Simone Veil est une icône du siècle dernier, un symbole infrangible de l'humanisme par ses combats pour la dignité, elle qui a connu l'inhumanité la plus monstrueuse avec le camp d'Auschwitz et les disparitions de nombreux membres de sa famille. Initié par Elsa Zylberstein, qui l'a connue, le projet de raconter sa vie est devenu un film réalisé par Olivier Dahan (La Môme, Grace de Monaco), ce qui n'incitait pas nécessairement à une grande confiance. Plutôt que de biopic, le réalisateur préfère parler de portrait d'une femme remarquable dans son époque. Inutile de jouer sur les mots, Simone, le voyage du siècle est bien un exercice qui tend à l'exhaustivité, ce qui est rigoureusement impossible en 2 heures 20, dans une sorte d'hagiographie sans retouches qui noie son côté hélas édifiant, en jonglant sans cesse d'une époque à une autre, sans que cela ne réponde à une véritable justification. Ainsi, la loi Veil est inexplicablement expédiée en quelques minutes, au fil de scènes rapides et bien peu inspirées. Ses luttes en tant que magistrate, sa carrière politique, son action européenne se trouvent mélangées à sa vie de famille et aux tragédies qu'elle a subies, le tout dans des reconstitutions qui sonnent rarement justes. Les parties consacrées aux camps de concentration, la plupart du temps insoutenables, montrent que leur représentation est décidément quelque chose de quasi impossible au cinéma et l'insistance du film sur l'horreur frise l'obscénité. Que dire des actrices qui incarnent Simone Veil, à différents moments de son existence ? Elsa Zylberstein et Rebecca Marder sont à la hauteur, c'est indéniable. En revanche, le défilé d'acteurs connus dans les rôles secondaires se révèle vite agaçant, comme s'il fallait absolument montrer la richesse du casting. En fin de compte, un documentaire avec une chronologie respectée resterait la meilleure façon de rendre hommage et de comprendre le cheminement de cette grande dame du XXe siècle.

Cinephile-doux
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Au fil(m) de 2022

Créée

le 27 août 2022

Critique lue 2.9K fois

20 j'aime

Cinéphile doux

Écrit par

Critique lue 2.9K fois

20

D'autres avis sur Simone - Le voyage du siècle

Simone - Le voyage du siècle
Trilaw
9

« Bientôt s’éteindra cette génération qui ne devait pas survivre »

Le film est farouchement et profondément féministe mais quoi de plus normal pour un métrage dédié à une femme extraordinaire qui a permis que l’un des droits les plus élémentaires pour elles, même si...

le 24 nov. 2022

34 j'aime

3

Simone - Le voyage du siècle
Redcifer
2

Fausse couche

un biopic affligeant de lourdeur sur tous les plans, filmique, narratif, et politique. Plutôt que de s’intéresser tant à la diction de Simone Veil - qui, paraît-il, a passionné Elsa Zylberstein - le...

le 9 oct. 2022

25 j'aime

1

Simone - Le voyage du siècle
Cinephile-doux
5

Icône sans retouches

Simone Veil est une icône du siècle dernier, un symbole infrangible de l'humanisme par ses combats pour la dignité, elle qui a connu l'inhumanité la plus monstrueuse avec le camp d'Auschwitz et les...

le 27 août 2022

20 j'aime

Du même critique

As Bestas
Cinephile-doux
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

le 27 mai 2022

76 j'aime

4

France
Cinephile-doux
8

Triste et célèbre

Il est quand même drôle qu'un grand nombre des spectateurs de France ne retient du film que sa satire au vitriol (hum) des journalistes télé élevés au rang de stars et des errements des chaînes...

le 25 août 2021

76 j'aime

5

The Power of the Dog
Cinephile-doux
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

le 25 sept. 2021

70 j'aime

13