Le premier film de Frederic Wiseman, documentariste devenu par la suite incontournable, pose dès 1967 son parti pris d’un regard direct et dénué de tout aménagement.


Plongée dans une unité carcérale psychiatrique de l’hôpital de Bridgewater, le film se résume à un montage de séquences qui semblent prises à la volée, laissant indifféremment la parole aux patients ou au personnel encadrant, mais toujours entre eux, sans interview ou déclaration formelle. Wiseman semble s’être fait littéralement invisible, au point qu’il a obtenu toutes les autorisations pour la projection du film, qui fut pourtant par la suite retiré de la circulation, la cour suprême du Massachusetts le considérant comme violant la vie privée des patients.


Lors d’une prise de vue sur une salle commune, un individu au premier plan tente de rentrer dans le cadre, restant hors de la mise au point faite sur l’arrière-plan. Le réalisateur sait ce qu’il cherche à filmer, et ne change pas de perspective, et le simple fait de vouloir apparaitre à l’image est déjà en soi un discours sur le désir de communication des patients. Tout le film fonctionne sur ce principe : ceux qui parlent – souvent seuls, dans des logorrhées interminables, ou à des médecins qui ont de toute façon déjà établi un diagnostic – auront leur temps d’écoute. Les blocs bruts de vérité qui s’en dégagent ne font pas nécessairement sens, particulièrement dans ce contexte où c’est de l’aliénation qu’on traite. C’est la conflagration des segments qui, la plupart du temps, est éloquente : celle d’une incommunicabilité terrible, d’une solitude accrue par un cadre inhumain qui ne ménage rien pour ses pensionnaires. Les séquences dédiées au personnel, d’une apparence toute aussi objective, ne font pas de toute quant à leur sélection : la dimension humaine est tout simplement évacuée, la brutalité mécanique (comme cette scène d’intubation pour nourrir de force un détenu, l’infirmier tenant la sonde d’une main et une cigarette de l’autre), la provocation fréquente, comme ces petits jeux immatures visant à faire répéter incessamment un homme qui hurle, sadisme ordinaire qui révèle le degré de formation pour ceux qu’on considère, de toute façon, comme des criminels.


L’empathie se loge donc dans cette écoute distante, discrète, cette virée en enfer derrière les barreaux, où la confession d’un pédophile côtoie le diagnostic d’un paranoïaque, où des corps vont à intervalle régulier alimenter la morgue, et où la parole semble, en permanence, se dissoudre dans l’air. La capturer par l’image et inviter le témoin extérieur forge une éthique qui ne quittera plus Wiseman ici à l’aube de sa carrière.

Sergent_Pepper
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Documentaire, Social, Les meilleurs documentaires, Les meilleurs films sur la maladie mentale et Les meilleurs films de 1967

Le 6 octobre 2020

10 j'aime

2 commentaires

Titicut Follies
Sergent_Pepper
7

Personnel encadré

Le premier film de Frederic Wiseman, documentariste devenu par la suite incontournable, pose dès 1967 son parti pris d’un regard direct et dénué de tout aménagement. Plongée dans une unité...

Lire la critique

il y a 2 ans

10 j'aime

2

Titicut Follies
Marius_Jouanny
6

Augmenter la dose de tranquillisants

De réputation, les hôpitaux psychiatriques ne sont pas des lieux où il fait bon vivre. Détenus comme geôliers s’y voient enfermés entre quatre murs non seulement physiques, mais mentaux. Des fous, on...

Lire la critique

il y a 6 ans

8 j'aime

1

Titicut Follies
Fatpooper
8

Un cri de folie

Elle est jolie l'affiche. Ce documentaire est fort intéressant. Wiseman s'intéresse donc à cet institut qui abrite des criminels 'fous'. Le constat est simple : les fous et les 'méchants' ne sont...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

713 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

649 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

580 j'aime

53