👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ce Dark souls 3 m'a inspiré une certaine crainte au moment où il a été annoncé, la crainte de voir débarquer l'épisode
de trop.
Aujourd'hui j'ai terminé le jeu, et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il confirme mes craintes.

Pour replacer le contexte, j'ai retourné dans tous les sens Demon's souls, Dark souls, Bloodborne et Dark souls 2 à plus petite mesure à leurs sorties respectives.
Je ne vais pas reprendre toute la généalogie des souls en détaillant les qualités et les défauts de chaque jeu, ça a déjà été fait de nombreuses fois.
Mais en ce qui me concerne, les souls ont été une sorte de révélation, un changement radical s'est produit lorsque j'ai découvert Demon's souls à l'époque,
tous les jeux me semblaient tellement fades à côté, ça faisait bien longtemps que je n'avais pas ressenti ça.

Pour faire d'aussi bons jeux comme ils l'ont fait par le passé, il n'y a pas de secret, il faut la passion, des idées à foison qui vont de paire avec la créativité.
Demon's souls posait les bases, et malgré un budget relativement restreint, ils ont pondu quelque chose d'unique. Dark souls sublimait le concept initial,
en saisissant la chance de pouvoir apporter tout ce qu'ils n'ont pas pu incorporer par faute de temps et d'argent dans leur tentative précédente.
L'univers, l'ambiance, la cohérence, le level design, tout était là pour que la magie opère.
On peut également dire ce que l'ont veut concernant Bloodborne, mais on peut tous s'accorder sur le fait qu'il est unique en son genre et un vent d'air frais pour ne pas
tomber dans la lassitude, c'était très intelligent d'avoir pris cette direction.
Je ne vais pas m'étaler sur Dark souls 2 sachant que je le considère comme une sorte de chantier pour les équipes annexes de From Software, comme si Miyazaki souhaitait
roder sur ce type de jeu d'autres personnes afin de renforcer dans le futur l'efficacité de ses équipes. En résulte un jeu maladroit et qui frôle parfois l'amateurisme
sur la plupart des points qui ont fait le succès de ses prédecesseurs. Tout n'est pas à jeter, mais je n'ai pas été séduit.

Avec ce Dark souls 3, nous avons le dernier (selon ce qui a été dit) épisode de cette "saga" et malheureusement From Software tombe dans les rouages habituels
de cette industrie.
Le temps accordé à la production de ce jeu a été relativement court et il est évident que c'est une commande de Bandai Namco et non une furieuse envie de Miyazaki.
Il est actuellement à la tête de From Software et ses objectifs ont changé : il pense à la rentabilité et à la pérennité de sa boîte, ce qui est tout à fait normal.

DS3 a l'ambition de plaire au plus grand nombre, au risque de perdre l'essence même de leurs jeux.

Commençons tout d'abord par aborder les points qui m'ont relativement convaincus.

Le gameplay a pour base celui que l'on avait dans Demon's souls, plus vif et nerveux que celui de Dark souls, les commandes répondent bien, les mouvements du personnage
s'enchaînent de façon moins fluides que ceux de Dark souls 2, mais on y gagne en réactivité. Les weapon arts et les attaques chargées héritées de Bloodborne,
sans être indispensables à la progression dans le jeu, sont plutôt bienvenues.
Bref c'est certainement ce qu'on a eu de plus abouti jusqu'à présent.

Certaines zones prisent indépendamment sont plutôt bonnes en terme de cheminement, notamment le grand mur et le château de Lothric.

En ce qui concerne l'OST, ça accompagne bien les combats de boss, c'est clairement pas quelque chose que je vais écouter en dehors du cadre du jeu,
mais c'est équivalent à ce qu'ils ont toujours proposé.

Le doublage des PNJ, très bon comme toujours, même si les rires psychotiques après chaque monologue deviennent redondants.

C'est ... à peu près tout ce que j'ai retenu d'intéressant.

Venons-en aux points qui fâchent.

Les références, clins d’œil, fan-service, appelez ça comme vous voulez, omniprésents du début à la fin, balancés sans la moindre subtilité à la tête du joueur,
Vous vous souvenez du nexus de demon's souls ? Très bien, en voilà un autre, extrêmement proche dans son architecture, mais tellement pauvre visuellement, avec la même mécanique des PNJ qui viennent
y trouver refuge au fur et à mesure que vous les rencontrez dans l'aventure.

On retrouve évidemment des pnj connus des anciens jeux, avec une apparence ou un nom un poil modifié, pour nous dire "regardez, c'est les mêmes sans être les mêmes".
Des zones entières sont là pour nous remettre un thème, un lieu ou une ambiance des anciens jeux, sans aucune nouvelle inspiration et radicalement inférieures aux originales sous tous les plans.

