Passé par le journalisme, Thierry Klifa s'est taillé une petite réputation en tournant trois premiers films vaguement évocateurs de l'univers de Claude Sautet. Sans doute désireux de changer d'image, il s'est lancé avec Tout nous sépare dans un film noir où la bourgeoisie s'encanaille avec de petites frappes de banlieue. D'emblée, les personnages ne sont guère sympathiques et il faut de la ténacité pour s'intéresser ne serait-ce qu'un peu à une histoire qui va progressivement prendre une tournure telle que l'on ne peut y croire un seul instant. Gros problèmes de scénario, visiblement, dans ce rapprochement inattendu entre deux mondes qui seront toujours étanches l'un à l'autre. On n'est pas loin de tomber dans le ridicule, simplement évité par les interprétations de Diane Kruger et Catherine Deneuve, qui n'en sortent tout de même pas indemnes. Du côté des garçons, c'est assez catastrophique. On sent pourtant une vraie sincérité derrière les intentions du metteur en scène que, hélas, il n'a pas su traduire dans un film bancal et terriblement gênant par son manque de logique psychologique, en particulier, et de crédibilité, en général.

Cinephile-doux
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Au fil(m) de 2017 ...

Créée

le 15 nov. 2017

Critique lue 1.4K fois

7 j'aime

Cinéphile doux

Écrit par

Critique lue 1.4K fois

7

D'autres avis sur Tout nous sépare

Tout nous sépare
Herostrate
3

Tous le sépare d'un bon film

Vu en avant première le 2 novembre. Il est clair que ce film avait un potentiel de départ ; un duo Nekfeu/Deneuve , une ambiance polar sombre, tout était aligné pour avoir au pire, un film se...

le 3 nov. 2017

12 j'aime

1

Tout nous sépare
JorikVesperhaven
7

Un polar mâtiné de drame pas assez fouillé dans la psychologie mais la révélation d'un acteur.

Thierry Klifa est de retour après une très longue absence derrière la caméra. L’ancien journaliste nous avait habitués à de beaux mélodrames chorals avec « Le Héros de la famille » et surtout le...

le 2 nov. 2017

11 j'aime

2

Du même critique

As Bestas
Cinephile-doux
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

le 27 mai 2022

76 j'aime

4

France
Cinephile-doux
8

Triste et célèbre

Il est quand même drôle qu'un grand nombre des spectateurs de France ne retient du film que sa satire au vitriol (hum) des journalistes télé élevés au rang de stars et des errements des chaînes...

le 25 août 2021

76 j'aime

5

The Power of the Dog
Cinephile-doux
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

le 25 sept. 2021

70 j'aime

13