Que le propos d’une œuvre ne soit pas tout à fait limpide pour le spectateur permet d’ouvrir la réflexion. En revanche, que les clefs de la compréhension du récit correspondent à des principes philosophiques peu connus réduit nettement l’intérêt du film. ‘Persona’ repose donc sur une théorie de la psychanalyse considérant la « persona » comme le masque social, et l’alma comme le subconscient. Avec ces simples concepts en tête, l’œuvre entière s’éclaircit, mais devient également moins intéressante.


En effet, on ne trouve pas forcément les indices qui aurait dût mettre la puce à l’oreille du spectateur, comme David Lynch l’a fait adroitement dans ‘Mulholland Drive’. Il y a évidemment la ressemblance entre les deux actrices, le plan de fusion des visages, mais on reste sur notre faim. Pire, certains passages restent obscurs, et on hésite entre lacune d’interprétation de notre part, ou incohérence du réalisateur. Ainsi, si Alma est, comme son nom l’indique, le subconscient d’Elisabeth Vogler, comment expliquer qu’elle se livre aussi facilement au moi ? On peut comprendre l’opposition entre les deux personnages, mais on aura du mal à suivre et à interpréter l’évolution de leur relation.


Reste que l’ambiance particulière du film est particulièrement adaptée au propos, avec ses décors épurés, ses superbes jeux de lumière et sa mise en scène réussie. Pour autant, les délires symboliques du réalisateur, en introduction et conclusion entachent le récit. Non seulement ils marquent une coupure radicale avec le reste de l’œuvre, mais leur sens reste également opaque au spectateur. Par ailleurs, la répétition du discours final d’Alma est lassante, et largement superficielle.


On se contentera des excellentes performances des actrices Bibi Anderson et Liv Ullmann. Plutôt que les plongées psychologiques du réalisateur, on appréciera la faculté d’Ingmar Bergman à mettre en scène les tensions entre les femmes (qui seront d’ailleurs au cœur de son ‘Höstsonaten’).


Un œuvre à la psychologie opaque.

Kroakkroqgar
4
Écrit par

Le 25 juillet 2014

34 j'aime

5 commentaires

Persona
guyness
10
Persona

Persona me gratta

C'est la première fois de ma vie que je vois un film en blanc et noir. L'anecdote qui accompagne la genèse du film permet de mesurer le gouffre abyssal qui sépare un artiste et le péquin moyen, toi,...

Lire la critique

il y a 9 ans

166 j'aime

22

Persona
lowenergyidol
10
Persona

Critique de Persona par Low Energy Idol

Best Film Ever. Le titre parle déjà de lui-même : "Persona" est un terme de psychanalyse jungienne, qui signifie grosso modo "masque social". Ce "Persona" est un mécanisme psychique qui prend sa...

Lire la critique

il y a 10 ans

134 j'aime

10

Persona
Flagadoss
9
Persona

Jung and innocent.

Il y a dans la vie deux types de films qui font gamberger. Ceux qui font gamberger sur un sujet aléatoire, et des films qui font gamberger sur un sujet qui vous occupait déjà l'esprit avant de voir...

Lire la critique

il y a 11 ans

75 j'aime

65

La La Land
Kroakkroqgar
4
La La Land

Critique de La La Land par Kroakkroqgar

Difficile de dissocier 'La La Land' de sa couverture médiatique : plébiscité par les médias et triomphe absolu aux Golden Globes, la comédie musicale surfe sur la vague qu'elle a cherché à provoquer...

Lire la critique

il y a 5 ans

37 j'aime

3

Persona
Kroakkroqgar
4
Persona

Critique de Persona par Kroakkroqgar

Que le propos d’une œuvre ne soit pas tout à fait limpide pour le spectateur permet d’ouvrir la réflexion. En revanche, que les clefs de la compréhension du récit correspondent à des principes...

Lire la critique

il y a 8 ans

34 j'aime

5

Sonatine - Mélodie mortelle
Kroakkroqgar
5

Critique de Sonatine - Mélodie mortelle par Kroakkroqgar

A la manière des imperturbable yakuzas que le film met en scène, ‘Sonatine’ m’a laissée de marbre. D’une part, la narration n’est pas claire. On a du mal à saisir les tenants et aboutissants de la...

Lire la critique

il y a 9 ans

27 j'aime

3