Pas forcément client de l'Univers DC Comics ni - plus généralement - des nombreuses franchises cinématographiques tournant autour des figures super-héroïques ayant bon dos dans l'air du temps hollywoodien je partais finalement assez sceptique en amont du visionnage de ce Man of Steel ; a fortiori la présence de Christopher Nolan au double-poste de scénariste/producteur confortait mes réserves initiales, tant la finauderie de l'auteur de Memento m'agace particulièrement au regard de ses dernières réalisations. En outre Zack Snyder et son esthétique pompière et souvent vomitive avaient de quoi me rebuter à priori, ayant la plupart du temps déprécié les rares films que j'ai pu voir dudit tâcheron...


Alors : que reste t-il au sortir de ce gros calibre made in DC ? Le sentiment d'un spectacle tonitruant tenant en grande partie ses promesses, développant sommairement l'évolution d'un certain Superman en partant de sa naissance extra-terrestre pour finalement aboutir à ses premières armes de pigiste en binocle. Bon. Grosso modo la fable respecte le peu de connaissances que je détenais quant aux caractéristiques du célèbre Clark Kent et l'ensemble du métrage tient de ce point de vue là honorablement la route.


Hélas si cet énorme blockbuster s'avère plutôt efficace dans la conduction de son récit les sempiternelles explosions des 45 dernières minutes ont vite laissé place à la lassitude. Man of Steel persiste et signe dans sa débauche pyrotechnique proprement abrutissante, nivelant jusqu'au nadir notre capacité d'attention : sujette au syndrome de l'hyperactivité effective la mise en scène de Snyder accumule son tas d'images avec la subtilité d'un tractopelle, standardisant ses personnages au gré de répliques passe-partout et creuses comme des baudruches. Ainsi l'abnégation de notre super-héros, le charme de Lois et le vague enjeu représenté par un codex convoité par les uns et par les autres font correctement passer cette grossière pilule survitaminée, symptomatique de l'excitation exponentielle de nos chers blockbusters d'aujourd'hui. A voir pour se faire un avis.

stebbins
6
Écrit par

Créée

le 14 nov. 2017

Critique lue 207 fois

stebbins

Écrit par

Critique lue 207 fois

D'autres avis sur Man of Steel

Man of Steel
Socinien
3

Faire du neuf avec des vieux.

Un jour, j’arrêterai de tomber dans le panneau et de payer pour voir sans cesse le même film, avec plus ou moins de lens flares. Surtout quand la climatisation de la salle, une de mes grandes...

le 19 juin 2013

202 j'aime

161

Man of Steel
Gothic
7

Calice Kal-El Edit

Dire que j'attendais ce "Man of Steel" relève du doux euphémisme. Scotché par ce que Nolan a globalement réussi à accomplir avec le Caped Crusader (enfin, surtout "The Dark Knight" en fait), j'étais...

le 24 juin 2013

161 j'aime

84

Man of Steel
Noremac
9

Critique de Man of Steel par Noremac

Au diable les critiques,moi j'ai pris un pied monstrueux Autant se débarrasser tout de suite des évidences: oui Man of steel est démentiellement spectaculaire,viscéralement jouissif et que, pour...

le 18 juin 2013

120 j'aime

25

Du même critique

La Prisonnière du désert
stebbins
4

Retour au foyer

Précédé de sa réputation de grand classique du western américain La Prisonnière du désert m'a pourtant quasiment laissé de marbre voire pas mal agacé sur la longueur. Vanté par la critique et les...

le 21 août 2016

43 j'aime

9

Hold-Up
stebbins
1

Sicko-logique(s) : pansez unique !

Immense sentiment de paradoxe face à cet étrange objet médiatique prenant la forme d'un documentaire pullulant d'intervenants aux intentions et aux discours plus ou moins douteux et/ou fumeux... Sur...

le 14 nov. 2020

38 j'aime

55

Mascarade
stebbins
8

La baise des gens

Nice ou l'enfer du jeu de l'amour-propre et du narcissisme... Bedos troque ses bons mots tout en surface pour un cynisme inédit et totalement écoeurrant, livrant avec cette Mascarade son meilleur...

le 4 nov. 2022

28 j'aime

5