Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

La grande majorité des films de Carpenter partent d'un conflit, un conflit qui tend à supprimer l'individu au profit de quelque chose de plus global et surtout de maîtrisé.

En somme le cinéaste n'en fini jamais de se battre contre l'effacement de la singularité au profit de l'anonymat stérile.

La chose n'a qu'un but: copier pour uniformiser le monde en uniformisant les individus. Mais là ou d'autres placerait un héros sauveur redresseur de tord, une sorte de paladin immaculé, Carpenter place son type de héros. Le personnage principal n'agit pas au nom de tous mais en son nom propre. il n'a pas la prétention de répandre ses principes comme doctrine. Il veut déjà sauver sa peau.

Mac Ready n'échappe pas à ce profil, en prenant le contrôle il impose sa vision pour se protéger lui même, aucun héros de Carpenter ne cherche l’adhésion du groupe, il en est de même ici.

The Thing joue aussi sur les paradoxes mais avec une finalité identique, l'étouffement et le malaise provient du fait que : l'on soit seul ou en groupe, le danger est le même (seul on est faible, en groupe la proximité peut créer le danger par contamination), l'espace clos est un enferment avec peu de marge manœuvre, l'espace extérieur est hostile et glacial.

L'omniprésence d'une force supérieure est un thème majeur chez Carpenter, cette omniprésence peut être corruptrice, aliénante, chaotique, malveillante, vengeresse, Impie, politique...(Vampires, They Live, In the Mouth of Madness, Christine, Ghosts of Mars, Prince of Darkness, Escape of NY et LA)...avec The Thing c'est l'uniformisation qui domine, Mac Ready refuse de perdre son identité et comme tous les héros de Carpenter il affronte le péril quel qu'en soit le prix.

Sur une scène finale ouverte à toutes le conjectures, The Thing n'en finira jamais de me hanter.

Créée

le 23 nov. 2012

Critique lue 2.1K fois

62 j'aime

10 commentaires

SPlissken

Écrit par

Critique lue 2.1K fois

62
10

D'autres avis sur The Thing

The Thing
real_folk_blues
9

When Carpenter did love craft for special FX

Revoir un film vous ayant marqué dans votre (extrême) jeunesse et que vous aviez précédemment noté sur ces fameuses impressions gravées dans votre quasi subconscient peut s'avérer...foutrement...

le 12 sept. 2011

158 j'aime

21

The Thing
Kowalski
10

12 hommes enneigés

Bon, aujourd'hui, gros coup de folie, j'ai décidé de m'attaquer à du lourd, du très très lourd! Inconscient va! Je me lance dans la critique d'une des oeuvres figurant au top de mon panthéon...

le 31 mars 2013

145 j'aime

64

The Thing
DjeeVanCleef
10

Antarctique 1982

Où Plissken a encore ses deux yeux et porte une barbe d'Ayatollah. Deuxième adaptation d'un film d'Howard Hawks par John Carpenter après son «Assault on Precinct 13» qui pompait dans l’allégresse le...

le 7 nov. 2013

131 j'aime

31

Du même critique

The Thing
SPlissken
10

Critique de The Thing par SPlissken

La grande majorité des films de Carpenter partent d'un conflit, un conflit qui tend à supprimer l'individu au profit de quelque chose de plus global et surtout de maîtrisé. En somme le cinéaste n'en...

le 23 nov. 2012

62 j'aime

10

Vol au-dessus d'un nid de coucou
SPlissken
10

Critique de Vol au-dessus d'un nid de coucou par SPlissken

McMurphy est un électron libre, il tente de se soustraire à la prison est choisissant l'option hôpital psychiatrique mais les fenêtres ici aussi ont des barreaux. Il va aussi découvrir que les...

le 8 mars 2013

60 j'aime

4

Seven
SPlissken
9

7 deadly sins, 7 ways to die

Fin de l'obscurité, fin d'un film, dehors la pluie venait de cesser. Les rues brillaient, la foule réapparaissait, les parapluies se fermaient. Peu à peu toute la ville reprenait son ronronnement...

le 12 oct. 2010

58 j'aime

12