👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Non vous ne rêvez pas, le contenu de cette critique n'est absolument pas une blague mais une interrogation sérieuse qui ne peut pas être balayée d'un revers de main tellement Stronghold 2 l'emporte dans beaucoup de domaines.

Grand amateur de jeux médiévaux, surtout quand ils sont réalistes, je n'ai pas pu résister l'autre jour à acheter (pas curiosité vis à vis de Stronghold 2) la Stronghold Collection (regroupant Stronghold, Stronghold Crusader, Stronghold Crusader Extremes, Stronghold 2, Stronghold Legends) pour 7 euros 50, et ma première réaction a été : WoW, mais le jeu est pas du tout décevant en fait.

Alors pourquoi le jeu a été descendu ?

Apparemment ce qui ressort des tests avant toute chose, c'est le fait que le jeu était rongé par les bugs et ralentissements. Qu'en est-il aujourd'hui ? Le jeu ne souffre d'aucun ralentissement et d'aucun bug notable (peut-être éventuellement que les ennemis préfèrent détruire les murs au lieu d'entrer quand les corps de garde quand ces derniers sont ouverts, mais en gros osef, la fermeture était automatique dans le premier. C'est un défaut, mais très très mineur)
Encore une preuve que pour ne pas tuer sa licence commercialement, il faut à tout prix éviter de sortir un jeu dans un état désastreux (à part quand on est déjà une licence bien installée genre GTA).

Un autre défaut décrié par certains sites mais devenu inexistant (voire n'ayant jamais existé) est la maniabilité de la caméra. Apparemment il aurait été difficile à la sortie du jeu de trouver le bon angle pour que le jeu soit lisible. Je ne vais pas me livrer à une investigation pour savoir si ces sites racontaient de la merde ou si un patch a réglé ça entre temps, ce qui compte c'est que le défaut n'existe pas. D'ailleurs sur ce point ce deuxième opus est supérieur aux opus 3D iso. En effet, si l'ancien rendu était souvent peu pratique pour voir quels endroits étaient déjà bâtis (pans de mur cachés, de la même couleur que les autres édifices en pierre avec la coupe, etc...) , ici la caméra est totalement libre et permet de voir ce que l'on veut.

Des défauts cependant (par rapport au 1) sont à noter, cela sera intégré dans la suite.
Passons maintenant à la comparaison des deux générations de Stronghold.

- Niveau gameplay, dans la continuité de Stronghold mais en plus riche et évolué.

Quand on commence une partie dans Stronghold 2 après avoir joué au 1, difficile de ne pas se sentir chez soi tellement le jeu reprend les mécanismes du premier et ce, même malgré le changement 3Diso-->3D.

Toujours le même rituel : on place son donjon, sa réserve, son grenier, et c'est parti, les paysans arrivent devant le feu de camp. Le principe de la chaîne de production et de l'automatisation du travail par recrutement dans la population des oisifs est toujours d'actualités, pas de surprises.
Au niveau contenu par contre, le joueur venant du premier opus verra tout de suite l'ajout de bâtiments.
Métier de tisserand, Berger, Chai, Cirier et quelques autres forment uné chantillon des nouveaux bâtiments de production dont les bâtiments du premier font tous encore partie.
Si certaines décorations de la ville ont disparu, on y gagne des bâtiments bien plus intéressants comme la Foire, la lice de Joute, et autres divertissements qui permettent à la ville de gagner des points de Renommée (dont je détaillerais l'utilité plus bas) ainsi que de la Popularité qui est désormais une denrée plus difficile à gagner que dans la premier (on verra ça plus loin également).
Au niveau de l'architecture du château, un nouveau panel de tours fait son apparition (bastions, tours à renforts). De plus, les murs épais seront plus faciles à réaliser puique vous pouvez désormais mettre directement des murs triples avec créneaux intégrés. Les murs plus épais sont encor possible, par exemple si vous voulez une épaisseur de 5, vous mettez une rangée de 3 et une rangée de 2 qui se greffera automatiquement à l'autre. Très pratique, même si du même coup il est devenu impossible de faire un mur sans créneaux, et que dès que le mur est au moins double, des créaneaux des deux côtés apparaissent. Le tout demeure tout de même globalement plus pratique. Idem pour les murs en bois, il y a une place derrière pour les soldats.
De nouveaux pièges pour les ennemis font leur apparition : rondins de bois que l'on peut lâcher du haut d'un mur, paniers de pierre, tunnels de sape, fosse piégée, entre autres. Encore des objets qui viennent booster le contenu déjà assez fourni de Stronghold sur ce point.
En plus du marché et des Eglises, de nouveaux bâtiments publics font leur apparition, souvent associés à de nouveaux mécanismes d'ailleurs. Chancellerie (pour la colelcte d'impôt, ne se fait plus sur le donjon désormais), prison, poste de garde (la "police" en gros), la fauconnerie (pour l'élimination des nuisibles), les appartements de la Dame du château (renomée, fête), et d'autres dont les mécanismes seront présentés.

