👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

C’est noël, John McClane, un policier new-yorkais, rejoint sa femme, dont il est séparé dans l’espoir de se réconcilier, dans les locaux d’une multinationale japonaise basée à Los Angeles où une soirée est donnée en l’honneur des employés. Alors qu’il s’est isolé pour téléphoner, un petit groupe coupe les communications et envahie la tour.

Après une rapide présentation du contexte et de la situation, John McTiernan rentre dans le vif du sujet et John McClane se retrouve en pantalon, pied nus avec un flingue seul face à ce groupe de douze personnes. Surtout qu’il n’est pas forcément bien aidé par les possibles aides extérieurs, souvent ridicule tout le long du film ! Le déroulement est bien écrit et surtout assez efficace, tout comme la mise en scène de McTiernan qui trouve le parfait dosage entre les scènes d’actions (souvent très réussies, haletante et parfois même époustouflantes) et les moments de répits. Sans faute de rythme, c’est avec plaisir que l’on suit le cache-cache entre McClane et les malfrats.

Mais la vraie réussite du film, c’est d’adopter un ton plutôt décalé et de ne pas rester dans le premier degré. Les touches d’humours sont souvent bien trouvées sans jamais être lourde et les punchlines de Bruce Willis sont aussi piquantes que ses péripéties captivantes. D’ailleurs ce dernier, pour ce qui est un de ses premiers grands rôles au cinéma (après avoir connu le succès sur le petit écran), est charismatique à souhait et incarne à merveille ce personnage, courageux, tenace et malin. Les malfaiteurs sont eux-aussi réussis, plutôt intéressants et bien interprétés. McTiernan utilise très bien le cadre de son histoire et le building dans lequel se passe l’action. Du rez-de-chaussée jusqu’au toit, il use de toutes les possibilités pour empêcher son récit de tourner en rond et sa gestion de l’espace est totalement maitrisée.

Emmené par un charismatique Bruce Willis et un diabolique Alan Rickman, Piège de cristal se révèle jouissif à souhait, avec un John McTiernan maîtrisant à merveille sa caméra pour proposer un thriller aussi captivant que sous tension, où les scènes d’actions côtoient un ton décalé et des punchlines de chocs.

Docteur_Jivago
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Mes Années 1980 au cinéma, Plongée dans les polars américains, Die Hard, Alan Rickman, Sorcier Romantique et Les meilleurs films de Noël

il y a 8 ans

70 j'aime

23 commentaires

Piège de cristal
Gand-Alf
9

Une nouvelle race de héros.

Alors que les muscles huilés de Sylvester Stallone et d'Arnold Schwarzenegger règnent en maîtres sur le cinéma d'action, que les coups de tatanes de Jean-Claude Van Damme et de Steven Seagal...

Lire la critique

il y a 6 ans

74 j'aime

7

Piège de cristal
Docteur_Jivago
8

Maîtrise de l'Espace

C’est noël, John McClane, un policier new-yorkais, rejoint sa femme, dont il est séparé dans l’espoir de se réconcilier, dans les locaux d’une multinationale japonaise basée à Los Angeles où une...

Lire la critique

il y a 8 ans

70 j'aime

23

Piège de cristal
sseb22
9

Die Hard de cristal

J'ai toujours été un fan de cette série (bon, surtout les premier et troisième :o). Je dois avouer que le film est marqué "années 80" (cigarette à l'aéroport, arme dans l'avion, les vêtements,...)...

Lire la critique

il y a 11 ans

62 j'aime

13

Gone Girl
Docteur_Jivago
8
Gone Girl

American Beauty

D'apparence parfaite, le couple Amy et Nick s'apprête à fêter leurs cinq ans de mariage lorsque Amy disparaît brutalement et mystérieusement et si l'enquête semble accuser Nick, il va tout faire pour...

Lire la critique

il y a 7 ans

167 j'aime

29

American Sniper
Docteur_Jivago
8

La mort dans la peau

En mettant en scène la vie de Chris The Legend Kyle, héros en son pays, Clint Eastwood surprend et dresse, par le prisme de celui-ci, le portrait d'un pays entaché par une Guerre...

Lire la critique

il y a 7 ans

146 j'aime

31

2001 : L'Odyssée de l'espace
Docteur_Jivago
5

Il était une fois l’espace

Tout juste auréolé du succès de Docteur Folamour, Stanley Kubrick se lance dans un projet de science-fiction assez démesuré et très ambitieux, où il fait appel à Arthur C. Clarke qui a écrit la...

Lire la critique

il y a 7 ans

138 j'aime

40