Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

"Vol au-dessus d'un nid de coucou" est un film à part. Un film qui traite d'un sujet que personne à Hollywood ou ailleurs n'avait osé abordé et porté à l'écran. Mais en 1975, un jeune réalisateur tchèque, arrivé aux Etats-Unis en 1968, génie en devenir qui s'appelle Milos Forman, va être choisi par le jeune producteur Michael Douglas pour tourner ce qui deviendra "Vol au-dessus d'un nid de coucou".

Un film dont le nom est aussi beau que l'histoire qui en est contée. C'est l'histoire de McMurphy (Nicholson, génialissime) qui va se faire passer pour un fou afin d'éviter la prison. Il est conduit dans un hôpital psychiatrique et va se voir confronter à la dure infirmière Ratched (une Louise Fletcher fantastique). Il va alors lancer une révolution avec ses compagnons de fortune.

Un synopsis rempli d'une thématique principale qui sera le fil rouge de l'histoire tout le long du film : la liberté. Mais Forman va également s'atteler à dénoncer la déshumanisation dont les patients souffrent tout le long du film. Il nous livre là une critique d'un système violents et irrespectueux envers les êtres humains qui vivent en hôpital psychiatrique, qui ressemble plus à une prison qu'à un hôpital. C'est là que McMurphy intervient. Cet anti-héros va apporter sa joie et son envie de vivre à ces personnes, et il va leur offrir un but : l'espoir de liberté. La liberté qui est si cher à l'être humain va ici être personnifié dans le personnage de McMurphy, avec sa bonne humeur et son enthousiasme qui semblent totalement étranger et impossible à atteindre pour ces patients. Forman filme ses personnages avec intelligence sans tomber dans le piège du cliché et du stéréotype.

Mais l'autre force du film c'est la relation qui existe entre McMurphy et tout les patients et en particulier le grand chef. Ce grand chef si imposant qui passe totalement inaperçu au milieu de cette foule et qui va retrouver une raison de vivre au contact de McMurphy. Leur alchimie est parfaite et les deux personnages nous livrent une des plus belles fins de films qu'Hollywood ait jamais produite, remplie d'espoir, de liberté mais aussi de tristesse.

Mais ce ne sont que des paroles en l'air sans l'apport d'acteurs formidables. Jack Nicholson domine le film de la tête et des épaules et nous livre ici une de ses plus belles prestations. Louise Fletcher, le parfait opposée de Nicholson, est saisissante de vérité. Quand aux patients, on notera la présence (et la très bonne prestation) d'acteurs comme Danny DeVito et Christopher LLoyd.

Au final, on trouve ici un film humain, plein de sincérité, dénonçant un système déshumanisant. Un chef d'oeuvre du genre.

Créée

le 5 févr. 2013

Modifiée

le 5 févr. 2013

Critique lue 12K fois

134 j'aime

6 commentaires

Strangelove

Écrit par

Critique lue 12K fois

134
6

D'autres avis sur Vol au-dessus d'un nid de coucou

Vol au-dessus d'un nid de coucou
Strangelove
10

L'espoir de liberté...

"Vol au-dessus d'un nid de coucou" est un film à part. Un film qui traite d'un sujet que personne à Hollywood ou ailleurs n'avait osé abordé et porté à l'écran. Mais en 1975, un jeune réalisateur...

le 5 févr. 2013

134 j'aime

6

Vol au-dessus d'un nid de coucou
SPlissken
10

Critique de Vol au-dessus d'un nid de coucou par SPlissken

McMurphy est un électron libre, il tente de se soustraire à la prison est choisissant l'option hôpital psychiatrique mais les fenêtres ici aussi ont des barreaux. Il va aussi découvrir que les...

le 8 mars 2013

60 j'aime

4

Du même critique

Gravity
Strangelove
8

"Le tournage dans l'espace a-t-il été compliqué ?"

Telle est la question posée par un journaliste mexicain à Alfonso Cuarón lors d'une conférence de presse à propos de son dernier film Gravity. Question légitime tant Cuarón a atteint un niveau de...

le 23 oct. 2013

235 j'aime

44

Le Cinéma de Durendal
Strangelove
2

Moi aussi j'ai pleuré devant Lucy !

(Bon c'est parce que je ne pouvais pas contrôler mon fou rire mais ça compte quand même non ?) Les amis je crois que j'ai un problème. Comprenez-moi, je hais ce personnage, je n'ai absolument aucun...

le 18 mars 2015

234 j'aime

50

Pulp Fiction
Strangelove
10

True Story.

Que pourrais je dire de plus ? Que pourrais-je ajouter à tout ce qui a déjà été dit ? Rien que tout le monde ne sache déjà. J'ai alors décidé de tourner ma critique autrement. Car il faut savoir que...

le 28 mai 2013

227 j'aime

34