Tout amateur de série B ne peut être que séduit par le "pitch" de ce "Night Fare" (et pourquoi pas "Tarif de Nuit", ça sonnait bien aussi, non ?) : un taxi tueur, ça a de bons relents de "Duel" ou de "Christine", non ? Ce n'est malheureusement pas la piste que suit Seri, dévoilant bien trop tôt que le conducteur est le vrai "monstre", une sorte de ninja invincible plus ridicule qu'effrayant,


avant de lui conférer dans un dernier retournement pas très ragoûtant le statut honorifique de "nettoyeur" de la lie de notre société (flics basanés ripous ou petits dealers tout aussi basanés de banlieue - on remarquera que le massacre de SDF par deux blancs de peau reste finalement impuni).


Cette conclusion aussi improbable - qui navigue du côté des théories conspirationnistes de Chattam - que politiquement nauséabonde mise à part, il faut aussi constater que, malheureusement, "Night Fare" ne fonctionne jamais au premier degré, la mise en scène clippesque et inutilement baroque de Seri déréalisant toutes les scènes qui pourraient être angoissantes, et le jeu à la limite du ridicule des deux acteurs principaux achevant de faire office de repoussoir. Reste UNE bonne idée, celui d'utiliser le paysage inhumain des zones de banlieue proche (La Défense, Guyancourt) comme décor urbain réellement anxiogène : un véritable metteur en scène aurait pu tirer de grandes scènes de ces couloirs abandonnés à la nuit et aux lumières orangées des lampadaires. "Tarif de Nuit", le vrai film de série B que la France attend, reste donc à faire. [Critique écrite en 2016]

EricDebarnot
3
Écrit par

Créée

le 14 janv. 2016

Critique lue 489 fois

3 j'aime

Eric BBYoda

Écrit par

Critique lue 489 fois

3

D'autres avis sur Night Fare

Night Fare
FuckCinephiles
6

Critique de Night Fare par FuckCinephiles

Force est d'admettre que depuis quelques temps si la comédie hexagonale se porte étonnement bien, la série B made in France se paye elle aussi une belle cure de jouvence. Zulu, Mea Culpa, De Guerre...

le 12 janv. 2016

6 j'aime

Night Fare
lepetitrenardeau
1

N.A.V.R.A.N.T

Je ne suis pas du genre à écrire des avis sur les films. Mais la nullité rarement égalée de ce " film " si on peut encore l'appeler ainsi me pousse à écrire ces quelques lignes. Quel est le genre du...

le 11 déc. 2015

5 j'aime

2

Night Fare
Hawk
6

Night Fare : Une nuit parisienne tournant au cauchemar

Julien Seri avait déjà prouvé avec Scorpion qu’il aimait sortir du cinéma français traditionnel en proposant un film d’action dans le monde de la boxe thaïlandaise. Avec Night Fare, il déroute, une...

Par

le 28 janv. 2018

4 j'aime

3

Du même critique

Les Misérables
EricDebarnot
7

Lâcheté et mensonges

Ce commentaire n'a pas pour ambition de juger des qualités cinématographiques du film de Ladj Ly, qui sont loin d'être négligeables : même si l'on peut tiquer devant un certain goût pour le...

le 29 nov. 2019

205 j'aime

152

1917
EricDebarnot
5

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

le 15 janv. 2020

190 j'aime

105

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

le 15 sept. 2020

188 j'aime

25