Il était une fois un pays aux vastes étendues vallonnées au pied d'une chaîne montagneuse somptueuse.


Il était une fois une famille d'éleveurs de chevaux et de cultivateurs de légumes qui vivait dans la steppe kazakhe.


Il était une fois deux réalisateurs, qui pas un seul instant, n'ont oublié que leur caméra était avant toute chose un appareil photo.


Les voleurs de chevaux de Yerlan Nurmukhambetov et Lisa Takeba est d'abord, est surtout, un film beau qui flatte l'oeil sans chercher à le tromper, qui caresse l'ouïe par la discrétion et la précision de sa bande sonore. La photographie soignée, tant dans ses cadrages, ses lumières et ses couleurs, est bien de l'image animée au service d'une histoire d'une grande simplicité à...l'image de la vie des protagonistes.


Aigul/ Samal Yeslyamova et Ondasyne/Dulyga Akmolda sont les parents de trois enfants dont Olzhas/ Madi Minaidarov est l'aîné âgé de 10 ans. Le père rassemble quelques chevaux destinés à la vente sur un marché de la ville voisine. Avec deux amis ils s'y rendent, se font dépouiller et assassiner.


Un visiteur étranger au pays et à l'histoire fait son apparition. Très vite nous devinons que Kairat/Mirai Moriyama a connu Aigul autrefois et découvrons qu'il est le père biologique de Olzhas. Il sera l'instrument d'une justice immanente.


Nous avons d'étranges manies à toujours vouloir ramener à quelque chose de connu et de familier ce qui ne l'est pas. Chevaux, cavaliers, vastes prairies presque désertes, voleurs de chevaux, armes à feu, banditisme, vengeance et c'est le Far-West commué en Far-East qui se profile avec ses visions réductrices. Mais peut-être que les deux réalisateurs eux-mêmes n'échappent pas à cette obsession qui a besoin d'un instrument du destin avec une fin presque caricaturale de cavalier solitaire qui s'éloigne...dans un autocar.


Le héros de l'histoire est Olzhas mais la narration elliptique et l'aspect épuré du film ne permet pas vraiment d'en prendre la mesure même si le travail des deux réalisateurs est d'un soin extrême.

Nielk
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

Le 7 août 2021

5 j'aime

1 commentaire

Les Voleurs de chevaux
Nielk
7

Critique de Les Voleurs de chevaux par Nielk

Il était une fois un pays aux vastes étendues vallonnées au pied d'une chaîne montagneuse somptueuse. Il était une fois une famille d'éleveurs de chevaux et de cultivateurs de légumes qui vivait...

il y a plus d’un an

5 j'aime

1

Les Voleurs de chevaux
Shimura
7

Western asiatique

Des paysages tellement beaux qu'ils en coupent le souffle, des personnages mutiques, des duels sans pitié, un mode de vie rude et violent, on a ici tous les ingrédients du western, mais ça joue avec...

il y a plus d’un an

2 j'aime

Les Voleurs de chevaux
ChevalierOnion
6

Une véritable carte postale

Nous suivons les pas d'un enfant fermier dont le père possède un cheptel de chevaux, et nous comprenons qu'il s'agit là de l'unique patrimoine de la famille. Les parents projettent d'ailleurs de...

il y a plus d’un an

2 j'aime

3

Papicha
Nielk
9
Papicha

Critique de Papicha par Nielk

Les mustangs sont indomptables. Nedjma, 18 ans, étudiante, se faufile le soir à travers le grillage qui entoure sa cité universitaire. Elle rejoint une amie pour se rendre dans une discothèque huppée...

il y a 3 ans

36 j'aime

6

L'Appel de la forêt
Nielk
1

Critique de L'Appel de la forêt par Nielk

Quand l'écran s'est éteint et quand la lumière est revenue, j'ai vu au fond de la salle Jack London adossé à un mur. Son beau sourire n'illuminait plus son visage et je vis une larme couler sur sa...

il y a 3 ans

26 j'aime

7

Antoinette dans les Cévennes
Nielk
9

Critique de Antoinette dans les Cévennes par Nielk

Je m'appelle Patrick, je suis dans la fleur de l'âge et toujours d'une grande disponibilité pour qui sait me parler et me prêter un peu d'attention. Ames solitaires et surtout sensibles, chaque...

il y a 2 ans

16 j'aime

6