Metropolis
8.1
Metropolis

Film de Fritz Lang (1927)

Le monde d'en bas et le monde d'en haut

Dès l’ouverture de Metropolis, le spectateur est plongé dans le rouage infernal de la mécanique des machines qui fonctionnent à toute allure, de l’aiguille des horloges qui mesurent le temps par 10 et non 12h, de la vapeur qui crache à plein tube. Puis le rythme se ralentit : des hommes s’avancent en troupeau lentement et lourdement dans un sens et dans un autre. Têtes baissées, ils forment un groupe informe, dépersonnalisé. Ils sont les rouages humains de la ville, les travailleurs anonymes et besogneux, ceux qui font tourner le monstre mécanique. Ils habitent la ville basse, souterraine, tandis qu’à la surface vivent les dirigeants dans l’insouciance, le luxe, les jeux, la beauté féeriques des jardins. Nous sommes en 2026, au cœur d’une société dystopique…


Mais il suffit d’un grain de sable pour enrayer une machine... Ici, le grain de sable comme on pouvait s’y attendre est un coup de foudre ! Freder le fils du dirigeant de la ville tombe amoureux de Maria, une fille de la ville du bas et découvre une rude réalité qu’il ignorait totalement. Ce sentiment amoureux lui ouvre les portes sur la réalité et ne l’arrête pas à lui-même. Freder va jusqu’à se rendre solidaire d’un ouvrier épuisé à prendre sa place et à s’impliquer dans la lutte des travailleurs.


Ce film que l’on peut rattacher au mouvement expressionniste comporte de nombreuses scènes chocs comme celle de l’accident de la machine qui se transforme dans l’imagination horrifiée de Freder en un monstre, Moloch, qui avale dans sa gueule infernale des travailleurs par dizaines ; le mythe de Babel inséré dans la trame de l’histoire ; l’animation de l’androïde créée par le savant fou : visuellement superbe ! Un androïde qui devient le double maléfique de la lumineuse Maria ; Freder atteint d’une forte fièvre suite à un choc psychologique trop fort : les visions se précipitent dans son esprit tandis qu’il se sent tomber dans un gouffre noir sans rien pour le retenir. Fritz Lang arrive à faire passer tout ce que Freder ressent à ce moment là juste avec des images et des effets spéciaux ; les hommes qui regardent avec avidité la sensuelle danseuse, image de la femme qui chevauche la Bête de l’Apocalypse, les hommes véritables voyeurs ne sont plus que des yeux ; les statues de la cathédrale qui s’animent ; la machine détériorée par les ouvriers qui s’emballe ; l’inondation ; Maria attachée à un bûcher qui n’est pas sans rappeler Jeanne d’Arc ; et bien d’autres encore !


Dans ce film muet qui s’apparente à certains moments à un ballet, la musique tient une place essentielle. Elle donne le rythme aux mouvements des acteurs, elle donne le tempo de l’action. Les décors sont aussi partie essentielle de cette cité futuriste. Ils sont l’œuvre d’une imagination débordante, il sont à la fois grandioses, originaux et ont inspiré des films de science fiction récents tels Blade Runner et bien d’autres. Les milliers de figurants qui participent à ce film et les centaines d’acteurs contribuent à faire de ce film une œuvre imposante.


Le film étant présent sur Netflix et également sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=5BBnMCAIuQg , il n’y a aucune excuse pour passer à côté de ce chef-d’œuvre cinématographique !

Créée

le 1 août 2022

Critique lue 307 fois

19 j'aime

12 commentaires

abscondita

Écrit par

Critique lue 307 fois

19
12

D'autres avis sur Metropolis

Metropolis
Sergent_Pepper
8

Hack to the future

À l’origine du futur se situe Metropolis : œuvre monstre, qui embrasse avec démesure la potentialité du cinéma, encore dans son âge muet, et qui, après les fresques monumentales de Griffith sur le...

le 28 févr. 2019

59 j'aime

1

Metropolis
EIA
10

"Entre la tête et les mains, il doit y avoir le coeur."

Qu'est ce qui a été réellement inventé en matière de science fiction après ce film? J'aimerais bien qu'on me le dise... Il y a tout ici. Les décors, ces tours qui montent, gigantesques, ces...

Par

le 10 août 2013

52 j'aime

15

Metropolis
GiorgiodeRoubaix
4

Il é tro bo

Toute mon appréciation de ce film tient dans une phrase de Buñuel : Metropolis est d'après lui « le plus merveilleux livre d'images qui puisse se composer ». (Ce à quoi j'ajoute quand même : « ... en...

le 11 avr. 2011

48 j'aime

28

Du même critique

La Leçon de piano
abscondita
3

Histoire d'un chantage sexuel ...

J’ai du mal à comprendre comment ce film peut être si bien noté et a pu recevoir autant de récompenses ! C’est assez rare, mais dans ce cas précis je me trouve décalée par rapport à la majorité...

le 12 janv. 2021

57 j'aime

22

Le Dictateur
abscondita
10

Critique de Le Dictateur par abscondita

Chaplin a été très vite conscient du danger représenté par Hitler et l’idéologie nazie. Il a été l’un des premiers à tirer la sonnette d’alarme. Il commence à travailler sur le film dès 1937. Durant...

le 23 avr. 2022

33 j'aime

22

Blade Runner
abscondita
10

« Time to die »

Blade Runner, c’est d’abord un chef d’œuvre visuel renforcé par l’accompagnement musical mélancolique du regretté Vangelis, les sons lancinants et les moments de pur silence. C’est une œuvre qui se...

le 15 janv. 2024

32 j'aime

19