qu’il croisa ensuite et qu’il apprivoisa lui apprit que l’essentiel est invisible et ne se voit qu’avec le cœur. Il rencontra également un aiguilleur, un marchand, et sur le chemin du retour, le narrateur. Ce narrateur par lequel commence le livre est un aviateur perdu dans le désert et qui a dû se poser en catastrophe à la suite d’une panne moteur. L’homme a huit jour d’eau potable et durant ce temps, il tente de réparer son engin et parle avec le Petit-Prince qui lui a demandé sans préambule : « S'il vous plaît… dessine-moi un mouton ! »

Un livre que je n’avais jamais lu et qui commençait sérieusement à manquer à ma culture. Un livre d’une poésie immense et d’une profonde humanité. Un conte magique agrémenté des aquarelles de l’auteur et qui donne quelques leçons de vie, une critique de notre société absurde et folle. Et qui incite à la vigilance, notamment des trois forces de l’axe symbolisées par les trois baobabs dévastateurs de planètes (livre édité en 1943). Et des volcans qui dorment et dont il faut se méfier – car on ne sait jamais.

Merveilleux !
BibliOrnitho
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Lectures recommandées, Lectures 2013, Les meilleurs classiques de la littérature française et Les livres qui se lisent d'une traite

Le 5 novembre 2013

48 j'aime

2 commentaires

Le Petit Prince
Natas
2

Critique de Le Petit Prince par Guillaume Natas

Il y a deux choses que la plupart des gens ne supportent sous aucun prétexte, les nazis et ceux qui n'ont pas aimé "Le Petit Prince". J'ai toujours profondément détesté ce bouquin qui est en principe...

il y a 12 ans

103 j'aime

54

Le Petit Prince
Gand-Alf
8

Forbidden planet.

Au risque de passer pour un original, je n'avais jamais lus "Le petit prince",classique ultime et intouchable de la littérature pour enfants. Tout juste y aurais-je zieuté deux ou trois passages à...

il y a 10 ans

62 j'aime

9

Le Petit Prince
Lily-water
10

Toutes les grandes personnes ont d'abord été des enfants. (Mais peu d'entre elles s'en souviennent)

Tout simplement parce que ce livre est un petit bijou ! Atemporel, accessible à tous, en somme peu importe l'âge, ce livre est une merveille! Les aquarelles, la pureté du langage, et bien sûr le...

il y a 12 ans

52 j'aime

11

Le Voyage de Chihiro
BibliOrnitho
10

Critique de Le Voyage de Chihiro par BibliOrnitho

Une enfant est affalée sur la banquette arrière d'une voiture, des bagages en tout sens : la famille de Chihiro déménage et arrive dans son nouveau quartier. Mais papa tourne un tout petit peu trop...

il y a 9 ans

48 j'aime

3

Le Petit Prince
BibliOrnitho
10

Critique de Le Petit Prince par BibliOrnitho

A cause de la vanité d’une fleur maladroite qui ne sut déclarer son amour et parce qu’il a découvert que l’amour pouvait avoir des épines, le Petit-Prince quitta sa minuscule planète (pas plus grande...

il y a 9 ans

48 j'aime

2

Kafka sur le rivage
BibliOrnitho
10

Critique de Kafka sur le rivage par BibliOrnitho

Un chef-d'œuvre qu'il me paraît impossible à résumer. Un récit dense, surréaliste où deux mondes s'entremêlent étroitement. Le jeune Kafka Tamura (le nom est authentique, mais il s'agit d'un prénom...

il y a 10 ans

36 j'aime

8