Contrairement aux deux premiers opus, le brillant réalisateur Matthew Vaughn change complètement la formule d'une des franchises cinématographiques d'espionnage les plus phénoménales de nos jours, en concentrant le troisième opus des Kingsman dans un contexte plus historique que les précédents volets. Du coup ! Il faut absolument oublier la sauce délirante et l'ambiance déjantée des deux premiers. Là, on part sur un long-métrage plus strict et plus sérieux, ce qui est une bonne chose, car le second opus a pas mal déçu les fans pour son rythme mal réglé et la mauvaise interprétation ou exploitation de certains protagonistes.


Sur ce point, j'étais assez rassurant et je savais bien que le réalisateur n'était pas du genre à foutre en l'air un de ses projets, surtout que c'est bien la première fois qu'il prolonge une de ses franchises. Ce dernier avait surtout une grande envie de retrouver une partie de son enfance en mettant en œuvre une production dans un univers similaire à celui de Lawrence d'Arabie, tout en reprenant les films de combat à l'épée du même style que celui de l'acteur Errol Flynn. Il faut dire que c'est une formule qui marche sans accroc, on assiste pour la première fois à des combats à l'épée et très franchement, j'accroche bien mieux à ce genre de spectacle que celui des deux premiers films bourrés de fusillades ou de combats d'arts martiaux.


En visionnant les combats à l'épée, on peut noter une belle recherche des coups à l'épée, d'autant que l'on ne néglige pas ce qui a fait un peu le succès des deux premiers, c'est-à-dire une incroyable fluidité des mouvements, de la projection démesurée, des coups très réalistes et de l'accompagnement musical toujours aussi bien choisi. Il faut dire que cette réussite technique et visuelle doit beaucoup à l'époustouflante et magnifique interprétation d'un Ralph Fiennes qui pue le total charisme. On sent bien qu'il est fait pour ce genre de rôle, cela se ressent direct dès les premières scènes. Le reste du casting est aussi satisfaisant que le premier. On a un Djimon Hounsou qui porte bien assistance à Ralph Fiennes, une Gemma Arterton qui dessine une magnifique femme mature et autoritaire, bien que je la trouve un peu sous-exploitée et surtout un Rhys Ifans qui campe un incroyable et étourdissant Raspoutine.


De plus, pour bien mettre ses personnages dans le feu de l'action, le metteur en scène n'a pas choisi une période de l'histoire au hasard, il a choisi l'une des plus violentes et les plus impardonnables, celle de la Première Guerre mondiale, tout en mettant en scène des faits réels comme l'assassinat de François-ferdinand ou la séduction magnétique de l'espionne Mata Hari. Le rythme est fait pour que le public assiste à une production très divertissante et bien explosive, avec des décors soigneusement bien reconstruits et une position de la caméra toujours aussi judicieuse. On est donc devant un cocktail jouissif et qui ne manque pas d'inventivité, malgré quelques moments narratifs un peu lourds et une once d'imprévisibilité qui se ressent à certains moments. Pas aussi marquant que le premier mais ce troisième opus fait néanmoins mieux que le second opus, mêlant à la perfection les codes de films d'espionnage et de films historiques. 7/10



Un gentleman ne se cache pas dans le noir.


Créée

le 26 janv. 2022

Critique lue 779 fois

22 j'aime

7 commentaires

LeTigre

Écrit par

Critique lue 779 fois

22
7

D'autres avis sur The King's Man - Première Mission

The King's Man - Première Mission
Plume231
1

Passé décomposé !

Un préquel aux Kingsman, d'accord, je prends. Si cela peut laisser le temps à Matthew Vaughn de rattraper la cata du deuxième volet (non, une grande méchante ne faisant que péter les plombs toutes...

le 29 déc. 2021

59 j'aime

9

The King's Man - Première Mission
SimplySmackkk
7

Kingsman : Le Commencement, retour heureux

En 2015, adaptant le comic-book de Mark Millar, Matthew Vaughn signe avec le premier KingsMan: Services secrets une belle réussite, mêlant une certaine élégance anglaise infusée dans un film aux...

le 30 déc. 2021

39 j'aime

12

The King's Man - Première Mission
lhomme-grenouille
5

The King’s man : première (dé)mission

En cette fin d’année 2021 où les mots « franchises », « remake », « reboot » ou autre « prequel » sont rentrés dans le langage courant du blockbuster hollywoodien, j’avoue qu’ils étaient devenus de...

le 1 janv. 2022

27 j'aime

9

Du même critique

Baby Driver
LeTigre
8

La musique comme elle n’a jamais été utilisée au cinéma.

Réalisateur de la trilogie Cornetto et du film Scott Piligrim, Edgar Wright est en voie d’être l’un des réalisateurs les plus intéressants à suivre de notre génération. Il renouvelle le cinéma d'une...

le 12 juil. 2017

59 j'aime

9

Logan
LeTigre
8

L'adieu mortel du mutant le plus emblématique de la franchise X-Men. 

Suite à la grande satisfaction publique de la réalisation Wolverine : Le combat de l'immortel, le réalisateur James Mangold s'est engagé, sans la moindre hésitation, à mettre en œuvre un nouveau...

le 16 déc. 2020

56 j'aime

10

Mad Max - Fury Road
LeTigre
9

Une nouvelle injustice à régler pour notre justicier Australien !

Un quatrième opus de la saga Mad Max ? Après trente d’absence sur le grand écran ? Personne n'aurait cru ça et pourtant, Cette information a bien été confirmée par de nombreux sites sur Internet...

le 26 mars 2020

54 j'aime

13