Si je ne savais pas que c'était Dark souls 3, je me serais cru dans Bloodborne aux camp des morts vivants et dans les grandes archives.
La palme revient aux catacombes et toute la zone suivante qui n'est ni plus ni moins un donjon calice généré aléatoirement de Bloodborne.
Ou encore le donjon d'Irithyll qui se veut être la nouvelle tour de Latria, à défaut d'y mettre une ambiance pesante, ils ont misé sur des screamers faciles et des copies éhontées des fameux poulpes de Latria.
Anor Londo fait son retour, du moins un morceau, découpé et placé à un endroit improbable, uniquement pour forcer la nostalgie, les archers sont 3 fois plus nombreux au cas où on aurait pas vu la référence.
Ils n'ont pas oublié non plus de nous mettre un arbre des géants de Dark souls 2 comme un cheveu sur la soupe.

"Tiens les mimics dans les coffres, ça marchait bien non ? Ok on va en mettre partout, ça va être encore plus mieux !"
Ils ont oublié que ça fonctionnait justement parce que le joueur n'en croisait pas à tous les coins de couloirs et qu'il se faisait surprendre.

Les armes et les armures sont à 85% reprises des anciens donc pas de surprise, et le peu de nouveautés, surtout les armures, sont très moyennes.


On peut continuer encore longtemps comme ça, la liste est longue, mais ça suffira pour illustrer.

Le level design est pour moi une régression par rapport au premier Dark souls, déjà de par sa linéarité, à la Dark souls 2, certes, bien plus cohérent, on ne passe plus d'un moulin empoisonné à un niveau de lave,
mais nous avons que très peu, voir pas du tout de choix d'embranchements.
Contrairement à Dark souls où les zones s'imbriquent parfaitement entre elles, on a ici le sentiment d'avoir affaire à des niveaux collés les uns à la suite des autres sur une autoroute.
Les feux de camps en sur-abondance n'aident pas à l'immersion, on en croise parfois 2 ou 3 d'affilé n'ayant pour seule justification de pouvoir marquer un checkpoint dans le menu de téléportation.

D’ailleurs la première fois que je suis arrivé au nexus, j'ai cherché pendant 15 minutes un passage pour aller à la première véritable zone du jeu en vain, en fait il fallait se téléporter au feu de camp, sans cinématique,
sans la moindre logique.

Visuellement c'est terne, jaunâtre, selon moi techniquement inférieur à Bloodborne et surtout impersonnel.

Concernant les boss,

rien de marquant pour ma part, 2 ou 3 qui sortent du lot comme la danseuse de la vallée boréal et le nameless king.


Il va sans dire que le lore lié au jeu est uniquement un prétexte pour justifier ce fourre-tout qu'est Dark souls 3, je ne parle même pas des quêtes des PNJ, qui n'ont jamais été le point fort de ces jeux.
Les différentes fins sont une vaste blague, on peut tout juste les qualifier de reboot, elles n'apportent rien. et ne sont pas plus conclusives que celles du 1er Dark souls.

Pour conclure, nous sommes tous différents dans notre approche et nos attentes des souls, certains ne jurent que par le gameplay et le pvp et mettent le background, l'ambiance et l'univers au second plan.
Moi c'est tout l'inverse, j'ai besoin de me sentir emporté dans un monde riche, passionnant, enivrant.
Ce Dark souls 3 n'a pas d'identité propre, il puise son contenu dans ce qui a été créé depuis 6 ans, certains parlent d'effet Star wars 7, je trouve que c'est bien résumer la tendance actuelle,
zéro prise de risques, un maximum de gains, et les réminiscences d'une gloire passée.

Pour apprécier ce jeu pleinement, je pense qu'il ne faut pas avoir fait Demon's souls et Dark souls, ou alors faire abstraction de certains aspects et occulter toute exigence quelconque.
Alors évidemment certains diront, oui mais comparé à ce qui se fait dans l'industrie du jeu vidéo à côté, c'est le haut du panier.
Je suis d'accord, mais c'est pas une raison pour tirer vers le bas les rares petites perles que l'on nous propose.

J'espère seulement qu'ils vont repartir sur des bases nouvelles et proposer autre chose.

Nuageo
5
Écrit par

il y a 6 ans

31 j'aime

20 commentaires

Dark Souls III
Hannibal
10

La fin grandiose d'une saga mythique

Bon, j'avais commencé à rédiger un pavé en racontant ma découverte de la saga Dark Souls, son impact sur l'histoire du jeu vidéo, et mon amour pour elle, mais c'était long et chiant à lire. Donc à la...

Lire la critique

il y a 6 ans

41 j'aime

8

Dark Souls III
Blynch
10

Tentative d'explication (rapide) du scénario de Dark Souls 3

Cette critique n'est pas une critique. Le scénario des Souls est probablement une des choses les plus compliquées existantes dans l'univers vidéoludique. C'est tout un jeu qui se joue dans le jeu...

Lire la critique

il y a 4 ans

38 j'aime

6

Dark Souls III
Nuageo
5

[SPOIL] Le souls de trop

Ce Dark souls 3 m'a inspiré une certaine crainte au moment où il a été annoncé, la crainte de voir débarquer l'épisode de trop. Aujourd'hui j'ai terminé le jeu, et le moins qu'on puisse dire, c'est...

Lire la critique

il y a 6 ans

31 j'aime

20