Faire une virée à deux... ♫

Avis sur Assassin's Creed II sur PlayStation 3

Avatar Camden
Test publié par le
Version PlayStation 3

Assassin's Creed 2, c'est un peu le grand jeu malade d'Ubisoft, le hit qui devait avoir 95 % sur Metacritic mais qui n'obtient que 90...

Pourtant, niveau jouabilité, à première vue, c'est le sans faute. Lles points forts du précédent opus sont repris (monde ouvert, déplacements souples et classieux) et les défauts sont en parties gommés (répétitivité, combats très rigides).

Hélas, quand on gratte un peu, on se rend compte qu'il est dur d'être ambitieux sans le niveau de finition qui va avec. Dans les faits : la diagonale lors des sauts est mal gérée, les combats souffrent toujours de devoir rester en posture d'attente pour contrer, les missions secondaires sont banales, certains objectifs annexes sont peu valorisants (récupérer 100 plumes disséminées dans le monde pour une simple tenue et une arme quelconque, c'est pas cher payé les heures de jeu supplémentaires)...

Pire, quelques choix de design sont vraiment malheureux. Je prends pour exemple une mécanique importante du jeu : la jauge de notoriété. Une fois connu des forces de l'ordre, Ezio doit arracher des affiches de recherche le désignant pour faire diminuer sa jauge. Jusque là, pourquoi pas... Ce n'est pas l'idée la plus originale du siècle mais ça reste plausible. Mais alors, pourquoi accrocher les affiches dans des endroits totalement inaccessibles à la foule ? Où est la crédibilité ? Moi, j'appelle ça un flagrant délit de compromission artistique. Un peu dommage aussi - même si c'est un détail - d'avoir supprimé une bonne partie de l'interactivité pendant les temps de chargement, c'était l'une des idées originales du premier épisode (en plus l'animation Desmond fait un peu peur quand on presse Rond et Croix en même temps).

Ça n'empêche que le fond de jeu reste bon, la recette fonctionne malgré les défauts et les quelques nouveautés sont appréciables : la customisation d'un QG, plus de variété dans les missions (séquences en véhicules, tombeaux à explorer façon Prince of Persia, interface plus souple)...

Parlons de l'ambiance maintenant, puisque c'est quand même le gros point fort de la série. « Moins de Desmond, plus d'époque », voilà le nouveau credo d'Assassin. Force est de constater que le scénario est ainsi moins haché. En plus, de nombreux efforts ont été consentis à la mise en scène, les briefings de mission sont nettement plus travaillés. Le nombre de scènes cinématiques est simplement impressionnant.

Le choix de la Renaissance italienne comme toile de fond s'impose de lui-même comme une idée géniale : la ville de Venise semble avoir été pensée pour le gameplay d'Assassin's Creed (à savoir principalement courir sur les toits). La direction artistique est assez formidable même si quelques petites choses dérangent : le clipping, la modélisation sommaire des environnements sauvages, les éléments copiés-collés du premier opus (les tentures moyenâgeuse sur les toits ne font pas très raccord avec l'époque)... Les ficelles de l'architecture se voient toujours (des bottes de foin sous chaque tour, un seul chemin pour avancer dans les tombeaux) mais ont tout de même été un peu estompées.

Bien qu'un peu plus en retrait, l'aspect science-fiction n'a pas disparu et l'histoire de Desmond n'est pas totalement délaissée : il a une quête à accomplir au-delà de celle d'Ezio et elle se termine un peu moins en queue de poisson que la fois dernière. Tout reste nébuleux (vidéo mystérieuse à reconstituer, rencontres étranges...) et on ne sait pas si les développeurs savent vraiment où ils veulent en venir. Mais, à l'instar de Lost, il y a de quoi faire saliver le curieux jusqu'au prochain épisode.

Ai-je parlé de la bande-son ? Le doublage original est admirable, gentiment caricatural, notamment grâce à des dialogues bien rythmés et des personnages hauts en couleur (comme dans les Final Fantasy, seuls ceux qui sont lookés ont un intérêt). La musique est enivrante. Les bruitages sont travaillés et restent en mémoire, forgeant au jeu une identité sonore propre.

Au final, Assassin's Creed 2 un très bon produit ludique. Si elle continue sur cette lancée, la série promet de belles choses. Mais atteindra-t-elle un jour le statut de chef d'œuvre ? Peut-être... à condition d'arrêter les compromis dans le design et de mettre les moyens pour fignoler.

Au rythme d'un épisode par an, ça sent le roussi...

PS : La version PC est à éviter pour cause de connexion Internet obligatoire (chez moi, ça ne marche pas par exemple). Les DLC sont à éviter eux aussi car ils sont très mal finis. De manière générale, si on peut éviter de cautionner ce genre de pratique, c'est quand même pas plus mal.

/// Y en a peu plus, je vous le mets quand même ?

  • Assassin's Creed : Altaïr's Chronicles (spin-off DS sur premier jeu) : critique
  • Lineage (série live promo pour la sortie du deuxième jeu) : critique
  • Assassin's Creed Revelations (4ème jeu) : critique
Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 601 fois
10 apprécient · 1 n'apprécie pas

Camden a ajouté ce jeu vidéo à 8 listes Assassin's Creed II

Autres actions de Camden Assassin's Creed II