👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Un gros 7, un petit 8 ? Difficile à dire. On est dans la grosse inspi Batman / Assassin's Creed en termes de gameplay et on se demande initialement comment on va réussir à caser ces mécanismes dans l'ambiance de LotR. Et ma foi, c'est plutôt réussi. C'est beau, ça bouge bien, il y a une simplicité et peut-être une relative pauvreté des options de combat qui, finalement, ne me déplaisent pas, permettant une apprentissage et une maîtrise assez rapides. D'autant que le triptyque épée, arc, poignard augmenté d'une brochette de feats et de capacités diversifie et enrichit le tout.
Le contexte est restreint, on se balade en gros dans une plaine émaillée de camps, de cavernes et de hauts-lieux de la méchanceté uruk mais la dimension mécanique, d'accumulation, de collection puis le fameux système Nemesis font émerger quelque chose d'inattendu. On sent que ce petit monde répond à nos choix, à nos analyses, on récupère de l'info sur les meilleures tactiques pour contrôler le second couteau que l'on va finalement placer à la tête de l'armée. On monte en puissance, on se retrouve à se planquer, à défoncer des packs de 15 uruks à grands coups d'effets pyrotechniques et de finishing moves, ça coule sous les doigts, c'est exaltant.
Étonnamment, le lore du contexte est largement mis en avant, même sur la zone aussi réduite d'un point de friction entre Mordor et Gondor. Le codex s'enrichit de tout un tas de références qui font des nombreuses missions annexes une plongée dans les Terres du Milieu. Malgré la répétitivité, c'est respectueux et on sent que l'écriture parvient à faire passer la pilule de la lassitude face à des raids et des assauts qui se ressemblent beaucoup.
Mais le côté catchy du jeu tient surtout la sensation d'avoir entre les mains un monde vivant, modeste mais vivant, avec ces tronches cassées d'orcs énervés qui nous en veulent personnellement. C'est le sacre du PNJ, son extraction de l'anonymat et enfin dominer ou décapiter ce salopard qui nous pourrit la vie depuis 4 heures est une satisfaction.
Le scénario est pas mal du tout, justifiant avec astuce le gameplay superposant un Talion condamné à la résurrection et son mystérieux et opportun fantôme. Les guests sont bien amenés, ça ne dessert pas l'ensemble.
Bref, une immersion inattendue, addictive et dynamique portée par un système qui casse la sensation de vaine répétition des missions grâce à une mise à jour de l'environnement en fonction de nos actions. C'est tellement, tellement plus punchy, propre et pertinent que le dernier Assassins Creed que je me suis fait juste avant, à savoir Unity...
Allez 8, car je me suis vraiment laissé happer.

VulcaseArkolax
8
Écrit par

il y a 7 mois

La Terre du Milieu : L'Ombre du Mordor
MaSQuEdePuSTA
6

Imitation = Limitation.

La frilosité caractérise la production vidéoludique actuelle. Ses idées, ses mécanismes - même ses méthodes de promotion - reposent sur l'idéal caduc de tenter de ne surprendre personne. Et ainsi,...

Lire la critique

il y a 7 ans

39 j'aime

4

La Terre du Milieu : L'Ombre du Mordor
HolyDonut
5

La belle coquille vide

10 Octobre, 1heure de jeu: " Wow c'est super joli, c'est fluide, il y a la musique des films, c'est sympa." 14 Octobre, 5 heures de jeu: " Le perso -mince comment il s'appelle déjà ?- il est pas...

Lire la critique

il y a 7 ans

30 j'aime

3

La Terre du Milieu : L'Ombre du Mordor
Thalack
7

L'Ombre du Mordor : quand Batman rencontre Assassin's Creed

Il fait gris, l'automne est là. Pour finir de sombrer dans la dépression, vous lancez L'Ombre du Mordre. Du gris, du maronnasse dégueulasse. De la boue, des larmes et du sang. A travers les Terres...

Lire la critique

il y a 7 ans

19 j'aime

The Haunting of Hill House
VulcaseArkolax
6

Dénouement fatal

Après 9 épisodes mesurés, lents, parfois énigmatiques, perfusés de techniques éprouvées issues du Manuel Cinématographique de la Maison Hantée, c'est la catastrophe. Pendant 9 épisodes, j'ai...

Lire la critique

il y a 3 ans

39 j'aime

2

Messiah
VulcaseArkolax
8
Messiah

Arnaque, bible et rhétorique

Une histoire très ambitieuse sur la manipulation, la foi, l'opportunisme, la détresse personnelle et le déni. On est entre le hold up spirituel, le thriller géopolitique, la révolution sectaire et...

Lire la critique

il y a 2 ans

29 j'aime

4

Le Livre de Boba Fett
VulcaseArkolax
3

Bobf...

Plonger dans les bas-fonds de Star Wars, on le sentait venir avec certaines scènes de Rogue One et on l'a approché avec The Mandalorian. Un spin off de spin off sur LE chasseur de primes...

Lire la critique

il y a 5 mois

24 j'aime

6