Il est curieux de voir comment le cinéma de Quentin Dupieux a évolué vers une direction nettement de moins en moins radicale, pour aller vers un côté plus grand public. Avant, c'était de l'absurde noyé dans l'absurde. Depuis Le Daim, son précédent film, c'est un élément absurde qui se trouve confronté à un monde complètement réaliste.


Dans Mandibules, l'absurdité réside quasi-entièrement dans la mouche géante que deux crétins trouvent par le plus grand des hasards et qui décident de la dresser.


Et le pire, c'est qu'ils y parviennent, ces cons.


C'est leur imbécillité qui va faire qu'ils vont accepter cette situation totalement improbable, la considérer comme normale. C'est la réaction d'Adèle Exarchopoulos (en très grande forme dans le rôle d'une handicapée qui ne peut pas s'empêcher de parler en hurlant suite à un accident de ski et en pétant les tympans de son entourage par la même occasion !), à la vision de cette créature peu commune, qui va avoir le point de vue du spectateur si celui-ci avait eu la possibilité d'être confronté à l'insecte dans la vraie vie. Pas de bol, tout le monde la prend pour une folle alors qu'ironiquement, c'est peut-être le personnage le plus sensé du lot.


Si le réalisateur ne se montre pas aussi ambitieux qu'auparavant en signant son film le plus conventionnel, si par la courte durée du tout, tous les personnages ne sont pas tous exploités autant qu'ils l'auraient pu l'être (mention spéciale à celui joué par Roméo Elvis !), c'est tout de même un divertissement qui n'est pas déplaisant à regarder, accompagné d'une petite musique agréable (et qui reste sacrément dans le crâne !) du groupe Metronomy, n'étant pas sans rappeler le grand et trop tôt disparu François de Roubaix.


Et Dupieux renouvelle l'exploit de donner une véritable personnalité à une chose qui a priori n'avait rien pour en avoir une. On s'y attache à cette fichue mouche. Mais, bon, je ne devrais pas m'en étonner. Après tout, c'est d'un monsieur qui a réussi à me faire croire qu'un pneu pouvait être un tueur en série psychopathe en puissance.

Créée

le 26 mai 2021

Critique lue 4.1K fois

40 j'aime

5 commentaires

Plume231

Écrit par

Critique lue 4.1K fois

40
5

D'autres avis sur Mandibules

Mandibules
Lordlyonor
8

L'idiot n'a point de cervelle, mais il a de sacrées mandibules

Titre tiré de la citation de Henri-Frédéric Amiel: "L'idiot n'a point de cervelle, mais il a le croc venimeux" Qu’on aime ou qu’on déteste, il faut bien avouer que le cinéma de Quentin Dupieux ne...

le 20 mai 2021

46 j'aime

12

Mandibules
Fatpooper
5

La mouche

Peut-être Dupieux fait-il trop de films ? "Le daim" était déjà un peu décevant. Celui-ci est carrément chiant.Car au-delà de l'idée de base absurde, c'est pas très marrant ; le duo de crétins, on...

le 22 avr. 2021

42 j'aime

3

Mandibules
Plume231
7

Sa Majesté de la mouche !

Il est curieux de voir comment le cinéma de Quentin Dupieux a évolué vers une direction nettement de moins en moins radicale, pour aller vers un côté plus grand public. Avant, c'était de l'absurde...

le 26 mai 2021

40 j'aime

5

Du même critique

Babylon
Plume231
8

Chantons sous la pisse !

L'histoire du septième art est ponctuée de faits étranges, à l'instar de la production de ce film. Comment un studio, des producteurs ont pu se dire qu'aujourd'hui une telle œuvre ambitieuse avait la...

le 18 janv. 2023

290 j'aime

20

Oppenheimer
Plume231
3

Un melon de la taille d'un champignon !

Christopher Nolan est un putain d'excellent technicien (sachant admirablement s'entourer à ce niveau-là !). Il arrive à faire des images à tomber à la renverse, aussi bien par leur réalisme que par...

le 19 juil. 2023

211 j'aime

29

The Batman
Plume231
4

Détective Batman !

[AVERTISSEMENT : cette critique a été rédigée par un vieux con difficile de 35 piges qui n'a pas dû visionner un film de super-héros depuis le Paléolithique.]Le meilleur moyen de faire du neuf, c'est...

le 18 juil. 2022

137 j'aime

31