👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Techniquement parlant, « Il était une fois en Amérique » se présente comme une apothéose de virtuosité atteignant les sommets du septième art . Rapidement, Leone va bouleverser le code narratif habituel avec par exemple cette séquence d'anthologie où 22 sonneries de téléphone vont relier plusieurs scènes et plusieurs époques entre elles. « Il était une fois en Amérique », une exploration cinématographique de la notion du temps et du processus de mémoire.



Leone l'a démontré à chaque fois, il n'accepte jamais les idées préétablies, que ce soit pour les aspects techniques cinématographiques ou historiques. Il travaille comme un véritable filtre qui s'acharne à débarrasser toute particule préconçue de sa création narrative. C'est dans cet état d'esprit que Leone va traverser « son » Histoire de l'Amérique, proposant un état des lieux relativement sombre.



.
La perfection est omniprésente , les images sont sublimes mais aussi les plus troublantes sont à mon avis celle de la ville ancienne, recouverte de nuages de fumée, où Noodles et ses acolytes ont fait leurs premiers pas.



De Niro est sublime dans ce qui s'apparente comme l'un de ses meilleurs rôles, en tout cas le plus abouti de sa fructueuse carrière. Idem pour le metteur en scène. Quant à la célebrissime musique de Morricone, elle est à ranger au panthéon des meilleures bandes-son de toute l'histoire du cinéma !



L'émotion se fait ressentir à chaque instant et le spectateur est transposé comme rarement dans ce monde à part, du rêve, qu'est cette boîte à images et souvenirs qu'on appelle le cinéma. Nostalgique et émouvant mais pas larmoyant, réalisé avec la maîtrise des plus grands, interprété tout en sobriété et subtilité, comportant des passages inoubliables, c'est une des oeuvres les plus remarquable que j'ai pu voir .

Une fresque du 7 ème art !






Je vous en remercie d'avoir fait ce monument , Sergio Leone et merci à vous , Robert De Niro ainsi que Jennifer Connelly .
Charlotte-Bad
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes J'ai toujours voulu savoir combien de films j'ai vu dans les " 1001 films à voir avant de mourir " et Un top 10 ne suffit pas ...

il y a 10 ans

96 j'aime

9 commentaires

Il était une fois en Amérique
Docteur_Jivago
10

Intemporel testament mélancolique

Ultime œuvre de Sergio Leone, il consacra douze années de sa vie pour ce testament, notamment pour préparer le scénario adapté du livre "The Hoods" de Harry Grey. Il nous fait suivre le destin de...

Lire la critique

il y a 8 ans

198 j'aime

64

Il était une fois en Amérique
Charlotte-Bad
8

il était une fois , un monument est né ...

Techniquement parlant, « Il était une fois en Amérique » se présente comme une apothéose de virtuosité atteignant les sommets du septième art . Rapidement, Leone va bouleverser le code narratif...

Lire la critique

il y a 10 ans

96 j'aime

9

Il était une fois en Amérique
Black_Key
10

Brumes et Pluies

Le temps passe. Facilement, il se confond et perd sa structure. Les souvenirs, regrets et joies se mélangent et forment un dédale infini. Les époques se recoupent, se font écho. Elles s'entrelacent...

Lire la critique

il y a 6 ans

83 j'aime

23

Il était une fois en Amérique
Charlotte-Bad
8

il était une fois , un monument est né ...

Techniquement parlant, « Il était une fois en Amérique » se présente comme une apothéose de virtuosité atteignant les sommets du septième art . Rapidement, Leone va bouleverser le code narratif...

Lire la critique

il y a 10 ans

96 j'aime

9

Mystic River
Charlotte-Bad
8
Mystic River

Poignant ...

Ce que Eastwood réussit une fois de plus c'est à dépeindre une Amérique glauque, peu sûre d'elle-même, humaine, tourmentée avec cette emprunte de mysticisme. Sean Penn magistral, éblouissant avec...

Lire la critique

il y a 10 ans

66 j'aime

1

Shining
Charlotte-Bad
8
Shining

" All work and no play make Jack a dull boy "

Kubrick se révèle extrêmement habile pour happer le spectateur dans une ambiance glauque et sinistre dès les premières images. S'il y a bien une chose à retenir en premier de Shining, c'est ...

Lire la critique

il y a 10 ans

52 j'aime

17