Cette critique contient quelques éléments qui dévoilent l'intrigue et sa finalité.

Voici un film remarquable sur l’incommunicabilité. L'introduction appelle à une possible escapade, une porte de sortie, peut être un renouveau, avant même le développement de l'histoire principale. Elle indique une fin qui pourrait donner du relief à l'ensemble. Mais tout restera linéaire, se terminera en boucle, avec une fatalité tragique. L'intrigue ne sera pas dénouée. La rencontre attendue qu’une parenthèse. Le personnage central, joué par l’épatant Anthony Hopkins, est victime de ses fonctions, de son savoir-vivre, et pareil à un homme catatonique : il a beau s'exprimer, c'est comme s'il ne disait rien. C’est un être formel et anhédonique (incapacité à ressentir du plaisir), victime d'alexithymie (difficulté à reconnaitre ses émotions et celles des autres). Tout est signifiant (et insignifiant) mais quasi rien n'est signifié. Il n'y aucun sous-entendus marquants, peu de langage du corps. Il vit sans fougue, dans une sorte d’abolition des passions possibles. C'est la façon dont il conçoit son rôle de majordome qui fait autorité chez lui, et qui bâillonne ses aspirations, son individualité, ses envies, son identité, sa personnalité qui ne peut s'affirmer, se libérer, respirer, étant comme soumis à sa classe sociale. Avec la progression du nazisme en toile de fond, sa neutralité ne le rend ni bon ni mauvais. On ne peut attendre une réaction de sa part, juste de la discipline. On sent pourtant chez lui un espoir, l’attente d’une récompense, mais elle ne peut arriver que s'il devient acteur et non spectateur de sa propre vie. C'est une passivité chronique. Une scène clef montre Emma Thompson se rapprocher à un centimètre de lui avec espièglerie (la distance de l'intime, de la vie privée, de l'insécurité.) Il se retrouve alors vulnérable. Elle constate qu'il lit des romans à l'eau de rose, ce qui prouve qu'il vit par procuration sur le sujet. L’œuvre agit donc comme une focale, sur un milieu d'abord, mais surtout et avant tout sur une solitude perpétuelle, et refuse d’être une simple fresque historique. Elle fait penser, dans une époque plus contemporaine, à Un cœur en hiver de Claude Sautet, qui renvoie à la même structure psycho-affective. Par son compte rendu implacable sur les conséquences de la démystification de l’union, de la romance, Les Vestiges du jour fini par être un hymne à l’amour. Le héros regardera, avec mélancolie, un pigeon prendre son envol, symbole d'une liberté qu'il n'aura jamais eu, en ayant conscience de tout ce qui lui a échappé.

OkaLiptus
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Ma consommation Netflix

Créée

le 28 mars 2023

Critique lue 505 fois

30 j'aime

33 commentaires

Oka Liptus

Écrit par

Critique lue 505 fois

30
33

D'autres avis sur Les Vestiges du jour

Les Vestiges du jour
Frankoix
8

Peines d'amour perdues.

1936. Mr Stevens, majordome à Darlington Hall, somptueuse propriété dans la campagne anglaise, se heurte aux méthodes et au tempérament de la nouvelle intendante qu'il vient d'engager, Miss Kenton...

le 1 août 2010

38 j'aime

11

Les Vestiges du jour
OkaLiptus
8

La transparence des mots

Cette critique contient quelques éléments qui dévoilent l'intrigue et sa finalité.Voici un film remarquable sur l’incommunicabilité. L'introduction appelle à une possible escapade, une porte de...

le 28 mars 2023

30 j'aime

33

Les Vestiges du jour
Morrinson
7

A History of violence

"Les Vestiges du jour", sans être une révélation personnelle qui marquera durablement ma cinéphilie, représente assez bien l'idée que je me fais du film anglais-type (comprendre : d'époque, et...

le 4 mars 2016

27 j'aime

8

Du même critique

Edward aux mains d'argent
OkaLiptus
10

Once upon a time in Hollywood...

"Bien sûr qu'il avait un nom, il s'appelait, Edward..."Autrement dit, Tim Burton. Œuvre magistrale, naïve, irrésistible, foudroyante, féerique, mais qui sait jouer du réel tout en intégrant les codes...

le 6 déc. 2023

106 j'aime

75

Léon
OkaLiptus
10

And she's buying a stairway to heaven

Par la présence presque organique de la musique lancinante, parfois explosive d’Eric Serra, Léon est un concert sons et lumières, où les bas-fonds sont exposés dans un cortège funèbre aux autorités...

le 7 avr. 2023

92 j'aime

50