⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

Comment réinventer une icône ? Logiquement, c'est une question dont la réponse tient de l'évidence : saisir l'essence et se la réapproprier. Il ne s'agit pas de l'intellectualiser en premier lieu, mais de la ressentir. Gros blockbuster, film d'auteur, gros blockbuster d'auteur, peu importe, le distinguo étant passablement superficiel. Les moyens doivent d'abord servir une vision. Et cette vision doit s'échiner à réinvestir non pas un personnage mais un univers pour le singulariser. Chez les vigilantes, Batman conserve une indiscutable supériorité. De Tim Burton à Christopher Nolan en passant par la série animée de 1992 et les jeux vidéos Arkham, le Chevalier Noir a le privilège d'avoir été servi par de véritables démiurges. Des interprétations incomparables mais parfaitement complémentaires. À l'approche d'une nouvelle itération, on peut légitimement se demander si tout n'a pas déjà été fait. Spécialement dans un contexte où l'exploitation de la manne super-héroïque débouche sur des relectures en pagaille, des univers parallèles, des comebacks, des crossovers,...Une simple réalité : plus on presse les licences, moins elles ont de jus à offrir. Et si The Batman faisait office d'exception ?


Matt Reeves n'a pas l'aura d'un Christopher Nolan, il n'a pas le style d'un Tim Burton ou d'un Sam Raimi, il n'a pas non plus la popularité d'un James Gunn. Constat lucide, pourtant bien injuste pour celui qui a dynamité les codes du film de Kaiju (Cloverfield) et surtout offert l'un des meilleurs reboots avec La Planète des Singes. Discret, humble, Reeves à également l'élégance de ces artisans qui s'appliquent à chaque projet. Pour ceux qui avaient encore des doutes, ce nouveau long-métrage en est peut-être la preuve la plus éloquente. Certains voyaient déjà The Batman comme la prolongation au Joker de Todd Phillips. Ce qui est vrai et faux. Contrairement à Phillips qui récitait pas mal ses références, elles sont ici parfaitement digérées pour en restituer l'ambiance. Le mot est lâché, et c'est bien ça qui fait la différence : l'atmosphère. De la tonalité à la photographie en passant par le rythme, la musique (Michael Giacchino confirme qu'il est l'un des compositeurs les plus impressionnants en activité) ou le choix de son antagoniste, on est dans un pur film noir. Ce qui est logique attendu que les deux influences majeures sont Jeph Loeb et Frank Miller (Un Long Halloween, Année Un). Majoritairement nocturne, pluvieuse et sale ; Gotham est un cloaque, une ville qui pourrit sur pieds, bouffée par la mauvaise conscience...et la vengeance. Qui est d'ailleurs le surnom attribué à l'Homme chauve-souris, personnification rêvée d'une cité aux prises avec sa double-identité, à la fois symptôme et remède (?).


De manière inattendue, Matt Reeves embrasse l'héritage de ses prédécesseurs sans jamais les citer, tout au plus peut-on discerner quelques échos. L'essence est la même mais le monstre ne l'est pas (un autre surnom utilisé). C'est précisément l'idée, vous faire éprouver autre chose. Les 180 minutes de projection n'ont rien d'un caprice, chaque minute est utilisée pour caractériser, détailler et s'imprégner. Ce qui se ressent également dans les scènes d'action, toutes réussies car mues par ce même besoin de les faire endurer à ses personnages et à son spectateur. De manière expressionnistes comme frontales, dans les dialogues comme les moments de réactions/suspensions. Les confrontations marchent car elles jouent sur la physicalité et non sur d'interminables chorégraphies entre demi-dieux. Dans un autre style, la course-poursuite fonctionne admirablement bien pour les mêmes raisons. Rien ne semble forcé ou excessif, pas de découpage à la tronçonneuse, la caméra est harnachée aux ailes des véhicules pour rendre compte de leur vélocité ou de leur puissance. De même que les accidents sont bien plus féroces qu'à l'accoutumée. Tout concourt à faire de The Batman une œuvre rude et poisseuse mais dont on peut également extirper une part de romantisme, qui passe évidemment par une relation Batman/Catwoman plus naturelle que les versions de Burton ou Nolan (toutes deux excellentes).


