Sont-ce réellement les liens du sang qui font une véritable famille ? Une véritable famille aimante, avec des membres qui s'apprécient les uns les autres, chacun voulant apporter le meilleur à l'autre, et qu'importe que les liens du sang ne soient pas là ? Vous avez quatre heures... ou plutôt, non, vous avez deux heures... les deux heures de ce long-métrage.


Dans ce dernier, récompensé de la Palme d'or, Hirokazu Kore-eda réalise ce qu'il fait de mieux, à savoir ne pas cacher l'affection profonde qu'il éprouve pour ses personnages et évoquer l'enfance. Affection qui est contagieuse, car elle atteint le spectateur. Avec de véritables moments d'humanité, très typiques de la filmo du Monsieur, à l'instar de la séquence de la plage.


Ce n'est pas pour autant qu'Une affaire de famille est doux et inoffensif. Très loin de là. Il n'est guère étonnant que le triomphe cannois de l'œuvre ait embarrassé le gouvernement japonais. La société nippone s'en prend sérieusement plein la gueule, en ce qui concerne l'enfance (je vais revenir sur ce point plus loin !), mais aussi pour la manière dont elle essaye de foutre sous le tapis les laissés pour compte, les marginaux, au quotidien parfois sordide, pour sauvegarder les apparences.


Mais, attention, cela ne veut pas dire que le tout est bêtement naïf, que tout est lumineux parmi nos protagonistes, qu'ils sont parfaits et lisses, qu'il n'y a que les autres à avoir leur part trouble. Non, car, plus on avance dans le film, plus les révélations et les actes terribles se pointent. On n'arrive pas à les détester, on persiste à y rester attaché, mais le malaise est là (et le malaise est là aussi parce qu'on n'arrive pas à les détester !). Malaise qui ressort de ce qui s'appelle complexité.


Le regard de Kore-eda est celui de quelqu'un qui veut aimer son prochain, qu'il l'aime, mais qui est très réaliste, donc juste.


Quant à la fin, en ce qui concerne la gamine,

j'aurais bien voulu me dire "voyons, un pays un tant soit peu normal n'irait jamais renvoyer un enfant à un parent négligent et abusif. Kore-eda abuse. C'est totalement invraisemblable !". Mais, comme c'est plus que crédible, on pourrait essayer de s'illusionner en pensant que c'est typique du Japon. Jamais une démocratie occidentale ne refourguerait un être vulnérable à son bourreau parce qu'elle n'a pas envie de s'en occuper. Euh, non, non et non. Et c'est rageant. Cela arrive partout. Seul très mince lot de consolation dans le cadre du film : au moins, maintenant, la pauvre enfant sait que ce n'est pas normal de se faire maltraiter.


Bref, une œuvre qui touche pour son humanité, par son refus du simplisme et par sa confrontation franche à la réalité. Une palme d'or méritée.

Plume231
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleures Palmes d'or

Créée

le 17 mai 2024

Critique lue 79 fois

16 j'aime

6 commentaires

Plume231

Écrit par

Critique lue 79 fois

16
6

D'autres avis sur Une affaire de famille

Une affaire de famille
voiron
10

Une affaire de famille

Le réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda a reçu la Palme d’or 2018 pour son film Une affaire de famille. Le père apprend à son fils à voler dans un supermarché pour nourrir les personnes de la...

le 15 déc. 2018

79 j'aime

10

Une affaire de famille
Kiwi-
9

Hier, aujourd'hui et demain.

Il y a quinze ans, Hirokazu Kore-eda signait « Nobody Knows », une bouleversante chronique de l’enfance au sein du labyrinthe tokyoïte. Depuis, sont sortis « I Wish », « Tel père, Tel fils », « Notre...

le 11 déc. 2018

51 j'aime

6

Une affaire de famille
EricDebarnot
9

Shoplifters of the World, Unite !

Cette palme d'or - juste mais contestée - attribuée à Cannes au dernier film de Kore-eda, vient à notre avis enfin reconnaître l'importance du plus grand réalisateur japonais actuel, digne héritier...

le 22 déc. 2018

50 j'aime

19

Du même critique

Babylon
Plume231
8

Chantons sous la pisse !

L'histoire du septième art est ponctuée de faits étranges, à l'instar de la production de ce film. Comment un studio, des producteurs ont pu se dire qu'aujourd'hui une telle œuvre ambitieuse avait la...

le 18 janv. 2023

292 j'aime

20

Oppenheimer
Plume231
3

Un melon de la taille d'un champignon !

Christopher Nolan est un putain d'excellent technicien (sachant admirablement s'entourer à ce niveau-là !). Il arrive à faire des images à tomber à la renverse, aussi bien par leur réalisme que par...

le 19 juil. 2023

213 j'aime

29

The Batman
Plume231
4

Détective Batman !

[AVERTISSEMENT : cette critique a été rédigée par un vieux con difficile de 35 piges qui n'a pas dû visionner un film de super-héros depuis le Paléolithique.]Le meilleur moyen de faire du neuf, c'est...

le 18 juil. 2022

137 j'aime

31