Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Ce que Eastwood réussit une fois de plus c'est à dépeindre une Amérique glauque, peu sûre d'elle-même, humaine, tourmentée avec cette emprunte de mysticisme.


Sean Penn magistral, éblouissant avec cette scène intense où il voit sa fille morte; un moment horrible mais d'une grande profondeur tragique ; ainsi que Kevin Bacon et Tim Robbins sont tous deux excellents . Et si le dernier est peut-être le moins en vue du trio, il reste quand même très en forme, retranscrivant avec talent cette apathie et ce traumatisme permanent qui est le pilier de l'oeuvre d'Eastwood.


En un sens Mystic River pourrait presque s'apparenter au film choral dans la mesure où chaque personnage a sa propre histoire, son propre développement qui viendra s'imbriquer en une seule et même trame narrative pour proposer ainsi une évolution organisé du film. C'est en tout cas l'intention que je perçois de la part d'Eastwood tant par la force du montage il réussit tantôt à isoler ses personnages pour leur donner de la substance, tantôt à les mettre en exergue dans le simple intérêt de l'avancement de l'histoire.



Le phénomène est si bien mis en place qu'il en devient fascinant, ces âmes qui se croisent et s'éloignent tout en influant les unes sur les autres apportent beauté et charme au film d'Eastwood. Ainsi les blessures intimes de l'homme, le mal qui lui a été infligé pourrait se définir comme un cancer qui ne cesse de croître et de se répandre. Le passé empoisonne le présent, l'histoire est en marche et personne ne pourra rien y changer. L'impact d'un simple évènement sur une vie est crucial, en un seul point les vies se rejoignent et se séparent, les personnalités se forgent, les âmes se déchirent pour ne plus se reformer.



Et si Mystic River est une réussite c'est avant tout parce qu'il réussit à se défaire de tout pathos inutile qui aurait fait de ce film une oeuvre pleine de trop de bons sentiments. Clint Eastwood ne se précipite pas et en mettant sous-jacente les maux intérieurs de ses personnage il procède à une mise sous tension du spectateur et une à une montée progressive de la puissance tant émotive que narrative de son film jusqu'à aboutir à un summum de tension dans la dernière demi-heure.



Les thèmes sont nombreux : le poids écrasant de la mémoires, l'emprise du clan et de la famille, l'enfermement dans un lieu générateur de drames cycliques et la violence reconduite de père en fils. Mais plus que les thèmes , Mystic River se présente comme un constat amer et poignant. On assiste à ce spectacle parfois la boule à la gorge, la rage au coeur.



Le réalisateur américain nous délivre un film très accompli et marquant qui pourra plaire à un public très large. Mystic River est une oeuvre à ne manquer sous aucun prétexte qui s'hisse sans problèmes dans le fleuron de la filmographie d'Eastwood. Au trio d'acteur, s'ajoute une science de la réalisation impeccable, un scénario très bien construit et une photographie très agréable à l'oeil. Une grosse réussite !



Charlotte-Bad
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur.

Créée

le 2 mai 2012

Critique lue 9K fois

74 j'aime

2 commentaires

Charlotte-Bad

Écrit par

Critique lue 9K fois

74
2

D'autres avis sur Mystic River

Mystic River
Charlotte-Bad
8

Poignant ...

Ce que Eastwood réussit une fois de plus c'est à dépeindre une Amérique glauque, peu sûre d'elle-même, humaine, tourmentée avec cette emprunte de mysticisme. Sean Penn magistral, éblouissant avec...

le 2 mai 2012

74 j'aime

2

Mystic River
Velvetman
9

Impitoyable

Mystic River de Clint Eastwood convoque les fantômes du passé et regarde les reflets d’une Amérique qui s’est créée sous les traits de la violence. Un film où la simplicité du cadre mythologique se...

le 21 janv. 2019

48 j'aime

5

Mystic River
cinemusic
10

Le garçon qui monta dans la voiture...

Ce film est l'adaptation(par l'excellent Brian Helgeland) du roman éponyme de Dennis Lehane. Jimmy(Sean Penn),Dave(Tim Robbins) et Sean(Kevin Bacon) sont des amis d'enfance.Un jour de 1975 Dave est...

le 12 mai 2019

30 j'aime

13

Du même critique

Il était une fois en Amérique
Charlotte-Bad
8

il était une fois , un monument est né ...

Techniquement parlant, « Il était une fois en Amérique » se présente comme une apothéose de virtuosité atteignant les sommets du septième art . Rapidement, Leone va bouleverser le code narratif...

le 3 mai 2012

99 j'aime

9

Mystic River
Charlotte-Bad
8

Poignant ...

Ce que Eastwood réussit une fois de plus c'est à dépeindre une Amérique glauque, peu sûre d'elle-même, humaine, tourmentée avec cette emprunte de mysticisme. Sean Penn magistral, éblouissant avec...

le 2 mai 2012

74 j'aime

2

Shining
Charlotte-Bad
8

" All work and no play make Jack a dull boy "

Kubrick se révèle extrêmement habile pour happer le spectateur dans une ambiance glauque et sinistre dès les premières images. S'il y a bien une chose à retenir en premier de Shining, c'est ...

le 19 juin 2012

55 j'aime

17