The June Fire

Avis sur Firewatch sur Mac

Avatar Provehito
Test publié par le
Version Mac

Firewatch commence son histoire par 5 minutes de lecture. Fond sombre, musique délicate, on apprend le passé tumultueux de notre héro, Henry.

Henry est un homme de 39 ans, qui vient de perdre sa femme Julia. Elle n'est pas décédée, elle est devenue folle et est partie en Australie avec sa famille laissant seul le protagoniste que nous jouons. En 5 minutes, je fus happé de la même manière que The Last of Us. Pourtant, ce n'est que du texte fixe sur un fond uni...

La narration au service du gameplay

La qualité première du jeu est sa narration. L'écriture et les voix sont d'une perfection saisissantes. Après ce prélude qui pose les bases de notre personnage, il se retrouve en garde forestier, seul, dans une gigantesque zone forestière. Cette recherche de solitude n'est que la suite de l'introduction.
Il ne sera pas vraiment seul, il sera supervisé par Delilah, une autre garde forestière expérimentée.

Le jeu va se découper en jour et en mission attribuées par Delilah qui ne fera que de lui parler par radio. On peut résumer cette expérience en ballade bucolique soutenue par des conversations aussi bien sérieuse, qu'humoristique entre les deux protagonistes, deux personnes frappées par la vie en recherche de solitude et d'apaisement intérieur.

L'écriture est d'exception, le jeu est réalisé par les co-producteurs de TWD Season 1 de chez Telltales, plusieurs fois nommés meilleur jeu de l'année 2012. Autant vous dire que la richesse d'écriture se fait tout de suite ressentir, les blagues font mouches et surtout les personnages sont attachants. Après avoir fini le jeu en 4 heures "seulement" (je reviendrai sur ce point plus tard), on a l'impression de se séparer de deux amis de longues dates.

Le jeu aux graphismes simplistes et à la technique faiblard sent sort largement grâce à une direction artistique sublime. On se balade dans des plaines, près d'une rivière sous un couché de soleil qui rougit l'écran et enivre le monde qui entoure le personnage. On se promène dans un monde carte postale.

Ce qui me touche vraiment dans ce jeu c'est sa maturité. Il est destiné à un public âgé qui, à l'instar d'Henry, souhaite quitter le monde réel, non pas tout l'été comme dans le jeu mais quelques heures pour oublier le monde qui l'entoure.
Les propos du jeu sont assez tristes initialement mais la relation avec Delilah et les différentes intrigues qui vont occuper notre cher Henry vont nous faire vivre plusieurs émotions. Mais je peux dire que j'ai été touché par certains moments, quelque-uns visuellement mais la plupart par les propos tenus par ce couple distant.

Par rapport à la durée de vie du jeu qui a été encore un motif de discorde assez acerbe de la part de certains joueurs, je ne comprends pas le fondement de ces propos. Le jeu dure 4 heures avec un flow continu et sans relâche (le flow est le plaisir de jouer grossièrement). C'est une histoire à faire d'une traite je pense, tout comme certains livres doivent être lu en une seule fois. C'est la durée de vie adéquate pour nous faire vivre une expérience unique et rafraîchissante.

Enfin je voulais terminer cette critique par un passage du jeu :

Je parle de la scène de nuit, où depuis notre avant poste sur-élevé, Delilah nous réveille grâce à la radio pour nous montrer un feu de forêt au loin. Les deux personnages vont discuter plus intimement que d'habitude et vont s'ouvrir l'un à l'autre. Cette scène peut sembler anodine mais m'a frappé par sa force.
Henry est seul sur l'avancé de son poste, au loin derrière lui, on aperçoit le poste de Delilah que l'on voit allumé, et devant nous un grand feu s'élève au loin, c'est magnifique.
Les deux personnages sont proches en étant à des centaines de mètres, mais cette proximité se fait ressentir à nous même joueur. Et à ce moment, je me sens proche d'eux à travers un écran de télévision. Tout ça en deux heures de jeu. Tout est dit.

En conclusion, les jeux indépendants arrivent encore à me surprendre. Ici, Henry et Delilah m'ont touché et la maturité des propos du jeu ont fait échos en moi.
Le jeu ne plaira pas à tout le monde mais vaut le coup d'être essayé. La bande son sublime le tout et nous importe comme garde forestier le temps d'un été.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 222 fois
2 apprécient

Provehito a ajouté ce jeu à 5 listes Firewatch

Autres actions de Provehito Firewatch