Ce site utilise des cookies, afin de vous permettre de naviguer en restant connecté à votre compte, de recueillir des statistiques de fréquentation et de navigation sur le site, et de vous proposer des publicités ciblées et limitées. Vous pouvez accepter leur dépôt en changeant de page ou en cliquant sur le bouton “Oui J’accepte”.
Oui J'accepte

Avis sur

Paper Mario : La Porte Millénaire sur GameCube

Avatar ElderLink
Test publié par le
Version GameCube

Après 2 premiers paris réussis dans le monde des RPG, Intelligent Systems remet le couvert en proposant une suite au Paper Mario de la Nintendo 64, sous-titré "La Porte Millénaire" et qui ait un jeu qui me fascina depuis que j'étais enfant.

Je n'ai jamais réellement joué au premier épisode car je ne possédais pas de Nintendo 64, mais cela ne m'a pas empêché de me jeter tête la première dans cet opus Gamecube qui me donnait envie depuis ma déception par rapport à l'une de ses suites sur 3DS.

Le jeu commence par Peach envoyant une lettre à Mario, lui demandant de la suivre sur une île étrange afin de trouver son Trésor légendaire, protégé par la Porte Millénaire. C'est donc ainsi que nous commençons dans Port-Lacannaïe, ville où tous les mécréants du monde se retrouve, qui n'est pas si loin du Royaume Champignon. Arrivé à bon port, Mario tombe sur Goomélie, une jeune Goomba agressé par un groupe assez énigmatique mais néanmoins violent, et la défend, ce qui lui vaut son amitié. Une fois extirpé de cette situation, Mario apprend que Peach à disparu et rencontre le professeur de Goomélie, qui lui donne la route à suivre afin de permettre à sa carte magique de trouver les Gemmes Etoiles, pierres qui permettent d'ouvrir la Porte Millénaire. C'est ainsi que Mario part à la recherche des Gemmes Etoiles et de Peach et que commence véritablement notre aventure.

Un scénario assez classique en somme, mais qui n'en reste pas moins efficace avec certains de ses rebondissement loufoques, notamment grâce à la présence d'un univers vivant et grouillant de personnages hauts en couleurs. On retrouve d'ailleurs dans cette univers des personnages qui, en temps normal, sont des ennemis de Mario, et peuvent même devenir ses partenaires, ce qui ajoute une certaine profondeur à ces êtres qui était, à la base, juste assez bon pour être écrasé et gagner des points. Par exemple, nous avons Koopek, Koopa très maladroit et peu sûr de lui, mais qui part à l'aventure pour retrouver son père disparu, et aussi pour se prouver qu'il peut devenir quelqu'un de mature et responsable aux yeux de sa petite amie, ou encore Vivianne, petit fantôme faisant partie du Trio Obscur composé de lui et ses deux sœurs. Le problème est que Vivianne aimerait être une fille, mais ne peut pas car, à chaque bêtise, ses sœurs lui rappelle sa véritable identité afin de le blesser et de le manipuler. Iel rejoint donc Mario afin de pouvoir non seulement sortir du joug du trio, mais aussi assumer qui est il réellement. Ses personnages, couplé à un univers plus développé qu'avant, et une écriture aux petits oignons, font qu'on rentre directement dedans, et donne à Mario quelque chose qu'il n'a jamais réellement eu avant (et n'a jamais eu besoin, par ailleurs), de l'immersion. D'autant que les fameux partenaires ne sont pas là juste pour faire joli, et font parti de l'arsenal de Mario pour sa traversé du monde.

Mais là où Paper Mario LPM brille réellement, c'est par son gameplay. Dans l'overworld, Mario se contrôle comme dans un Mario 2D, avec une certaine profondeur en plus, et ajoute par dessus des éléments typique de RPG. Il peut sauter, utiliser son marteau, se transformer en avion, en bateau, s’aplatir, faire des sauts ressorts, etc, ce qui donne à l'exploration du jeu une sensation plus proche d'un véritable Mario que d'un jeu de rôle. Une fois en combat, le jeu prend toute sa saveur et deviens véritablement excellent. Les combats de Paper Mario sont simples : on attaque au tour par tour, on peut faire des attaques normales, des attaques spéciales, des objets, etc, auquel se rajoute par dessus les clichés typique Mario (sauter pour faire mal aux ennemis) et des éléments de jeu de rythme, et, cerise sur le gâteau, il n'y a (quasi) aucune gestion de stats. Quand Mario ou un de ses partenaires attaque, Quand Mario est en défense, on peut appuyer sur A/B pour que Mario se protège/contre-attaque, avec un timing ultra précis, surtout en contre attaque. Même si ce système permet d'être plus accessible à tous (en effet, pourquoi irait on se faire chier à gérer ses stats alors qu'une simple maîtrise bête et méchante des mécaniques permet d'avoir d'aussi bon résultats ?). cela reste à double tranchant (se protéger et perdre moins ou contre-attaquer mais peut être prendre tout autant ?) et donc ajoute une profondeur au jeu pour ceux qui la cherchent. Les mouvements de Mario en combat peuvent d'ailleurs complémenter en équipant des badges, qui ajoutent des capacités comme un saut qui endort les gens, ou un marteau lançant une flamme sur tout le côté ennemi, ce qui permet de personnaliser totalement Mario, et de le faire correspondre à nos envies.

Grâce à tout ça, au déroulement de son histoire, de son challenge toujours graduelle et de son originalité autant sur el gameplay qu'en esthétique, Paper Mario se classe parmi l'un des meilleurs jeux de la Gamecube, et l'un des meilleurs jeux Mario, tout simplement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 12 fois
Aucun vote pour le moment

ElderLink a ajouté ce jeu vidéo à 1 liste Paper Mario : La Porte Millénaire

Autres actions de ElderLink Paper Mario : La Porte Millénaire