Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Ah Argento, on ne peut pas dire que le point fort du bonhomme soit ses scripts, et Opera en est une énième confirmation tant il est l’exemple criant d’une mise en scène récréative qui ne prend même plus la peine de tenter la cohérence pour passer d’un moment de bravoure à un autre. Conséquence, ceux pour qui l’écriture est un élément primordial, pire ceux qui ne connaissent pas vraiment le maestro, ne pourront que pester devant l’attitude complètement aux fraises de Christina Marsillach, la gazelle pris au piège, au charme certain mais aux neurones complètement éteints. La voir reprendre ses esprits alors qu’elle est le témoin des morts successives de toutes les personnes qui lui sont chères, en s’allongeant sur un lit et en se concentrant uniquement sur la musique, est assez autre.


Mais voilà, pour quiconque saura passer outre l’absence d’un souffle narratif même minime, le divertissement peut commencer. Et de ce côté-là, la tête plein d’idées farfelues, les mains folles d’une ambition certaine, Dario assure. Chaque mise à mort présente son quota de gore rafraîchissant assorti d’un challenge visuel la plupart du temps relevé. Jamais plus vous ne vous risquerez à vous rassurer sur la potentielle présence d’un voyou sur le pas de votre porte, en contemplant la pénombre par le traître que vous avez installé sur cette dernière. Quant à ces petits animaux à plumes qui s’amusent à rivaliser dans les basses avec les cordes vocales d’une diva peu rassurée, faites comme moi, passez commande. Amazon les livre dressés, prêts à dégommer les enfoirés de salopards qui s’amuraient à rentrer chez vous armés de mauvaises intentions.


Blagounette à part, parlons mise en scène pure, car il y a tout de même dans Opéra quelques mouvements de caméra bien sentis, à l’image de cette adaptation de la guéguerre Ripley/Alien dans des conduits d’extraction : ici, mise en situation semblable, la femme commando troque bras de fer contre poussage de chansonnettes mais rampe avec la même trouille dans des conduits squattés par un organisme indésirable. L’effet est malin et très réussi. Dans chaque plan d'Opera se sent l’intention d’Argento de livrer une plastique inspirée et inspirante.


Pour faire court, Opéra est une belle démonstration de savoir-faire de la part d’un artisan de l’horreur qui n’a pas volé sa réputation, bonne ou mauvaise. L’homme prouve une nouvelle dois que le qu’en dira-t-on l’importe nullement, du moment qu’il se marre en malmenant chair et sang de ses jouets, tout va bien. A ce niveau là, le contrat est rempli.


Mais forcément, à juger le film dans sa globalité par contre, même en tant que fan, il est difficile de passer complètement outre l'imbécillité qui occasionne cette débauche de génie. Le grand film était à portée de plume, mais il faut croire qu’entre l’encrier et une rallonge de fausse chair à écorcher, Dario n’a pas hésité 3 secondes avant de faire son choix.




Pour les images, c'est par ici !

oso
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les cycles de l'ours : Le giallo et L'ours, Homo Video, en 2016

Créée

le 10 juil. 2016

Critique lue 984 fois

14 j'aime

3 commentaires

oso

Écrit par

Critique lue 984 fois

14
3

D'autres avis sur Terreur à l'Opéra

Terreur à l'Opéra
Zogarok
10

Dire que je lui laissais un simple 9

C'est le vilain petit canard d'Argento, celui que les fans redécouvrent et que les cinéphiles réévaluent timidement. Opera a été conçu dans la tempête, dans des conditions chaotiques et harassantes...

le 26 janv. 2015

28 j'aime

Terreur à l'Opéra
oso
7

Au pigeon flingueur

Ah Argento, on ne peut pas dire que le point fort du bonhomme soit ses scripts, et Opera en est une énième confirmation tant il est l’exemple criant d’une mise en scène récréative qui ne prend même...

Par

le 10 juil. 2016

14 j'aime

3

Terreur à l'Opéra
dagrey
6

Lady Macbeth

À la suite de la défection forcée de la cantatrice principale, la jeune chanteuse Betty accepte le rôle de "Lady Macbeth" dans l'opéra de Verdi, en dépit de la malédiction qui pèse sur ce rôle. Elle...

le 12 déc. 2016

13 j'aime

6

Du même critique

La Mule
oso
5

Le prix du temps

J’avais pourtant envie de la caresser dans le sens du poil cette mule prometteuse, dernier destrier en date du blondinet virtuose de la gâchette qui a su, au fil de sa carrière, prouver qu’il était...

Par

le 26 janv. 2019

81 j'aime

4

Under the Skin
oso
5

RENDEZ-MOI NATASHA !

Tour à tour hypnotique et laborieux, Under the skin est un film qui exige de son spectateur un abandon total, un laisser-aller à l’expérience qui implique de ne pas perdre son temps à chercher...

Par

le 7 déc. 2014

74 j'aime

17

Dersou Ouzala
oso
9

Un coeur de tigre pour une âme vagabonde

Exploiter l’adversité que réserve dame nature aux intrépides aventuriers pensant amadouer le sol de contrées qui leur sont inhospitalières, pour construire l’attachement réciproque qui se construit...

Par

le 14 déc. 2014

58 j'aime

8