Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Tout sonne et résonne viscéralement juste dans « Pride ». Par sa construction sans faille, on ressent dans le scénario de Stephen Beresford, un sujet qu’il porte depuis des années et qu’il a pris soin d’affiner. En s’inspirant d’un fait d’actualité de 1984, où un groupe Gay-Lesbien est venu en aide à un village de mineurs en grève s’opposant au pouvoir de Margareth Thatcher, prônant la fermeture des mines, c’est toute une époque qui est remise en lumière, celle des « Golden eighties ». Plus dorées pour certains que d’autres. Et c’est bien ce qui unira, malgré des nombreux aléas, ces femmes et ces hommes, ces deux groupes d’activistes si radicalement opposés. Leurs valeurs (tolérance, dignité, amitié, lutte contre l’inégalité…), même si elles s’expriment à des niveaux différents, les rapprochent. Il ne faut pourtant pas prendre « Pride » pour un film militant ou revendicatif, l’esprit est ailleurs, reposant sur les grandes valeurs humanistes, celles qui tel un phénix émergent dans les situations extrêmes. « Pride » se veut et est avant tout une comédie. L’humour (surtout s’il est britannique) a toujours été le meilleur vecteur pour délivrer des messages forts. Et l’on rit énormément, avec de nombreuses situations cocasses (la rencontre des deux univers) et une causticité permanente. Enfin, « Pride » est un film réaliste, car sous l’apparente légèreté, s’inscrit en filigrane la souffrance (la crise industrielle, la pauvreté de la classe ouvrière), la peur (discrimination, sida qui émergeait alors…), le difficile respect de la différence et son long parcours… mais surtout l’Amour. Cette lutte que mèneront côte à côte, ces femmes et ces hommes est avant tout un combat instinctif, dévoilant en chacun son désir d’aider et fondamentalement d’aimer l’autre. Un message positif pour un film qui l’est tout autant, et porté par de merveilleux acteurs… Imelda Staunton (la Vera Drake de Leigh), Bill Nighy et les deux jeunes George Mackay et Ben Schnetzer sont fabuleux.S’il est un film qui rallie toutes les causes, sans excès, d’une grande justesse et d’une force émotionnelle prodigieuse, désormais c’est «Pride » qu’il faudra citer !
Fritz_Langueur
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films de 2014, Les films les plus tristes, Les meilleurs films LGBTI+ et Les meilleurs films des années 2010

Créée

le 10 sept. 2014

Critique lue 409 fois

3 j'aime

Fritz Langueur

Écrit par

Critique lue 409 fois

3

D'autres avis sur Pride

Pride
Frusciendrix
10

Be proud!

Il est des films qu'il fait bon voir, tout simplement. Je n'avais jamais vu, jamais, une salle, à moitié pleine, en dernière semaine de projection, applaudir un film qui n'est pas un blockbuster,...

le 12 oct. 2014

41 j'aime

Pride
Alex-La-Biche
7

They're Still Standing

Depuis quelques années, les histoires qui tournent autour des minorités sexuelles ont fait couler beaucoup d'encre notamment avec la récente loi sur le mariage gay qui engendra de nombreuses...

le 10 sept. 2014

23 j'aime

10

Pride
Kalimera
8

Germinal au Bonheur des dames

Ben moi je trouve que l'année 2015 commence bien. Pride m'a mise d'excellente humeur, je me suis souvenue( avec des ricanements de la part de mon homme et des gloussements de dinde pour ma part) que...

le 1 janv. 2015

21 j'aime

4

Du même critique

Ni juge, ni soumise
Fritz_Langueur
8

On ne juge pas un crapaud à le voir sauter !

Ce n'est pas sans un certain plaisir que l'on retrouve le juge d'instruction Anne Gruwez qui a déjà fait l'objet d'un reportage pour l'émission Strip-tease en 2011. Sept ans après, ce juge totalement...

le 12 févr. 2018

59 j'aime

7

120 battements par minute
Fritz_Langueur
10

Sean, Nathan, Sophie et les autres...

Qu’il est difficile d’appréhender un avis sur une œuvre dont la fiction se mêle aux souvenirs de mon propre vécu, où une situation, quelques mots ou bien encore des personnages semblent tout droit...

le 24 août 2017

56 j'aime

10

Tale of Tales
Fritz_Langueur
9

La princesse aux petites poisses...

Indiscutablement « Tale of tales » sera le film le plus controversé de l’année 2015, accueil mitigé a Cannes, critique divisée et premiers ressentis de spectateurs contrastés. Me moquant éperdument...

le 3 juil. 2015

48 j'aime

11