Culturel, prenant, mais subissant des défauts importants

Avis sur The Council sur PlayStation 4

Avatar Clabox
Test publié par le
Version PlayStation 4

J'adore les jeux à choix, même si cette technique est parfois critiquable c'est vrai. J'ai beaucoup aimé mon expérience sur The Council.

Résumons la chose : il s'agit d'un jeu à choix avec des énigmes et une composante RPG (avec notamment un arbre de compétences, qui selon nos choix permet de choisir certaines actions ou réponses).

J'appuie ma critique sur la seule partie que j'ai jouée, donc d'après mes propres choix. Si j'y pense, j'actualiserais cette critique avec une autre route sélectionnée. Voici la première fin que j'ai eue :

En gros, tous les invités font partie de la même famille de daemons, et le héros se découvre des pouvoirs. J'ai aidé Holm tout du long.

D'abord, les points forts :

  • L'histoire est bonne, même si la fin (ma fin?) part en vrille, pour être poli.
  • Cocorico, ce jeu développé par des Français contient des personnages l'étant également, soit le héros, sa mère, et Napoléon (oui, ce jeu contient Napoléon Bonaparte en 3D).
  • Les choix semblent réellement modifier les événements. Bien sûr, comme dans un Walking Dead de Telltale ou un jeu de Quantic Dream, il y a une histoire à raconter, mais les variations semblent assez présentes.
  • L'atout historique est poussé assez loin, on nous place habilement et sans nous le dire quelques jours avant la mort de Louis XVI, ce que tout passionné d'Histoire de France aura remarqué facilement. Les références culturelles sont nombreuses et en accord avec la période mentionnée.
  • Le jeu oscille au niveau des points de vue, nous offrant plusieurs visions des choses et nous permettant de choisir notre camp dans des enjeux qui semblent très contemporains. C'est très appréciable de pouvoir jouer en fonction de ses valeurs. Le sentiment de liberté est plus présent que dans d'autres productions du même genre.
  • Si certains peuvent trouver sa durée de vie assez courte, j'ai plutôt apprécié le fait qu'il ne s'étale pas cinquante ans. Sa durée de vie me semble correcte, même si le prix plein pot est peut-être exagéré à ce niveau-là.
  • Accessoirement, les trophées sont faciles à obtenir. En une partie, j'en ai eu 85%, les 15% restants ne semblent pas difficiles d'accès vu leur description. Comme pour un Life is Strange, une grande majorité de ces derniers s'acquiert en laissant l'histoire se dérouler, mais il y en a d'autres qui se débloquent selon nos choix.
  • Il y a une petite référence à OSS 117, c'est rigolo donc ça mérite d'être noté.

Si le jeu possède de nombreuses qualités, il souffre de défauts importants, voire très graves pour certains...

  • Les sous-titres sont une horreur, on y trouve des fautes grossières, la pire étant "la plus part" qu'on retrouve à plusieurs reprises, des oublis de majuscules ou au contraire des ajouts, et ce même dans la description des trophées. Les formules sont également très orales. Je rappelle que j'ai joué au jeu quelques années après sa sortie, et que de telles fautes ne sont, je pense, pas compliquées à corriger via une petite mise à jour. Rassurez-vous, même si ces fautes sont flagrantes, le texte reste très lisible.
  • Le titre, qui offre un point de vue neutre en oscillant un coup avec le conservatisme, un autre avec le progressisme, pour parler vulgairement, politise son propos définitivement en appliquant une discrète féminisation des noms de métiers (discrète car presque invisible, facile à manquer, mais j'ai l’œil! De mémoire seuls les termes "écrivain" et "auteur" ont subi cela, à une seule occasion dans tout le jeu) et telle la franchise Assassin's Creed depuis Origins, nous bassine avec un écran d'accueil évoquant la fameuse "identité de genre". Bien sûr, cet écran d'accueil ne s'affiche pas lors de la première partie, une belle surprise pour ceux qui ont acheté sur Steam et qui ne peuvent se le faire rembourser parce qu'ils ont joué plus de deux heures.
  • Ce jeu, développé par des Français, ne contient paradoxalement pas de VF. Est-ce dérangeant? Oui. Est-ce compréhensible? Absolument, car ne choisir que l'anglais permet de réduire les coûts mais permet tout de même une diffusion très large quand on a un budget limité. Cela amène cependant à des moments très cocasses, comme Napoléon qui parle anglais (!) avec un accent à couper au couteau, ou encore le personnage principal et sa mère qui ne discutent pas dans leur langue maternelle alors qu'ils sont seuls. On oubliera aussi que le français était la lingua franca de l'époque. Je sais que beaucoup critiquent fortement l'absence de cette VF, à titre personnel cela ne me dérange pas tant, c'est compréhensible même si cocasse et dommage. Ne pas jouer au jeu juste pour cela me semble exagéré.
  • Certains costumes me paraissent anachroniques. Je serais étonné de voir une robe à dos nu au XVIIIe siècle.
  • Les décors sont somptueux, les personnages sont atroces. Pauvre Napoléon!
  • J'ai du mal avec le fait de modifier la vraie Histoire en intégrant des personnages réels.
  • J'ai eu des difficultés à comprendre certaines énigmes même après avoir utilisé tous mes indices honteusement, notamment avec les statues dans le jardin (pour avoir vérifié, apparemment je ne suis pas le seul à faire cette critique-là, ouf!) ou à comprendre certaines mécaniques de l'arbre de compétence.

Mon 6 s'explique ainsi : le jeu est bon, très bon même, franchement n'hésitez pas à l'essayer. Toutefois, je regrette un peu de l'avoir acheté, et ce même en promotion. C'est Focus Home Interactive qui a édité ce jeu, j'aurais largement préféré payer A Plague Tale: Innocence (du même éditeur) le double plutôt que de leur donner de l'argent pour The Council, à cause des défauts très graves, et parfois même volontaires, qu'il contient (et non, je ne considère pas le fait de ne pas mettre de VF comme un défaut grave).
Si vous avez un PC assez puissant, n'hésitez pas à télécharger le premier épisode sur Steam, il est gratuit. Si vous aimez l'Histoire, l'art et un jeu qui dans le fond n'est pas trop politisé (contrairement à la forme), alors foncez, mais n'achetez pas le jeu plein pot. Une version d'occasion serait le meilleur compromis si cela existe.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 164 fois
1 apprécie

Autres actions de Clabox The Council