Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Malgré l'échec considérable du premier opus, les producteurs ont désiré remettre le couvert en proposant une suite au rabais où c'est désormais Gepetto (toujours interprété par Martin Landau) qui se retrouve transformé en marionnette à cause d'un élixir magique confectionné par la diabolique Mme Flambeau (la veuve du précédent bad guy, à nouveau interprété par Udo Kier). La principale mission de l'ex-pantin sera donc de sauver son paternel d'un cirque.


Avec un tel scénario, un budget bien réduit et un tournage économe au Luxembourg, on ne s'étonnera pas de la qualité de la séquelle, sortie chez nous en France mais directement en vidéo dans la plupart des autres pays. Réduction de budget oblige, les marionnettes et autres effets spéciaux sont rares, Anderson brodant ce qu'il peut avec des séquences comiques pas très fines et des dialogues sans intérêt s'éternisant pour ajouter un brin de consistance à tout ce remue-ménage. Transformés en versions animales à la fin du premier film, le Chat et le Renard par exemple sont devenus ici des acteurs aux maquillages grossiers. Pareillement, il faudra attendre presque une heure pour voir notre jeune héros de retour en marionnette, accompagné de Pepe le criquet en fin de bobine, toujours numérique mais cette fois-ci visuellement hideux.


Entre la mise en scène académique du vétéran Michael Anderson, les bruitages cartoonesques intempestifs, son unique décor rébarbatif, une interprétation bas de gamme et les pauvres effets spéciaux de No Prisoners 3DFX (qui venait d'ouvrir ses portes et dont c'est le premier travail), Pinocchio et Gepetto ne vaut pas un kopeck et ressemble plus à un téléfilm essoufflé qu'à une suite de mini-blockbuster. Les enfants en bas âge y trouveront en revanche sans peine leur compte. Quoique...

MalevolentReviews
1

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste C'est vraiment sorti en salles ça ?

Créée

le 19 avr. 2020

Critique lue 287 fois

Critique lue 287 fois

Du même critique

Wonder Woman 1984
MalevolentReviews
3

Tant qu'il y aura des hommes

Toujours perdu dans une tourmente de décisions visuelles et scénaristiques, de décalages et de tonalités adéquates, DC Comics se fourvoie une nouvelle fois dans un total manque de cohésion et par...

le 26 déc. 2020

67 j'aime

6

Dune
MalevolentReviews
5

L'Épice aux étoiles

Attendu comme le Messie, le Dune nouveau aura été languissant avec son public. Les détracteurs de Denis Villeneuve s'en donne à cœur joie pour défoncer le produit à la seule vue de sa bande-annonce,...

le 18 sept. 2021

43 j'aime

5

Kaamelott - Premier Volet
MalevolentReviews
5

Les prolongations

Il l'a dit, il l'a fait. Plus de dix ans d'absence, dix ans d'attente, dix ans de doute, une année de retard à cause de la pandémie. Kaamelott a marqué la télévision, de par son ampleur, son aura...

le 20 juil. 2021

39 j'aime

10