Je te rassure, toi qui aimes les ambiances humides, il pleut dans ce film. Mais pas que.

Je me souviens que j'y étais allé sans trop y croire. On avait tout vu, c'était pas des nouaches qui allaient nous foutre sur le derche avec une histoire de tueur en série. Nan mais oh ! C'est nous qui avons les plus grands dégénérés de l'univers! Émile Louis, il n'était pas pakistanais. Et Landru, il était tunisien? Faites pas chier ! Et c'est pas dans le traitement ou la forme que vous allez m'en boucher un coin.

Crois-moi, j'en aurais mangé ma casquette en sortant.

On s'intéresse à une histoire vraie dans un pays, la Corée du Sud du début des années 80, écrasé sous une chape militaire. Une enquête cul-de-sac sur un mec qui viole et qui tue des femmes. Une enquête affligeante d'amateurisme et on ne l'habille, ici, d'aucun artifice.

Ça serait presque drôle si ce n'était pas si triste. Du gamin-perroquet aux claques ou coups pieds qui partent comme si tu t'étais trompé de tribune. Quoi ? Ici on doit avoir une moustache, sentir le kebab et avoir des ceintures à la main ? Merde, j'ai pas l'air con avec ma calvitie de la lèvre, mon crâne en peau de fesses et mon maillot avec Weah collé dans mon dos...

On préfère s'abîmer dans le quotidien, son effarante réalité, palpable presque, et cette horreur d'enquête bâclée, à coup d'interrogatoires grotesques, de scènes de crime souillées par une police archaïque.

Il y a cette litanie des meurtres, ce rythme et cette absence de voyeurisme.
Voir un corps, sans vie, abandonné dans un trou ou dans un champs, ça n'a rien de sexy.
J'avais personnellement passé un cap, je n'étais pas nécrophile.

On croit au Salut, enfin, quand le flic des villes rejoint le flic des champs. Un instant seulement. Lui et son bagage arrivant trop tard sûrement, le tueur ayant eu tout loisir de peaufiner son œuvre à l'abri de l'incompétence crasse, ce bouillon de culture où il s'est fortifié.

C'est filmé comme si le réalisateur avait un pinceau et qu'il caressait la toile, c'est habité de rôles et de seconds rôles épais et humains, c'est tendu, profondément angoissant et incroyablement beau au final.

On peut rester pantois devant tant de maîtrise, devant cette précision, ce refus obstiné de verser dans le spectaculaire, dans ce tape à l’œil putassier, cette complaisance dans l'abjection, devenus, au fil du temps, les principales cases à cocher d'une croix dans les colonnes du cahier des charges du film de serial killer. Comme si la formule éprouvée maintes fois était magique et assurait à elle seule le succès. Comme si, avec des meurtres biens dégueulasses et de la pluie, le tour était joué.

Ah cette flotte !

Après la séance, je suis rentré chez moi à cloche-cul, sur mon derche.

Sinon, une fois la visière passée, la casquette, ça s'avale fastoche.
DjeeVanCleef
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Top 100

Le 1 janvier 2014

123 j'aime

16 commentaires

Memories of Murder
Nushku
9

Thriller aigre-doux

Memories of Murder n'est pas monolithique. Il est certes en premier lieu un polar captivant au rythme parfaitement construit sur la traque d'un serial-killer mais il est aussi fait d'antagonismes...

il y a 11 ans

200 j'aime

6

Memories of Murder
guyness
9

Corée graphique

Je ne sais pas pourquoi, le cinéma asiatique m'a toujours laissé froid (1). La preuve: côté nippon, je n'aime que Kurosawa et Miyazaki. Les chinois m'ennuient, les films HK me plongent dans une...

il y a 9 ans

163 j'aime

21

Memories of Murder
Gothic
10

Lettre triste

[SPOILER ALERT / ALERTE GACHAGE] Le détective Park Doo-Man me fait rire, il est si maladroit. Et puis il me peine, aussi. Etre désespéré d'attraper un homme au point de falsifier des preuves, de...

il y a 8 ans

144 j'aime

43

Les Fils de l'homme
DjeeVanCleef
10

L'évangile selon Thélonius.

2027, un monde où les enfants ne naissent plus, comme une malédiction du Tout-Puissant, un courroux divin. Un monde qui s'écroule sous les coups des intégrismes de tous poils, où seule, la Grande...

il y a 9 ans

192 j'aime

35

Heat
DjeeVanCleef
10
Heat

Le Crépuscule des Dieux.

Résumer ça à une fusillade, certes impressionnante, ou à un affrontement entre deux monstres sacrés du cinéma qui ne s'étaient jusqu'alors, croisés, que le temps de quelques fondus enchaînés dans "Le...

il y a 9 ans

180 j'aime

11

Rambo
DjeeVanCleef
9
Rambo

La chasse.

Welcome to Hope. Ses lacs, ses montagnes et Will Teasle son Shérif. Plutôt facile de faire régner l'ordre par ici, serrer des pognes et éviter les embrouilles. Par exemple, escorter cet intrus, ce...

il y a 9 ans

178 j'aime

45