Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, J.K FUCKING SIMONS

J'ai quitté la salle il y a quelques heures maintenant, et pourtant j'entends encore les baguettes claquer contre les cymbales avec une fougue hors norme, ais-je perdu la raison ou suis-je encore plongé malgré moi dans un film d'une intensité remarquable laissant son dernier quart d'heure nous offrir un final hallucinant à couper le souffle.

Oubliez les biopic identiques avec une trame nauséabonde et indigeste ou pire les abominables récits d'un héros qui va se découvrir une vocation dans laquelle il est le meilleur par le plus grand des hasard et surmonter chaque obstacle grâce à son entourage mettant leur vie de côté et présent uniquement pour le valoriser et pousser des acclamations déplacées histoire de nous montrer combien ce type est extraordinaire.
Ici pas de présentation en voix off d'un type bien sous tout rapport qui aide la veuve et l'orphelin avec un sourire con sur le visage, non rien de tout ça, la vitrine qui s'ouvre est toute autre.

Elle se focalise sur un J.K Simons d'une condescendance et d'une assurance qui captive notre attention au même moment que se reflète son antagoniste un petit jeune à la batterie qui n'en mène pas large.
Bon sang que j'aime ces films qui peuvent utiliser n'importe quel thème pour les transcender peut importe qu'on s'y intéresse au préalable ou pas. Je n'aime pas particulièrement le jazz, la batterie ne m'a jamais vraiment emballé et j'ai pourtant rarement été aussi captivé par un récit depuis un bon moment.
La faute à Damien Chazelle son tout jeune réalisateur qui ne devrait pas tarder à se voir affubler de tout un tas d'étiquettes pour expliquer son travail, Kubrick, Fincher et j'en passe, en ce qui me concerne si on pouvait juste apprécier ce qu'il a fait et savourer, ça ne me déplairait pas. D'autant que le bougre du haut de ses 29 ans maîtrise absolument tout et ne laisse rien au hasard, sa caméra est partout, elle virevolte dans tous les sens, se resserre ou s'élargit, multiplie les gros plans lorsque c'est nécessaire, s'attarde sur un visage ou un instrument. La lumière, le montage, le rythme ne font qu'embellir un enrobage déjà très appétissant.

Whiplash frappe très très fort, visuellement de toute beauté, enivrant, d'une violence verbale inouïe qui utilise son vocabulaire pour faire aussi mal qu'un sabre tranchant. Il ne vous laissera pas indifférent une fois le rideau de fin baissé. Laissez vous embarquer dans ce duel psychologie mené par un J.K Simons des grands soirs, celui qui a fait craquer un Tobias Beecher en prison il y a plusieurs années et qui s'attaque cette fois à un gamin sous les traits d'un très surprenant Miles Teller que je trouvais jusqu'alors très soporifique. Whiplash est une véritable odyssée de l'horreur durant laquelle le harcèlement moral prend sa forme la plus malsaine et nous étouffe sous ses coups de fouets ( imaginez que ça aurait pu être le titre français au passage )

Foncez vite découvrir cette pépite, moi j'y retourne dès que possible !

Critique lue 11.6K fois

265
5

D'autres avis sur Whiplash

Whiplash
Sergent_Pepper
8

Travail, infamie, batterie

Pour se laisser pleinement aller à la jubilation de Whiplash, il faut d’emblée lever une ambiguïté de taille : ce n’est pas un film sur la musique. Le mélomane qui ira chercher une exploration des...

le 31 déc. 2014

235 j'aime

22

Whiplash
Vincent-Ruozzi
10

«Je vous promets du sang, de la sueur et des larmes»

Whiplash est un grand film. Il est, selon moi, le meilleur de l’année 2014. Une excellente histoire alliant le cinéma et la musique. Celle-ci ne se résume pas à une bande son, mais prend ici la place...

le 20 janv. 2015

190 j'aime

11

Whiplash
SanFelice
8

NOT MY FUCKING TEMPO !

Il s'appelle Fletcher. Mais ça, on l'ignore pendant une bonne partie du film (la moitié, facilement). Quand on parle de lui, on dit juste Lui, Il. Pas de nom. Et même, les rares personnes qui oseront...

le 23 janv. 2015

187 j'aime

8

Du même critique

Interstellar
Kobayashhi
10

All you need is love, love, love, love...

Aïe Aïe Aïe, nous y voilà, Interstellar, le film dont on ne doit pas prononcer le nom, celui qui déchaîne les passions, film de la décennie pour certains, arnaque pour d'autres. Déjà moqué pour ces...

le 6 nov. 2014

488 j'aime

23

Mad Max - Fury Road
Kobayashhi
9

My Name is Max, Mad max !

Putain........................... Du moment où les lumières se tamisent jusqu'au générique de fin laissant traverser le nom de Georges Miller, je suis resté scotché dans mon siège, halluciné par le...

le 14 mai 2015

302 j'aime

27

Whiplash
Kobayashhi
8

Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, J.K FUCKING SIMONS

J'ai quitté la salle il y a quelques heures maintenant, et pourtant j'entends encore les baguettes claquer contre les cymbales avec une fougue hors norme, ais-je perdu la raison ou suis-je encore...

le 24 déc. 2014

265 j'aime

5