Que voilà un film bien ambitieux, voire prétentieux, et très difficile à critiquer sans spoiler... Les frères Spierig poussent les concepts de voyage et paradoxe temporels à leur paroxysme, si bien que certains accepteront cette déroute assez mindfuck quand d'autres réfuteront l'aspect capillotracté du film. En tout cas, tout divulgâchage pourrait nuire à tout le plaisir de la découverte du film, donc si tu ne l'as pas vu, passe ton chemin et regarde Prédestination.


D'abord un drame, puis un thriller de science-fiction, Prédestination se révèle être en tout point imprévisible. Basé sur la nouvelle Vous les zombies, il nous fait nous poser la question toujours sans réponse de "la poule ou l’œuf".


Le film peut être scindé en deux parties distinctes : une première exclusivement composée de flashbacks nous faisant découvrir la vie tumultueuse de Jane, une seconde abordant le voyage temporel, partie durant laquelle tous les morceaux se recollent. Cette narration permet de rendre l'histoire très claire, bien que celle-ci soit particulièrement alambiquée. Elle élimine également tout ennui, car le film n'a de cesse de nous surprendre avec ses rebondissements.


L'idée d'une histoire dont tous les protagonistes forment une seule et même entité paraît compliquée à installer, mais le déroulement facilite grandement la compréhension, et un petit montage chronologique nous est présenté à la fin pour ôter toute incertitude. Et tout le long du film, le personnage reste très en accord avec lui-même, ce qui se joue parfois sur quelques points de détails, comme des points communs, des postures, des attitudes.


Mais tout l'intérêt du film repose sur les questionnements et les paradoxes qu'il suggère. On parle quand même d'un personnage qui se donnera lui-même la vie, et se l'ôtera également. Il est le seul être qu'il n'ait jamais aimé, bien qu'il "déteste ce qu'il voit dans le miroir". Il écrit mais subit sa destinée. Il recherche intérieurement son identité propre, et passe également toute sa vie à se traquer lui-même sans le savoir. Ce personnage devient alors hors du temps, condamné à errer dans une boucle dont il est le seul instigateur, irrémédiablement esclave de sa destinée.


Malgré l'étrangeté du propos, Prédestination reste toujours facile à suivre ; son scénario est l'une de ses plus grandes forces, à l'instar de sa préservation des secrets de la vie du personnage d'Ethan Hawke, par ailleurs bien à l'aise dans ce rôle, même si le personnage le plus touchant reste celui de Sarah Snook. Un film à voir, mais surtout à revoir.

Monsieur_Cintre
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur.

Créée

le 8 mai 2020

Critique lue 117 fois

4 j'aime

2 commentaires

Monsieur_Cintre

Écrit par

Critique lue 117 fois

4
2

D'autres avis sur Prédestination

Prédestination
Pierre_Champleboux
2

Time travel for dummies

Fana d'histoires de voyages dans le temps depuis toujours, je me suis jeté sur Prédestination avec la ferme intention de passer un moment divertissant, plein de surprises et de rebondissements...

le 3 déc. 2014

54 j'aime

11

Prédestination
Strangelove
7

Homme à femmes.

Alors déjà je souhaiterais commencer par dire que ce n'est pas le titre que je souhaitais donner à cette critique, mais étant donné la forte portée spoilatrice (j'invente des mots ce soir, m'en...

le 7 déc. 2014

52 j'aime

9

Prédestination
Samu-L
6

Destination convenue

Predestination est une adaptation de la nouvelle All You Zombies de Heinlein. Cette nouvelle étant elle même une réponse de la part d'Heinlein au roman de Barjavel Le Voyageur Imprudent et au fameux...

le 30 nov. 2014

44 j'aime

12

Du même critique

Les Aventuriers de l'arche perdue
Monsieur_Cintre
5

Archéologue : un métier badass

Je trouve que Spielberg a un sens tout particulièrement affûté lorsqu'il est question de rythmer ses films. Il rend la narration très simple, si bien qu'à chaque moment du film, nous savons à peu...

le 1 oct. 2018

19 j'aime

7

The Big Lebowski
Monsieur_Cintre
10

Tout commença par une souillure de tapis...

En 1998, les frères Coen ont déjà maintes fois affirmé leur style à la fois étrange, absurde, dramatique, noir et comique. Un savant mélange qui, deux ans après la réussite de Fargo, donnera...

le 26 avr. 2020

19 j'aime

3

Mon nom est Personne
Monsieur_Cintre
7

Le chemin vers la reconnaissance

Mon Nom est Personne est à la fois un western spaghetti et un hommage au genre. Il s'agirait à l'origine d'un projet de Leone - le roi des spaghettis - qui en est le producteur, et qui souhaite...

le 5 sept. 2020

17 j'aime

10