L’indicible étrangeté qui se dégage de la présence magnétique de Vicky Krieps ne peut qu’inspirer les cinéastes pour lui donner des rôles à sa mesure. Alors que son personnage se confrontait au deuil dans le poignant Serre moi fort de Mathieu Amalric, la voici face à l’imminence de sa propre disparition. Plus que jamais suit ainsi le parcours d’une femme qui se sait condamnée, et va devoir choisir la manière dont elle se retirera du monde des vivants.

La question a rarement été abordée sous cet angle, et c’est là l’intérêt premier de ce récit : Hélène prend la décision du départ, en expliquant avoir besoin d’espace, laissant sur le carreau son mari Mathieu et les proches qui, dans un prologue sur le quotidien, ne parviennent à trouver la posture adéquate. Ce malaise, cette impossibilité d’accéder à celui qui se sait sur le départ est le sujet central du film, et bouscule les représentations communément admises : « C’est pas comme ça que ça se passe. Dans ces moments on est entouré des gens qu’on aime », lui assène son mari, convaincu de pouvoir apporter, par son amour et sa présence, ce qui pourrait s’apparenter à du réconfort.


Plus que jamais est un récit initiatique dont la ligne d’horizon est la mort : le voyage offert, à une candidate qui n’en demandait pas tant, vers une destination qui ne peut que laisser les autres à domicile, et impose, sur une durée trop courte, toute la sagesse d’une existence. Cette condensation se déploie donc à la faveur d’une échappée en Norvège, pour rejoindre un autre isolé, dans une contrée à l’exotisme adéquat, où le soleil ne se couche presque plus, et la connexion au monde suppose l’ascension d’une montagne. La retraite d’Hélène n’aura rien d’un ermitage philosophique avec son lot d’aphorismes sur la vie et l’acceptation. C’est, plus simplement, le choix de l’antichambre avant le grand départ, dénuée des déchirures, et en harmonie avec un lieu plus grand et paisible que soi.


L’itinéraire de délestage est donc aussi celui des attendus propres au mélodrame : si le retour de Mathieu occasionne quelques rechutes assez maladroites, c’est pour mieux montrer à quel point Hélène avait vu juste en quittant son appartement et tous ceux qui désiraient gauchement la soutenir. La décision est cruelle, et elle laisse ceux qui restent sur le carreau ; elle n’en est pas moins légitime, et offre une autre approche de l’inéluctable, qui ferait de la condamnée une femme ayant encore à s’accomplir avant de s’en aller : ce sera le cas dans son regard sur le paysage, ou sa reconquête d’un corps qui pourra étreindre une dernière fois l’homme qu’elle aime.


La déchirure et l’adieu se parent donc d’une sérénité nouvelle, et d’une autre forme d’acceptation : à celle d’une femme qui regarde son destin bien en face succède celui qui accepte son choix, et la laisse par amour suivre le chemin qu’elle s’est tracé. Et la séquence finale, bouleversante, s’épaissit d’un raccord funeste de la fiction à la réalité lorsque le spectateur sait que celui qui part est aussi Gaspard Ulliel, dont c’est ici la dernière apparition à l’écran.


Sergent_Pepper
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes deuil, Maladie, Vu en 2022, Vu en salle 2022 et Festival de Cannes 2022 : films vus

Le 18 novembre 2022

24 j'aime

Plus que jamais
Plume231
6

Pour un fjord avec moi !

C’est le dernier film dans lequel apparaît physiquement Gaspard Ulliel (ses véritables adieux au cinéma passent par l’intermédiaire de sa voix qu'il prête à une poupée dans Coma de Bertrand Bonello...

il y a 12 jours

12 j'aime

5

Plus que jamais
AnneSchneider
9

L’énigme de l’autre face à sa propre mort

La fin de vie. Sujet morose, s’il en est, surtout lorsque celle-ci impose son approche de manière indéniablement prématurée, au cœur de la jeunesse. La réalisatrice Emily Atef, également...

il y a 14 jours

11 j'aime

8

Plus que jamais
qbourdin
5

Les ingrédients sont là, mais la mayonnaise ne prend pas...

Plus que Jamais était attendu à Cannes car il s'agissait du dernier rôle de Gaspard Ulliel, avec Vicky Krieps sa dernière compagne. Le film raconte l'histoire d'une femme qui a un problème pulmonaire...

il y a 6 mois

3 j'aime

1

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

il y a 8 ans

726 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

il y a 3 ans

661 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

il y a 8 ans

589 j'aime

53