Film au double concept intéressant qui faisait forcément envie : d'un côté Turturro qui reprend son personnage de Big Lebowski (avec l'aval des frangins) et de l'autre une adaptation/remake de les valseuses.


Faut savoir que si le personnage de Jesus Quintana appartient aux frères Coen, c'est tout de même Turturro qui créé ses manières, ses attitudes dans les détails. Du coup on peut comprendre qu'il se sente un peu comme le papa de ce personnage et qu'il ait eu envie de le réexploiter.


Ce double concept se casse malheureusement la gueule. Certes le personnage est sympa, mais au final, on s'en fout un peu que ce soit celui de Big Lebowski. D'ailleurs, s'ils ont conservé des traits similaires, le personnage est tout de même différent dans les deux films. Ce qui est normal, vu l'ellipse. Mais ça déjustifie plus fortement l'idée de reprendre ce personnage. Surtout que peu d'éléments nous rattachent au film d'origine.


Pour ce qui est des Valseuses, ben c'est moins, fort, c'est 'américanisé' dira-t-on : pas de viol dans cette version (pour aller droit au but). Reste à savoir si c'était la volonté de Turturro d'éviter ce scandale ou celle de ses producteurs. Vu que c'est un petit film pas très commercial, je me dis que Turturro voulait éviter les remous, et il a sans doute bien fait ; p'tet qu'en 2017 ça serait passé tout juste, mais vu son retard pour sortir en salles, il est certain que l'acteur se serait fait crucifier...


Mais cela en fait-il un mauvais film pour autant ? Si on oublie ces deux concepts de base, ça se regarde !


Bon, le début est très mal articulé : mise en place très longue et foutraque, faite de rencontres diverses, brèves, travaillées sur quelques répliques faciles justifiant péniblement les actions qui s'en suivent. Mais passé cette première demi heure maladroite, l'auteur prend un peu plus le temps ; du temps pour développer ses trois personnages principaux mais aussi pour développer les situations si délicates. La fin est d'ailleurs très chouette. Même si c'est convenu, le film traite tout de même du sexe et des plaisirs, juste dommage que ça n'aille pas plus loin par moment.


La mise en scène est propre, efficace. Certains plans font penser au film de Blier. Mais l'esprit 70's en moi. Le découpage est pertinent mais paraît moins spontané. Le montage est bien rythmé. On appréciera la BO bien qu'elle soit parfois trop présente. Le casting est excellent ; j'avais des doutes sur Tautou au début et puis on finit par se laisser séduire par son excentricité.


Bref, pas le meilleur coup de Turturro-réalisateur, mais un film sympathique.

Fatpooper
7
Écrit par

Créée

le 4 mars 2021

Critique lue 589 fois

1 j'aime

Fatpooper

Écrit par

Critique lue 589 fois

1

D'autres avis sur The Jesus Rolls

The Jesus Rolls
Vash
6

Don't mess with the Jesus

The Jesus Rolls n'a pas grand chose à voir avec The Big Lebowski. Il n'a pas grand chose à voir non plus avec le bowling. Et il n'a d'ailleurs pas grand chose à voir avec le personnage de Jesus...

Par

le 6 juin 2021

1 j'aime

The Jesus Rolls
Fatpooper
7

Jesus is back

Film au double concept intéressant qui faisait forcément envie : d'un côté Turturro qui reprend son personnage de Big Lebowski (avec l'aval des frangins) et de l'autre une adaptation/remake de les...

le 4 mars 2021

1 j'aime

The Jesus Rolls
Kev44600
4

« Nobody Fucks With The Jesus » sauf John Turturro

Lire l'article complet dédié au film The Jesus Rolls The Jesus Rolls souffre sur tous les plans de la comparaison avec Les Valseuses et The Big Lebowski. S’il s’affranchi du film des Frères Coen et...

le 23 août 2020

1 j'aime

Du même critique

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

le 3 janv. 2016

122 j'aime

35

Strip-Tease
Fatpooper
10

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

le 22 févr. 2014

116 j'aime

45

Taxi Driver
Fatpooper
5

Critique de Taxi Driver par Fatpooper

La première fois que j'ai vu ce film, j'avais 17ans et je n'avais pas accroché. C'était trop lent et surtout j'étais déçu que le mowhak de Travis n'apparaisse que 10 mn avant la fin. J'avoue...

le 16 janv. 2011

103 j'aime

55