Bref, vous l'aurez compris, au niveau des bâtiments, beaucoup de nouveautés, dont je le signale de nouvelles structures pour les tyrans (même si la peur semble avoir disparu du jeu en tant que paramètre).

Au niveau des nouveaux mécanismes, c'est là que le néophyte sur ce deuxième opus peut être dérouté par rapport au premier. En effet, si dans ce dernier le mode libre (par exemple) n'était qu'une partie de plaisir, ici si l'on se jette la tête la première dans du gros oeuvre, cela peut vite merder : le mode libre n'a plus qu'une visée contemplative.
En effet la popularité et la stabilité sont désormais plus difficiles à conserver du fait de nouveaux mécanismes.
Un de ces mécanismes est la criminalité : sans poste de surveillance, sans prison, des brigands commenceront vite à infester votre ville, attaquant les paysans, pillant votre grenier, bref, pouvant très rapidement foutre le boxon dans votre ville, voir vous mettre à genou à terre définitivement. Il convient ainsi de construire les structures citées au dessus, ainsi qu'un bourreau pour vider vos prisons.
Deux autres facteurs se recoupent en un mot : la Propreté. Pour la conserver, il vous faudra construire d'un part des fosses à fange (dans laquelle travaille un paysan, c'est al décharge en gros) pour nettoyer les rejets des activités agricoles, mais également une fauconnerie pour se débarrasser des rats du château. Ces deux facteurs influent fortement sur votre popularité qui peut devenir négative, mais peut aussi vite avoir des effets pervers qu'il faudra traiter.
Une autre chose est la renommée. la renommée s'obtient en se mariant, en organisant des tournois de chevalerie, en organisant des banquets, en proposant de la nourriture variée à vos serfs, en organisant des bals, des offices à l'Eglise, etc... Cette renommée permet dans certains modes de jeu d'acquérir des domaines qui vous enverront en tribut le surplus de leur production. Dans certains modes de jeux encore, ils vous permettent de monter dans la hiérarchie seigneuriale, débloquant ainsi des unités et bâtiments. Dans tous les modes de jeu, elle permet de former l'unité la plus puissante du jeu : le chevalier, de l'adouber. En bref, la renommée est l'honneur aristocratique qui permet d'obtenir des avantages.
Qu'a-t-on perdu dans l'opération ? J'ai peut-être oublié quelque chose, mais la seule chose que je vois est le facteur de peur qui n'existe plus (remember :méchant seigneur ==> plus de travail, soldats moins forts, gentil seigneur==> moins de travail, soldats plus forts). C'est dommage, je ne vois pas ce qui entrerait en contradiction ave cle fait de garder ce mécanisme, mais sincèrement au vue de tout ce que l'on a gagné, c'est vraiment négligeable.

Au niveau unités, on retrouve celles du 1 avec en plus le paysan qui ne coûte que de l'or (aucun équipement à produire quoi) ainsi que des mercenaires type Crusader mais bien entendu dans un contexte occidental (et non oriental). Les nouvelles unités mercenaires sont même plus précisément typées du contexte du haut moyen-âge avec ses pictes et ses vikings.

