Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

L’amour ne rend pas aveugle mais sourd, attention !

Cette « Musique pour une ville et six percussionnistes » (2010) est le long métrage issu, dix ans après, d’un court intitulé « Music for one apartment and six drummers » (2001), des mêmes Suédois Johannes Stjärne Nilsson et Ola Simonsson. Mais regarder le court, facilement disponible sur YouTube ou Arte, avant le long, n’est pas une bonne idée car c’est un brouillon qui ne donnera pas forcément envie, ce qui serait fort dommage.
En effet, ce qui n’était qu’un concept laborieux est devenu une œuvre certes conceptuelle, mais très abordable car simple (pas simpliste) et comique. Et très critique.


La musique classique, c’est plus difficile, élitiste, traditionaliste, et c’est bien plus chiant (avec le solfège, les partitions, et le chef d’orchestre) que les percussions. Un métronome remplace l’homme, et, avec deux baguettes ou tout ce qui vous tombe sous les mains, on tape sur tout ce qui bouge ou ne bouge plus, « objets » du quotidien allant de… disons du tampon encreur au ventre d’un hospitalisé.
L’officier de police Amadeus Warnebring est né dans une illustre famille de musiciens. Ironie du sort, il déteste la musique, elle lui est même physiquement insupportable. Sa vie bascule le jour où un groupe de « terroristes » déjantés décide d’exécuter, illégalement et dangereusement, une œuvre expérimentale en utilisant la ville comme instrument de musique… s’attaquant aux institutions.
Ont lieu quatre performances aux titres provocateurs, et pas mal de désordre.
Il y a dans cette histoire sulfureuse un élément fantastique, qu’on ne perçoit pas tout de suite, qui ajoute à son charme. Et une aimable invraisemblance.


Qui, même exclu du conservatoire, parviendrait à un tel résultat sonore en quelques jours ? "L'enregistrement seul a duré un an, suivi ensuite par une longue période de mixage, supervisée par le compositeur Magnus Börjeson chargé d'utiliser les sons du groupe avec ses propres compositions." Lequel joue – c’est le cas de le dire – à l’instar des autres musiciens, sous son propre nom.


Le bruit est une arme. En anglais, les significations de "sound" et "noise" sont parentes. On ne sait trop s’il y a dans ce film une dénonciation ou au contraire un éloge des musiques électronique, industrielle, improvisée, vivante. En tout cas, c’est audiovisuellement rythmé et plutôt jouissif. Tant pis pour Amadeus qui rêvait « d’une musique faite de silence », ou tant mieux ?

Créée

le 27 nov. 2021

Critique lue 174 fois

7 j'aime

DizzyLizzy

Écrit par

Critique lue 174 fois

7

D'autres avis sur Sound of Noise

Sound of Noise
Toki
8

Je pense que moi aussi j'aurais craqué.

Sound of noise est un peu l'OVNI cinématographique que j'attendais depuis pas mal de temps. Et j'en suis plutôt satisfait. On est donc parti pour un critique en quatre mouvements. Attention,...

Par

le 3 sept. 2011

17 j'aime

2

Sound of Noise
FredP
7

Critique de Sound of Noise par FredP

Vous aimez les films rythmés ? L'étrange bande de percussionnistes de Sound of Noise va alors vous enchanter et mettre un peu de battant dans vos coeurs. Les suédois ont parfois de drôles d'idées,...

le 27 déc. 2010

17 j'aime

Sound of Noise
arthur404
3

Non-film prétexte.

Et si on faisait un clip où on taperait partout comme dans notre appartement, sauf qu'on dirait que ça serait un film et qu'on ferait ça dans toute une ville ? Sound of Noise est bâti sur UNE idée...

le 12 janv. 2011

10 j'aime

Du même critique

We Are Lady Parts
DizzyLizzy
9

Critique de We Are Lady Parts par DizzyLizzy

Diffusée à la télévision britannique sur Channel 4, cette série originale n’est accessible pour l’instant en France que sur une nouvelle plateforme nommée BrutX, spécialisée dans les documentaires...

le 26 oct. 2021

20 j'aime

18

Leto
DizzyLizzy
9

« L’hiver est derrière nous, l’été est arrivé. Merci au Parti pour tout ça »

Leningrad évoque en moi ce qui se perd, ce qui est condamné, malade, et en même temps l’art, l’harmonie, l’enfance et la beauté… Leningrad, c’est le vent, les mouettes, les grilles en fonte, les...

le 2 juin 2022

13 j'aime

4

Putain putain
DizzyLizzy
8

Anastasie

C’est tout de même étrange, toutes ces coïncidences. En pleine période électorale, la nouvelle version de SensCritique déboule. Sans que l’on sache qui a voté pour. Sans programme. Et, à l’instar de...

le 10 mai 2022

13 j'aime

13