Dans le classement des films les plus poétiques, Sonatine tient aisément le haut du pavé, avec Hana-Bi, l’un des sommets de la filmographie de Takeshi Kitano.


Cette notion de poésie est d’emblée identifiable : c’est le rôle accordé, à la nature, la mise en place d’un enclave à l’écart du réel, la prééminence du jeu et de l’insolite sur un fond pourtant violent et mortifère : un art, en somme, du contrepoint.


Mais si l’on interroge en profondeur la capacité de Kitano à créer une œuvre filmique poétique, on prend conscience qu’elle surgit paradoxalement de l’impassibilité de son visage.
Sonatine est avant tout le stationnement d’un personnage qui, à la faveur d’un exil loin de la furie des règlements de compte entre yakusas de la ville, va investir une plage avec quelques hommes de main. L’oisiveté forcée, les stratégies un peu risibles pour tuer le temps, l’attente dans ce moment suspendu sont en totale adéquation avec le visage marmoréen du protagoniste, dont l’immobilité rappelle celle des héros de Leone : un masque minéral et impénétrable qui, loin de faire barrage avec le spectateur, va provoquer une irrémédiable fascination.


Alors qu’en ville, les luttes de succession font rage, Kitano s’offre un royaume provisoire de sable, une utopie décrochée où tout ce qui fait événement se transforme en jeu : les embuscades deviennent des pièges dans les dunes, les fusillades des feux de Bengale et les corps à corps des chorégraphies. Il fallait rien moins que le talent de Joe Hisaishi pour magnifier cette parenthèse enchantée.


Film taiseux, Sonatine est une proposition de l’épure, un retour à l’essence du rapport au monde : la sensation de la chaleur, la découverte du temps qui passe, l’attente de la pluie, font surgir un nouvel éveil des sens : les corps s’épanouissent par le jeu, se lavent de la violence et fusionnent avec une nature bienveillante. La figure féminine concentre à elle seule toute cette trajectoire : survenue dans la violence toute urbaine, elle devient une nouvelle Eve qui synthétise toute la beauté virginale du monde, sous le regard brillant de son Pygmalion mutique.


Mais la poésie, on l’a vu, reste un art du contrepoint. L’utopie ne fonctionne que parce qu’elle dénie le réel qui l’a engendrée. La beauté du monde ne peut se départir d’une tristesse fondamentale, cette lucidité quant à sa fragilité.


Les nouvelles de la ville arrivent de temps à autre avec une relative confusion, mais n’en fragilisent pas moins l’édifice : l’utopie ne pouvait être qu’éphémère. Avec la même maitrise, Aniki va laver le monde de sa souillure, dans un véritable bain de sang. Si cette vengeance des coups portés à la beauté n’est que justice, c’est surtout l’épilogue auquel elle conduit qui importe : l’aveu bouleversant du gangster retournant l’arme contre lui-même. « Quand tu as la frousse en permanence, confesse-t-il, tu en arrives à préférer la mort ».


Sonatine, où la tendre mélodie d’un chant d’adieu au monde, un isthme ludique sur un continent mortifère : deux définitions atemporelles de la poésie.

Sergent_Pepper
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Violence, Les meilleurs films japonais, Conversation avec mon moi jeune, Les meilleurs films de Takeshi Kitano et Les meilleurs films de 1993

Le 15 mars 2018

79 j'aime

7 commentaires

Sonatine - Mélodie mortelle
real_folk_blues
10

A scene at the sea

« Quoi, tu veux pas payer ? Quoi, vous en voulez pas de mon film ? Ça marche pas ? Ça se vend pas ? J’fais du non-jeu moi ? バカやろう !* Vous croyez que je vais faire le clown et balancer des...

Lire la critique

il y a 8 ans

123 j'aime

20

Sonatine - Mélodie mortelle
Sergent_Pepper
8

La carpe et le continent

Dans le classement des films les plus poétiques, Sonatine tient aisément le haut du pavé, avec Hana-Bi, l’un des sommets de la filmographie de Takeshi Kitano. Cette notion de poésie est d’emblée...

Lire la critique

il y a 4 ans

79 j'aime

7

Sonatine - Mélodie mortelle
Ze_Big_Nowhere
9

Sonatine, poème mortel

Murakawa bras droit fatigué d'un chef de clan mafieux est appelé en urgence par le boss pour un dernier coup de main. Lassé de cette guerre des gangs incessante, Murakawa accepte la mission pour...

Lire la critique

il y a 9 ans

77 j'aime

25

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

713 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

649 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

580 j'aime

53