- Un nouveau mode de jeu

Une autre chose notable et très positive dans ce Stronghold 2 est l'apparition d"un nouveau mode de jeu vraiment très intéressant que je ne vais pas surdétailler mais présenter de manière succincte.

Au niveau de la gestion, rien de nouveau mais rien de perdu : une campagne de gestion (toujours moins bien traitée au niveau scénaristique que la campagne militaire, mais y'a un mieux quand même) et un mode libre.

Au niveau militaire par contre, un nouveau mode qui utilisen d'ailleurs la renommée comme instrument de renouveau.
Ce mode est le le mode "Promotion". Le but du jeu est de devenir Roi en commençant d'un niveau compris entre homme libre (le plus bas, tout est à faire) à duc (c'est déjà mieux). Vous ajoutez des autres joueurs (en online) ou des bots (offline), et grosse modo le choix de départ constituera la difficulté. (pas la même quantité d'or, de matériaux, et pas les mêmes bâtiments dispo au début). Une fois ce choix fait, vous êts propulsé sur une carte (parmi lesquelles : Allemagne, Grande Bretagne, Europe, Australie, Egypte, etc...) sur laquelle vous possédez un domaine que vous devrez protéger. Si la carte n'est aps remplir, des régiosn seront neutres et pourront être achetées. Les stratégies sont ainsi multiples : extension ? tentative de boost du renom par l'organisation de fêtes etc... ? Le but final est d'acquérir le titre de Roi, à vous de vous débrouiller pour. Vraiment un mode génial bien que les cartes soient petites, du coup sur la carte Europe c'est pas hyper réaliste (genre avec quelques bâtiments vous recouvrez la France, mais ce qui compte c'est le principe. Un peu le mode online du premier en version améliorée.

Pour les autres modes, on retrouve un mode Siège, un mode missions comme dans Crusader (qui faisait office de campagne dans ce dernier d'ailleurs) et enfin un mode Campagne sur lequel je suis plus partagé.

- Le mode Campagne : meilleur que le premier ?

Déjà ce qui est sûr, c'est que le mode campagne est bien meilleur que celui de Crusader qui n'avait aucune scénarisation originale (mis à part des textes de départ comme dans le mode missions du 1 et du 2), si l'on occulte le fait bien sûr que l'on n'a pas ici une expérience orientale.

Par contre, par rapport au premier, mon avis demeure partagé.

Les points sur lesquels le 2 triomphe touchent finalement plus à ce dont on a déjà parlé : les innovations de gameplay qui rendent la campagne plus variée qu'une simple résistance aux assauts, à des duels directs de châteaux (maintenant :acquisition de domaines, "quêtes" : par ex aider un monastère en tuant des loups devant chez eux, en échange ils nous aident avec des unités, et autres) De plus, le tout semble avoir un peu gagné en mise en scène, les personnages particuliers du jeu sont modélisés dans les cinématiques, s'enfuient, combattent, montent à cheval (oui, le seigneur peut monter à cheval), partent en barque. Bref, les protagonistes ne sont plus seulement des visages gif dans des carrés qui bougent. Dommage cependant qu'ingame on ne puisse pas en profiter, ils n'apparaissent que dans les cinématiques avec le moteur du jeu. Il y davantage de cinématiques par ailleurs.
Maintenant il est quand même notable que le premier possédait des personnages plus attachants et une présentation générale plus authentique, intimiste avec son fond statique "coin du feu", ses doublages rigolos ("non non non...", le Rat, le Proc, cultes) , et son déroulement scénaristique global. Le jeu perd un peu de ce petit côté maladroit, un peu "bouseux". Il y a peut-être un poil plus d'intrigue, mais les remplaçants du Loup et compagnie sont assez vite oubliables. Pourtant le jeu fait des efforts : phrasé typé médiéval (on reste dans un JV par contre hein), petit Conte raconté dans le pur style fabliau médiéval par un barde (très bon point !), et pourtant...

Au final je préfère donc la campagne du premier pour ses personnages, son atmosphère, même si la campagne du 2 est loin d'être indigente et se veut même plus variée.

- Et la réalisation ?