C'était l'attente n°1, le casting. Sachez qu'il est au diapason de ce que propose Matt Reeves. Robert Pattinson se distingue avec un jeu minimaliste qui va à la perfection avec la personnalité troublée et troublante de ce Wayne/Batman asocial jamais loin de franchir la ligne. Zoé Kravitz se montre tout aussi assurée, sa Catwoman est probablement la plus tendre proposée sur grand écran. Jeffrey Wright s'impose naturellement dans les pompes d'un Gordon placide. John Turturro réussit à inquiéter sans jamais se risquer au cabotinage. De ses dix minutes de présence, Andy Serkis en tire une relecture d'Alfred assez fraiche. La plus belle surprise du casting en ce qui me concerne, c'est Colin Farrell, méconnaissable en Pingouin. Il est à la fois répugnant et pittoresque, ce que le comédien joue à la perfection (il n'est jamais meilleur que dans ces rôles de losers magnifiques). Et Paul Dano, grand méchant de cette relecture ? Disons qu'à l'instar du film, c'est ambivalent : brillant très fréquemment mais une tendance à tirer sur la corde.


The Batman dure 3 heures. C'est beaucoup, surtout pour un film d'ambiance. Comme je l'ai dit plus haut, Matt Reeves utilise chaque minute pour ancrer son adaptation, lui donner du poids, de la texture, de la crédibilité. Ce qui fonctionne, indéniablement. En revanche, le fin mot de l'histoire n'a rien de singulier. Pour ainsi dire, aucune des énigmes du Riddler (très inspiré du cinéma de David Fincher) ne surprendra dans ce qu'elles pointent ou annoncent. Ça ne les rend pas moins cruelles, ou pertinentes (la dernière partie devrait vous rappeler quelque chose survenu en janvier 2021 aux U.S.A), néanmoins la destination rappelle sensiblement les thématiques à l'œuvre chez Nolan ou dans le Joker de Todd Phillips. Tout ça pour ça ? Pas loin. La durée atteste que Reeves a pu mettre tout ce qu'il avait à dire. En réalité, ce qu'il montre eut été plus fort raccourci d'une étape ou deux. 2h30 bien mieux dosées.


Quoiqu'il en soit, la Warner a misé sur la bonne équipe pour redonner de belles couleurs (noires) à Batman. On sent une liberté de mouvement très rare, à l'exception d'une séquence annonciatrice ni très efficace ni nécessaire. En dehors de ce petit élément, cette relecture est bien celle de son réalisateur, à n'en point douter. La direction artistique s'élève bien au dessus de ce qu'on était en droit d'espérer. Par conséquent, on peut le dire : Batman demeure l'exception à cette industrie de la boucle inarrêtable. Aussi chaotique qu'ait pu être la gestion du studio, on ne peut que le féliciter d'avoir su apprendre de ses erreurs en remettant les auteurs au centre de leur stratégie avec The Suicide Squad et The Batman.

ConFuCkamuS
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films de super-héros, Les meilleurs films Batman et Les meilleurs films de 2022

Créée

le 2 mars 2022

Critique lue 292 fois

6 j'aime

ConFuCkamuS

Écrit par

Critique lue 292 fois

6

D'autres avis sur The Batman

The Batman
JasonMoraw
8

The Dark Angel

Tim Burton avec Michael Keaton, Christopher Nolan avec Christian Bale, Zack Snyder avec Ben Affleck. Batman est un des super-héros qui cumule le plus de nouvelles adaptations jonglant entre des...

le 2 mars 2022

195 j'aime

30

The Batman
Moizi
3

Tokio Hotel, le film

Sur les cendres de l'univers partagé DC et l'abandon du film Batman de Ben Affleck surgit une nouvelle adaptation, un nouveau Batman, avec cette fois Robert Pattinson dans le rôle titre, le tout...

le 2 mars 2022

185 j'aime

55

The Batman
Sergent_Pepper
7

Drowning in the rain

L’Histoire, on le sait, s’accélère : alors que le filon des super-héros semble intarissable, l’éternel retour des grandes figures génère un enchaînement de versions, recyclages et reboots qui...

le 6 mars 2022

173 j'aime

10

Du même critique

Dune
ConFuCkamuS
4

Anesthésie Spatiale

Peut-on partir avec un avantage si l'on décide d'aller voir l'adaptation d'une œuvre matrice dans la littérature ? Oui, en ne l'ayant pas lue. Il n'est pas toujours aisé de jongler entre...

le 15 sept. 2021

66 j'aime

8

I Care a Lot
ConFuCkamuS
4

Épigone Girl

Dur d'échapper à son rôle phare. Propulsée sur le devant de la scène avec le rôle d'Amy dans le d'ores et déjà classique Gone Girl réalisé par David Fincher, l'actrice Rosamund Pike n'a pas ménagé...

le 20 févr. 2021

60 j'aime

Les Trois Mousquetaires - Milady
ConFuCkamuS
3

Tous pour presque rien

Huit mois, ça peut être un vrai obstacle à la compréhension à l'ère du streaming et du binge-watching. Tout spécialement si vous vous lancez dans la suite d'un film pas très fameux, et que cette...

le 13 déc. 2023

49 j'aime

7