Film de Fatih Akin · 2 h 18 min · 14 janvier 2015 (France)

Genres : Drame, Historique

Casting (acteurs principaux) :

Tahar Rahim, Simon Abkarian, Makram Khoury, Hindi Zahra, Kevork Malikyan, Bartu Küçükçaglayan, Zein Fakhoury, Dina Fakhoury

Pays d'origine :

Allemagne, France, Turquie, Canada, Pologne, Russie, Italie
Casting complet et fiche technique

Anatolie, 1915. La guerre a séparé Nazaret de sa femme et ses deux filles. Rescapé du génocide, il tente des années plus tard de les retrouver.

Aucun résultat

dagrey
8
dagrey

Critique positive la plus appréciée

Critique de par dagrey

Plaute écrivait: l'homme est un loup pour l'homme. En ces temps sombres d'obscurantisme, je tire mon chapeau à Faith Atkin, d'origine turque, pour ce film bouleversant tellement contemporain qui nous...

il y a 8 ans

3 j'aime

2

salade-tomate-oignon
3
salade-tomate-oignon

Critique négative la plus appréciée

Critique de par salade-tomate-oignon

Si ce film trébuche sur quelques poncifs pendant ses premières minutes et peut nous laisser perplexe, on comprend peu à peu, notamment à travers son esthétique très élaborée qu'il tente de formuler...

il y a 6 ans

DelilDogan
9
Aka Gami

Critique de par Aka Gami

En dépit de toutes ces personnes qui ont dit de ce film qu'il était raté (j'ai même entendu que Fatih Akin aurait lui même reconnu l'échec de ce film en raisons de multiples contraintes qui sont...

il y a 8 ans

3 j'aime

alfredboudry
5

Le manque

Cela aurait pu être une belle fresque ; ce n'est qu'une variation de plus sur la guerre. Bien filmée, certes, mais.. dommage qu'il y ait tant de clichés. A quoi bon montrer encore des soldats violant...

il y a 7 ans

LeBlogDuCinéma
5

Final cut ?

(...) Lorsque la salle de cinéma devient sombre et que la lumière se projette sur le grand écran, il y a cette voix off qui ouvre The Cut : « Il y a bien longtemps… ». Tels un conte, une épopée,...

il y a 8 ans

Le_Monsieur_Poireau
5

Critique de par Le_Monsieur_Poireau

L'histoire d'un arménien, survivant du génocide ottoman de 1915. C'est tellement carré que ça en devient étouffant, comme si le réalisateur avait eu peur de son sujet. C'est bien joué (bravo Tahar...

il y a 6 ans