Voilà encore un point que j'accorde au premier Stronghold. Avec le passage à la 3D, le jeu perd du détail et son grain médiéval au profit d'un rendu plus luisant. les textures sont d'ailleurs assez pauvres. Cependant la 3D est appréciable pour le gameplay, donc même si la 3D iso était plus jolie que cette 3D low-cost, ça s'équilibre. Je tiens à noter que même si la 3D est pauvre, le travail de fond est là, l'intérieur des bâtiments est toujours bien détaillé avec les ateliers modélisés, les objets. C'est juste une question de budget et d'époque je pense.
Niveau son, égalité sur les thèmes utilisés (les sons sont les mêmes avec quelques morceaux en plus je pense)..
Niveau doublage, le tout est encore assez amusant mais on y perd du coup ce qui faisait un peu le charme du doublage parfois loufoque du premier (archers marseillais, massiers attardés, enfants qui avaient la voix d'adulte, les deux conseillers des debriefings, les Loup, Rat and co). On y gagne un peu en vocabulaire médiéval, et le ton semble un peu plus juste, mais personnellement ça me manque un peu. Ce n'est pas un défaut, c'est juste une question d'appréciation personnelle, mais c'est notable.

- Alors au final ?

Vous l'aurez compris, Stronghold 2 s'impose au niveau du gameplay comme une très grosse évolution du premier dont il reprend pratiquement tout le contenu (mais vraiment pratiquement tout) du premier en l'enrichissant. Il amène également de nouveaux mécanismes qui augmentent la profondeur de jeu en terme de gestion, et renforce encore davantage l'expérience simulation de Château. Bref, si vous recherchez un jeu de gestion/simulation de château médiéval réaliste, Stronghold 2 en est le représentant ultime et cela ne laisse présager que du bon pour le 3 !
Pour autant le premier ainsi que Crusader ne sont pas à négliger. Stronghold pour sa campagne culte et son petit charme rustique, Stronghold Crusader pour le depaysement.

Quoi qu'il en soit, je tenais à réhabiliter ce jeu qui malheureusement est visiblement sorti dans un état pitoyable au départ. Il n'en reste pas moins que c'est une évolution notable du concept qui ne trahit pas ses origines (et les conserve quasi-totalement) en terme de gameplay.
Foulcher
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les jeux pour fans du moyen-âge, Jeux de stratégie favoris et J'aime la gestion

il y a 11 ans

5 j'aime

2 commentaires

Stronghold 2
polykaa
4
Stronghold 2

Château de paille.

La force de Stronghold réside dans le fait que c'est la seule série où l'on peut construire son petit château. Ce second opus montre de vrais efforts d'évolutions par rapport au premier épisode.....

Lire la critique

il y a 9 ans

1 j'aime

Stronghold 2
Mister_Qwee
6
Stronghold 2

Amateurs de Châteaux forts préparaient vos pelles et vos râteaux

Stronghold 2 est un peu le bâtard attardé d'une série de jeu qui semble illustrer à merveille le concept de "c'était mieux avant". Si je suis d'accord que Stronghold Legend est une purge, que...

Lire la critique

il y a 6 ans

Banished
Foulcher
8
Banished

La renaissance de la gestion ?

Le problème quand on critique un jeu de gestion c'est de réussir à prendre en compte le prix du jeu tout en en évaluant l'intérêt ludique absolu qui repose grandement sur le contenu en sus des...

Lire la critique

il y a 8 ans

30 j'aime

6

L'Empereur de Paris
Foulcher
5

Un parfum de téléfilm TF1 sans ambition

Le titre pourrait paraître contradictoire étant donné que je suis un fan absolu des Misérables de Josée Dayan mais il s'agissait d'une des rares superproductions qui contredisaient la règle. Pourquoi...

Lire la critique

il y a 3 ans

19 j'aime

2

Fast & Furious: Hobbs & Shaw
Foulcher
3

Transformers : Hobbs & Shaw

Aucune critique négative sur un tel film ? Il doit y avoir une erreur, ce n'est pas possible...heureusement, la nature a horreur du vide et je suis là pour le combler. Commençons sans détour : ce...

Lire la critique

il y a 3 ans

18 j'aime

1