Adapté d'une pièce datant de 1934, Mon crime ne se départ jamais de son aspect théâtral, dans ses dialogues, ses situations et le jeu des comédiens, mais sans que cela semble pesant, bien au contraire, le plaisir pris à cet exercice de style allant crescendo, le tout serti dans une reconstitution léchée du Paris de l'époque où Violette Nozière et Danielle Darrieux faisaient l'actualité, pour des motifs très différents, est-il besoin de le préciser ? D’œuvre très plaisante et malicieusement amorale, Mon crime passe à la vitesse supérieure avec l'entrée en scène tonitruante d'une Isabelle Huppert ébouriffante qui provoque l'emballement général du rythme du film, le tirant vers une forme de délire grotesque très savoureux auquel il est difficile de résister. Tout du long, François Ozon, fait passer dans la légèreté et la fluidité des messages féministes "modernes" qui ne sonnent pas si décalés que cela, dans cette période d'entre deux guerres. Lorsque, avant le tournage, le cinéaste a choisi ses deux interprètes principales, Nadia Tereszkiewicz et Rebecca Marder, celles-ci n'étaient pas encore considérées comme des actrices accomplies, ce qui prouve le flair du réalisateur de 8 femmes. Ces deux étoiles montantes du cinéma français forment un duo épatant qui ne souffre pas de la comparaison avec le reste d'un casting particulièrement riche de Luchini à Boon, en passant par Dussolier et Myriam Boyer, entre autres. Personne ne prétendra que Mon crime représente un opus majeur dans la carrière d'Ozon mais c'est un suave entremets qui ne mérite pas que l'on fasse la fine bouche.

Cinephile-doux
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Au fil(m) de 2023

Créée

le 12 mars 2023

Critique lue 2.9K fois

26 j'aime

2 commentaires

Cinéphile doux

Écrit par

Critique lue 2.9K fois

26
2

D'autres avis sur Mon crime

Mon crime
Plume231
6

Le crime est notre affaire !

Pour la plupart des gens d'aujourd'hui, les comédies françaises ne semblent avoir existé qu'à partir du couronnement de Louis de Funès en monarque incontesté du box-office. Ce qui est regrettable,...

le 7 mars 2023

46 j'aime

15

Mon crime
takeshi29
6

Attention dans cette critique je dis du bien de Dany Boon (et d'Isabelle Huppert)

François Ozon tourne rapidement, très rapidement, enchaine les films tel un Quentin Dupieux, mais si on aimerait lui dire de ralentir afin de nous offrir à nouveau un opus majeur il faut reconnaitre...

le 3 févr. 2023

29 j'aime

1

Mon crime
Cinephile-doux
7

Respect de l'amoral

Adapté d'une pièce datant de 1934, Mon crime ne se départ jamais de son aspect théâtral, dans ses dialogues, ses situations et le jeu des comédiens, mais sans que cela semble pesant, bien au...

le 12 mars 2023

26 j'aime

2

Du même critique

As Bestas
Cinephile-doux
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

le 27 mai 2022

76 j'aime

4

France
Cinephile-doux
8

Triste et célèbre

Il est quand même drôle qu'un grand nombre des spectateurs de France ne retient du film que sa satire au vitriol (hum) des journalistes télé élevés au rang de stars et des errements des chaînes...

le 25 août 2021

76 j'aime

5

The Power of the Dog
Cinephile-doux
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

le 25 sept. 2021

70 j'aime

13