En introduction, je tiens à préciser que le Scarface de Brian de Palma est un remake du Scarface de Howard Hawks, réalisé dans les années 30, et qui est d'une qualité également exceptionnelle. Il est rare qu'un remake soit d'un niveau aussi élevé que l'original. C'est pourtant le cas avec ce film taillé pour les épaules d'un immense Al Pacino, tout simplement dans son meilleur rôle.

Repositionnant le film dans une époque de guerre froide, Brian de Palma fait de "son" Scarface Antonio Montana un émigré cubain, un petit malfrat dévoré par l'ambition qui croit dur comme fer à sa capacité à réussir aux états unis d'Amérique, la terre promise. Ce n'est pas pour autant qu'il va quitter sa filière d'origine. Il était un criminel sans envergure à Cuba, il poursuit sa carrière dans le crime aux USA, avec une réussite qui ne se dément pas dans le trafic de drogue.

Scarface narre la fulgurante ascension d'Antonio Montana, s'appuyant sur son intelligence, sa roublardise, sa capacité à diriger, manager son trafic avec brio... Arrivé au sommet, il n'est toujours pas satisfait, et se rend compte qu'il n'apporte aucun bonheur autour de lui, encore moins à lui même...

Scarface, c'est moins un film de mafia qu'un film sur le rêve américain, celui qui tourne au cauchemar. Certes, c'est beaucoup plus attrayant que Antonio Montana soit un trafiquant de drogue dans le scénario du film, mais il aurait été un génie dans l'immobilier que finalement je ne pense pas que le propos général du film aurait fondamentalement changé.

La réussite à tout prix prôné par le modèle américain comme une fin en soi se prend une gifle dans Scarface. La réussite n'est pas une fin en soi, Montana le dit lui même : "In this country, you gotta make the money first. Then when you get the money, you get the power. Then when you get the power... then you get the women." Mais à trop se consacrer à la réussite de son affaire, il perd en route ce pour quoi il se bat. Être heureux et profiter de sa vie.

Scarface est un personnage bien plus profond et mélancolique qu'il ne laisse paraitre au premier abord, doté d'une morale bien particulière qui entrainera sa chute au final.

Scarface est définitivement un film culte. Certes, c'est un film de gangsters, mais le propos va au delà de cet univers pour dresser un portrait sans concessions des affres liées à l'ambition sans retenue.

Hypérion
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Films critiqués notés 9 et Mon top de films de gangsters

Le 24 mai 2011

88 j'aime

10 commentaires

Scarface
Sullyv4ռ
10
Scarface

The Cinema is Yours

Dur, dur d'écrire une critique sur Scarface, étant donné que c'est mon film favori depuis plus de 10 ans, je risque de ne pas être objectif, mais passons. Je vais donner dix points qui font qu'il...

Lire la critique

il y a 5 ans

100 j'aime

25

Scarface
Hypérion
9
Scarface

Dark side of the american dream

En introduction, je tiens à préciser que le Scarface de Brian de Palma est un remake du Scarface de Howard Hawks, réalisé dans les années 30, et qui est d'une qualité également exceptionnelle. Il est...

Lire la critique

il y a 11 ans

88 j'aime

10

Scarface
ChrisTophe31
10
Scarface

Critique + Théorie sur le dénouement final ( SPOILER !!!)

Il faut savoir qu’avant d’avoir son statut de film culte par la culture urbaine Scarface était avant tout classé à sa sortie comme un film noir qui a été mal reçu par la critique dû à sa violence...

Lire la critique

il y a 8 ans

61 j'aime

30

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

Lire la critique

il y a 11 ans

451 j'aime

80

Le Vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

Lire la critique

il y a 9 ans

409 j'aime

34

Kaamelott
Hypérion
9
Kaamelott

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

Lire la critique

il y a 11 ans

364 j'aime

57