👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Okja est un conte : à partir du moment où l’on accepte ce présupposé, on peut être en mesure de l’apprécier.
Après une ouverture assez ébouriffante calquée sur un clip marketing adepte du Green Washing, et fleurant bon la satire, place à la traditionnelle relation entre l’enfant et le monstre. Reprenant certaines des questions soulevées dans The Host, la créature résultant des expérimentations irresponsables des humains, le cinéaste prend soin de caractériser le plus possible son héroïne, fleur d’innocence dans un monde cynique, et Okja, porc géant dont le visage a tout du chien le plus fidèle. Tout ceci est mignon, à n’en point douter ; la nature est belle, la relation soudée, la musique est jolie.
Dans la mesure où l’une des qualités de Bong Joon-ho est de toujours nous surprendre, on ne saurait lui reprocher d’être déconcerté par cette joliesse généralisée. Les éléments perturbateurs à venir vont rester dans cette atmosphère de comédie, particulièrement soulignée par une musique qu’on croirait sortie des films de Kusturica.
Le rythme est enlevé, les séquences d’action d’une maitrise indéniable, et le plaisir à détruire le système assez jubilatoire, notamment dans le saccage d’un supermarché par la bête, ou les actions des militants du front de libération des animaux.
La comédie l’emporte le plus souvent, personne, à l’exception de la jeune fille, n’échappant à la satire ; c’est l’occasion pour les comédiens de se surpasser en matière de caricature, probablement ravis de quitter l’univers pudique d’Hollywood pour l’imaginaire débridé du coréen. Jake Gyllenhaal en roue libre, Tilda Swinton en double exemplaire (ce qui devient une manie après Tom Hardy et Fassbender) : on se croirait un peu dans l’univers bigarré de Tim Burton, ce qui n’est pas forcément agréable et peut occasionner quelques soupirs irrités.
Si Okja peut remporter l’adhésion, c’est grâce à sa sincérité générale. La dénonciation de la société de consommation, des leurres du système publicitaire et de l’horreur de l’industrialisation, pour peu originale qu’elle soit, font souvent mouche ; la séquence finale dans les abattoirs permet ainsi de durcir le ton, et le dénouement est loin d’apporter les satisfactions conventionnelles du conte, établissant certains parallèles avec les heures les plus sombres de l’histoire des humains. Le mélange des tons chers à Bong est donc bien présent, mais dosé de manière plus inégale, et sous le glacis d’un ensemble pop qui ne lui rend pas toujours service.
Car cette fable, à trop vouloir jouer à l’international, prend les risques de l’édulcoration, voire de la concession malaisante : le placement de produit éhonté pour Apple donne tout de même de sérieux coups de griffe à la satire, et l’on en vient à souhaiter ardemment le retour annoncé du cinéaste au bercail, pour des histoires moins ambitieuses, mais autrement plus profondes.

(6.5/10)

Sergent_Pepper
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes satire, Corée, Intégrale Bong Joon-Ho, vu en salle 2017 et vu en 2017

il y a 5 ans

117 j'aime

11 commentaires

Okja
Sergent_Pepper
7
Okja

La belle et les bêtes

Okja est un conte : à partir du moment où l’on accepte ce présupposé, on peut être en mesure de l’apprécier. Après une ouverture assez ébouriffante calquée sur un clip marketing adepte du Green...

Lire la critique

il y a 5 ans

117 j'aime

11

Okja
Gothic
7
Okja

Porks & Recreation

Je l'ai attendu hier ! Pour m'occuper l'après-midi en attendant que Netflix daigne le mettre en ligne, j'avais donc l'embarras du choix: poursuivre ma lecture du moment, à savoir The Man in The...

Lire la critique

il y a 5 ans

85 j'aime

18

Okja
Peaky
7
Okja

Dessine-moi notre futur

Okja n’est pas un film de SF, ce n’est pas une dystopie sympathique, c’est notre futur proche si rien ne change. La polémique ridicule accompagnant le film au festival de Cannes aura au moins eu un...

Lire la critique

il y a 5 ans

78 j'aime

5

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

710 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

648 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53