Une énigme macabre aux relents d'agonie

Je conçois que l'on puisse détester SAW, pour des raisons tout à fait valables.

Personnellement, j'adore, et pour des raisons tout aussi valables.

La première chose à prendre en compte, si l'on veut considérer le film avec un minimum de profondeur, est le budget avec lequel il a été tourné : 1,2 millions de dollars, en tout et pour tout. Je ris jaune en songeant à ce chiffre, car alors que le budget pour la franchise n'a cesser d'augmenter (4 millions pour SAW 2, 12 millions pour SAW 3...), la qualité s'est amoindrie, au point de transformer ses énièmes suites en navets difficilement défendables...

Doit-on pourtant faire l'éloge des films faits avec des bouts de ficelle ?
De nombreux essais semblent le confirmer : de REC au projet blairwitch, en passant par Evil Dead, des films ont su avoir une grande reconnaissance publique, et sont rentrés dans les bonnes grâces d'un nombre appréciable de critiques. Cependant, un tel exploit requiert un cocktail d'ingrédients : une idée originale ou particulièrement bien exploitée, des acteurs concernés, une maîtrise technique parfaite... Et la chance d'être plébiscité par un bouche à oreille vigoureux.

A mes yeux, SAW réunit tous ces aspects.

Le film n'a pu être tourné, suite au budget limité, que durant 18 jours, délai ridicule en comparaison du temps que prennent des films de moindre gabarit pour être finalisés. Des scènes ont dû même être tournées en catastrophe pour le montage final. Selon moi, une production aussi courte et chaotique laissait une marge de manoeuvre infime à James Wan, qui n'avait pas le droit à l'erreur. Pourtant, il est parvenu à nous pondre des scènes d'anthologie, comme celle de l'appartement d'Adam : il est forcé de s'éclairer par des flashs de son appareil, tout en étant douloureusement conscient de la présence d'un intrus, dont l'apparition est réellement effrayante. Tous les plans de ce films respirent la maîtrise et les bonnes idées, et le réalisateur a de quoi être fier de ce qu'il a accomplit avec si peu.

Les acteurs sont dedans, et ça se sent. Habitant leur personnage, ils leur donnent une incroyable consistance : la chute vers la folie de Lawrence, la peur d'Alison, le côté mou et geignard d'Adam... Tout sonne avec justesse. Les seconds rôles ne sont pas en reste : en nombre idéal, ils sont assez nombreux pour nourrir l'intrigue, et la réduction du casting pour des raisons budgétaires donnent un aspect intimiste au film, dont l'atmosphère quasi-claustrophobe se trouve renforcée (après, question de point de vue). Mention spéciale aux doublages français, particulièrement celui de la voix de Jigsaw.

Enfin, je ne vais pas parler de l'idée, mais plutôt de la façon dont elle est traitée. La manière dont le tueur au puzzle joue sur l'ambiguïté des situations où il pousse ses victimes est brillament mise en scène, de la même façon que les "puzzles" eux-mêmes. Tout est calculé pour un naufrage vers la folie où le suicide : même si Alison parvient miraculeusement à s'en sortir indemne, on sent qu'elle a laissé dans l'épreuve une part de son humanité et de sa raison. Et mon dieu, ce twist final... De toute mon expérience de spectateur, je n'ai encore jamais vu un film qui l'égale sur ce point, et c'est ce qui explique une telle note.

A mes yeux, le film regorge tant d'idées de génies qu'il en devient lui-même l'oeuvre d'un génie. Alors oui c'est dérangeant, oui ça fait peur, oui c'est gore, mais c'est à des années lumières de l'arrachage de trippes outrancier auquel se livre ses suites. C'est un thriller merveilleusement mis en scène, qui se regarde sans retenue et mérite un immense respect.
velvet
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

Le 6 août 2011

27 j'aime

3 commentaires

Saw
SanFelice
8
Saw

Let the game begin

Stygian Street. C'est la rue où se cache Jigsaw, le tueur au puzzle. Stygian Street. La rue du Styx, un des trois fleuves des Enfers grecs. Et c'est bien l'enfer que nous décrit ce film. Un enfer où...

Lire la critique

il y a 10 ans

58 j'aime

8

Saw
Marius
4
Saw

Le septième Saw

Saw what? Il est où le film qui fait trembler les ados du monde entier? Il est où le spectacle gore-trash-trop-dégueu-qu'il-va-te-déboiter-les-yeux-de-tes-orbites? Je pensais me faire torturer par...

Lire la critique

il y a 11 ans

28 j'aime

1

Saw
velvet
8
Saw

Une énigme macabre aux relents d'agonie

Je conçois que l'on puisse détester SAW, pour des raisons tout à fait valables. Personnellement, j'adore, et pour des raisons tout aussi valables. La première chose à prendre en compte, si l'on...

Lire la critique

il y a 11 ans

27 j'aime

3

BioShock
velvet
8
BioShock

" J'ai choisi l'impossible... j'ai choisi... de créer l'un des meilleurs jeux-vidéos de tous les tem

Une chose qui me fait constamment rire lorsque je vais jeter un coup d'oeil sur les forums de jeux-vidéos, c'est à quel point les détraqueurs de Bioshock tente de le dévaloriser en usant de...

Lire la critique

il y a 11 ans

8 j'aime

1

Walking Dead (2003 - 2019)
velvet
9

Un comics sur les zombies... Mais un comics intelligent.

J'ai été le premier surpris d'accrocher à ce point à Walking Dead. L'ayant attrapé sur une étagère lors d'une énième virée à Virgin, j'ai pensé "Boarf, encore des zombies". Alors oui, c'est marrant...

Lire la critique

il y a 11 ans

4 j'aime

Cold Fear
velvet
8
Cold Fear

Sur un baleinier hanté, de battre mon coeur s'est arrêté...

Ce soir, je voudrais faire l'éloge d'un excellent jeu-vidéo. J'ai envie de vous parler d'une oeuvre qui a été complètement enterrée par une autre (en la personne de Resident Evil 4), mais qui...

Lire la critique

il y a 11 ans

3 j'aime

1