Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Relecture d’un fait divers déjà porté à l’écran dans les années 1970 sous le titre de Justice sauvage, Tolérance zéro est un des premiers films de Dwayne Johnson, encore crédité sous le nom de The Rock. Dans sa filmographie, c’est la première fois qu’on lui propose un rôle pouvant faire de lui un digne successeur, au hasard de Schwarzy. En redresseur de torts taillé pour empailler tous les méchants de sa petite ville natale, il assure évidemment même si le film est franchement binaire. Il rentre chez lui avec son baluchon un peu comme Rambo, retrouve sa famille et ses amis. Une ancienne connaissance à lui est devenue le patron d’un casino où sexe et drogue circulent à volonté. Couvert par le shérif, il est le roi de cette petite ville tranquille. Après une première baston où le Rock est laissé pour mort, ce dernier prend les armes quand son jeune neveu est victime d’une overdose. C’est alors l’heure de l’affrontement après qu’il a ravi l’étoile de shérif.


Voilà ainsi un produit qui ne ment pas sur la marchandise. C’est de l’action pas prise de tête avec quelques scènes de bastons, de fusillades et d’explosions qui s’inscrit dans la pure tradition de ce que propose le cinéma américain depuis cinquante ans. L’ensemble est vite emballé (1h23 montre en main) et, à défaut de renouveler le genre, il coche les cases du divertissement nourri à la testostérone. Un peu plus d’humour ou de second degré aurait sûrement apporter un plus, surtout que les scènes de bourre-pif n’ont pas peur de pousser le bouchon un peu trop loin.


Le résultat est honnête et se regarde facilement, surtout que les seconds rôles sont interprétés par des habitués qui font parfaitement le job. On regrettera un petit manque d’intensité et de surprises dans le récit mais on reste quand même bien content de voir Dwayne Johnson châtier les méchants à grands coupes de latte dans la figure. Bourrin, paresseux parfois mais sympa.


Play-It-Again-Seb
6

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Liste et classement des films que j'ai vus (ou revus) en 2022

Créée

le 21 août 2022

Critique lue 90 fois

8 j'aime

5 commentaires

PIAS

Écrit par

Critique lue 90 fois

8
5

D'autres avis sur Tolérance zéro

Tolérance zéro
Play-It-Again-Seb
6

Tolérance souhaitable

Relecture d’un fait divers déjà porté à l’écran dans les années 1970 sous le titre de Justice sauvage, Tolérance zéro est un des premiers films de Dwayne Johnson, encore crédité sous le nom de The...

Par

le 21 août 2022

8 j'aime

5

Tolérance zéro
HITMAN
6

Justice sauvage.

Tolérance zéro (Walking Tall) est le premier volet d'une trilogie, mais les deux derniers sont sortie directement en vidéo avec l'acteur Kévin Sorbo dans le rôle titre, Tolérance Zéro 2 (Walking Tall...

le 5 oct. 2016

8 j'aime

1

Tolérance zéro
Monsieur_Cintre
6

Certes y a mieux, mais y a pire

Je regarde toujours un film avec un objectif. Je voulais voir un film d'action divertissant et qui n'en fait pas des caisses. Tolérance Zéro répond plutôt bien aux critères ; étant issu d'une...

le 6 juin 2020

6 j'aime

1

Du même critique

Astérix et le Griffon - Astérix, tome 39
Play-It-Again-Seb
7

Le retour de la griffe Goscinny-Uderzo

Depuis la reprise de la série par Ferry et Conrad, nos amis gaulois avaient une sacrée gueule de bois. La disparition de René Goscinny avait déjà très sérieusement entamé la qualité des albums même...

Par

le 22 oct. 2021

24 j'aime

23

L'Emmerdeur
Play-It-Again-Seb
9

Pignon, ce roi des emmerdeurs

Premier film mettant en scène François Pignon, L’Emmerdeur est déjà un aboutissement. Parfaitement construit, le scénario est concis, dynamique et toujours capable de créer de nouvelles péripéties...

Par

le 12 août 2022

22 j'aime

10

L'Iris blanc - Astérix, tome 40
Play-It-Again-Seb
4

La philosophie sur le comptoir

Aïe, aïe, aïe... L'arrivée de Fabrice Caro en lieu et place de Jean-Yves Ferri qui venait, à mon sens, de signer son meilleur Astérix dans le texte, était pourtant annoncée comme une bonne nouvelle...

Par

le 14 nov. 2023

21 j'aime

22