Après quelques jours de recherches intensives dudit film, et une excitation croissante à l'idée de voir enfin Patrick Sébastien œuvrer dans le septième art, vint cette belle soirée de printemps où nous pûmes enfin déguster ce chef d'œuvre tant attendu.

"T'aime" n'est pas un film mauvais sur le plan purement technique, le cadrage, les lumières et les mouvements de caméras sont convenables, les principaux soucis que présente cette réalisation sont davantage la crédibilité du propos, l'excès de pseudo-symbolisme, le rythme, les interprétations, et le choix musical (trois pistes seulement).

"T'aime" illustre – malgré lui ? - le regard que ce bon vieux Patrick porte sur le monde : l'Amour oublié, les fous maltraités, les asiles pleines de cas désespérés, les couples en déroute et les petits oiseaux qui chantent en pleine nuit… Il souhaite nous parler d'Amour, ce qui en soit n'est pas une mauvaise idée étant donné le nombre de bons films ayant été réalisés sur le sujet. Sauf que Patrick Sébastien est un présentateur/chanteur/écrivain puéril, et sa vision de ce qu'il se borne à nommer amour est ici aussi développée que l'est son récit, c'est-à-dire bien peu. De plus, il est un pari risqué que d'inclure son récit romantique dans un environnement restreint avec des protagonistes psychologiquement instables. "T'aime" se vautre gentiment dans le cliché de l'asile de fou, où cohabitent entre autres : Celle-qui-crie-toujours, Celui-qui-veut-aller-sur-la-Lune et Celle-qui-rit-pour-rien ; dirigé par un homme au grand cœur lui-même mal dans sa peau ("J'suis un vieux fœtus blasé"). Inutile donc de préciser avec quelle délicatesse le personnage de Zef est dessiné (le choix de ce diminutif illustre à lui tout seul déjà bien des idées douteuses), ou de chercher une tentative de documentation sur les traumatismes des femmes violées (pour la petite Marie qui ne parle plus et qui se déguise en prostitué, on repassera).

Patrick Sébastien, en fin écrivain (et psychologue), a cru bon de se nommer seul dialoguiste de son projet, d'où l'on tire de belles perles, qu'elles aient été travaillées (la tirade de l'amour sur l'épouvantail dans le champ qui n'attend que les oiseaux), ou simplement remodelées par l'interprétation désastreuse (Jean-François Balmer : "Au nom de l'Amour Ab-so-lu ?!").

Le plus beau dans ce film est sans aucun doute de se dire, à la toute fin du générique, qu'il a été réalisé sérieusement. Ô Patrick, que de pitié pour ces pauvres gens...
Pointofview
1
Écrit par

Le 20 avril 2013

15 j'aime

2 commentaires

T'aime
Alfred_Tordu
1
T'aime

L'avenir de l'humanité ce n'est pas le valium, c'est l'amour ♥♥♥

L'année de mes 56 ans j'ai ressenti comme un passage à vide, j'ai réalisé que si je continuais dans cette direction, j'étais bien parti pour continuer à faire le clown jusqu'à mes 80 ans. Ça fait 20...

Lire la critique

il y a 7 ans

48 j'aime

15

T'aime
Giulietta
1
T'aime

Au nom de l'Amour Absolu...

Remercions Patrick Sebastien, ce charmant monsieur, qui nous amusait déjà beaucoup lorsqu'il charmait nos grand-mères en faisant tourner des serviettes et des bonhommes de mousse dans son grand...

Lire la critique

il y a 11 ans

29 j'aime

4

Holy Motors
Pointofview
10
Holy Motors

“Pour faire un film il faut la santé, de l'argent et deux-trois personnes au moins.”

La mort du cinéma ? Nombreuses ont été les interprétations du film portées sur une vision de la mort du cinéma, telle qu'elle est et a été annoncée à maintes reprises lors des multiples mutations...

Lire la critique

il y a 9 ans

18 j'aime

4

M le maudit
Pointofview
10
M le maudit

M le Maudit [Spoilers]

'' Attends, attends, un petit instant – le méchant tueur vient à son heure – il fera un gâchis – il fera du hachis de toi ! '' Cette courte comptine inventée par les enfants en dit long sur le statut...

Lire la critique

il y a 9 ans

17 j'aime

7

T'aime
Pointofview
1
T'aime

T'aime [Spoilers]

Après quelques jours de recherches intensives dudit film, et une excitation croissante à l'idée de voir enfin Patrick Sébastien œuvrer dans le septième art, vint cette belle soirée de printemps où...

Lire la critique

il y a 9 ans

15 j'aime

2