👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Il est la, le Kingdom Hearts nouveau. Contrairement au beaujolais nouveau qui nous arrive chaque année, le 3éme opus canonique de la saga de Tetsuya Nomura aura pris son temps. Le 2éme opus datant de 2006. Mais n'allez pas croire que Square Enix s'est tourné les pouces depuis ces 13 années. Une palanquée de spin of de la saga a vu le jour. Chacun avec un titre à coucher dehors dont on se gausse des que l'on évoque Kingdom Hearts. Alors quand quelqu'un vous dit qu'il a attendu 13 ans la suite du 2, rappelez lui qu'il y a eu 6 jeux entre ces 2 épisodes et que l'on a pas la même définition de "l'attente".

Chain of Memories, Birth By Sleep, 358/2 days, Dream Drop Distance... C'est un sacré foutoir il faut bien le reconnaitre. Avant, le fan de Kingdom Hearts devait se taper la plupart des titres sur une console différentes. Etre fan de KH, ça coutai cher.
Mais voila Square Enix dans sa grande (exploitation financière outrancière) bonté a réunis tout cela sur des compilations telle que la 1.5, la 2.5, la 1.5 + 2.5, la 2.8.... Tout les épisodes sont réunis afin d'essayer de comprendre en quoi ce 3éme opus est la conclusion d'une saga démarrée en 2002.

Ps : Le tableau blanc de profiler et les ficelles pour relier tout ça ne sont pas fournis sachez le.

UN, DEUX, TROIS, MICKEY, DONALD, ET MOI

Un encart un peu particulier je vous l'accorde mais qui me parait nécessaire.
Si vous lisez cette critique c'est peut être parce que vous ne connaissez pas Kingdom Hearts et que la reproduction fidèle des films Disney vous à suscité intérêt et curiosité.
Ou alors peut être n'avez vous fait qu'un ou deux jeux de la série et que vous souhaitez vous y remettre avec celui-ci.
A moins que vous ne soyez un fan hardcore venu voir pourquoi j'ai mis cette note que vous jugez si injuste et trouver dans mon argumentaire la faille qui vous fera vous dire "Ouais c'est juste que t'as rien compris".
Il était une fois mon expérience avec la série Kingdom Hearts...

J'ai découvert Kingdom Hearts à la sortie du 1 en 2002. J'ai passé mes vacances de fin d'année à écumer le jeu dans tout les sens et si je me permet ce moment 3615 ma life, c'est parce que c'est sur la base de ce doux souvenir que j'ai continué cette série. J'ai ensuite fait le 2 (très bien), le Birth By Sleep (très bien), puis récemment le Chain Of Memories (pas très bien). Voila concernant les épisodes que j'ai fait de mes mains.

J'ai ensuite été voir des résumés, écouté des Podcasts et lu pas mal de papiers pour combler les trous manquants avant de me lancer dans la conclusion de l'arc Xehanort. Bref, j'ai fait mes devoirs. Je pense même pouvoir dire sans prétentions que j'ai fournis plus d'efforts que bien des joueurs ne daigneront en faire pour être à jour. Ce qui constitue déjà à mon sens une problématique.

Car initialement, le fait de faire un jeu cross over avec Disney est avant tout une décision visant à attirer le grand public et assurer un succès commercial au titre (mission accompli). Cependant maintenant c'est une œuvre presque sectaire, qui s'adresse aux initiés qui connaissent chaque jeu sur le bout des doigts. Et ce n'est pas les semblants de résumés cryptiques inclus dans le jeu qui changeront cela.

Le fait d'utiliser des mondes Disney pour mettre au fil du temps un scénario complètement métaphysique tout en arborant un PEGI12 sur les boites est également "problématique". Qu'on s'entende bien, je revendique et clame haut et fort que Disney ne rime pas forcément avec enfant. Mais pour le grand public c'est le cas malheureusement. Ce qui donne un produit qui a le cul entre deux chaises en terme de ciblage marketing. Il faut le savoir car si vous souhaitez commencer avec cet opus : C'est NON. (Commencez avec la compile 1.5 + 2.5)

Me voila donc fin prêt pour cette épisode. I was prêt in the ventre of ma mère comme dirait l'autre.

KINGDOM HEARTS HD PIXAR EDITION

Parlons tout d'abord de l'aspect technique de ce Kingdome Hearts III. J'ai été assez bluffé par le style graphique adopté car je le trouve plutôt unique en terme de rendu durant ses phases de dialogues. Nomura avait exigé pour réaliser ce 3éme opus d'avoir le droit d'exploiter les mondes du studio Pixar. Et cela se ressent avec l'aspect des personnages que l'on croirait tout droit sorti d'un film d'animation. Qu'il est loin le Sora au regard vide des précédents opus.

Mais pourtant, à certains moments la mise en scène parait vieillotte dans la fluidité des dialogues. Il est assez frustrant de voir certaines scènes mythiques des films d'animations reproduites si fidèlement, quand à d'autres moments des personnages doivent se tourner à 90° sur eux mêmes afin de changer d'interlocuteur et enfin continuer leur discussion. Pas de quoi s'alarmer car ces quelques couacs de mise en scènes ne sont pas pléthores mais cela parait étrange, inégal.

Durant les phases de jeu, tout tourne de façon net sans ralentissements ou presque. Véritable prouesse au vu du déchainement d'effets durant les combats. (J'ai fait le jeu sur PS4 Pro).
Les décors accusent néanmoins une certaine simplicité à certains moments alors que d'autres sont vraiment soignés. Le monde de Raiponce est tres réussis la ou celui de la reine des neiges est plutôt spartiate. On peut également voir ici un rocher anguleux, la une texture pauvre renvoyant quelques années en arrière etc. Une fois encore rien de choquant mais c'est ce coté inégal de certains aspects qui laisse dubitatif. Le bilan reste néanmoins positif.

On en retiendra surtout cette direction artistique majoritairement très bien pensé et ces mondes à la taille démultiplié en comparaison des ancien opus. C'est bien simple, il sont globalement 4 à 5 fois plus grand qu'à l'accoutumée et véritablement plaisant à parcourir. Toybox, le monde de Toy Story est probablement la plus belle illustration de cela en plus d'être une lettre d'amour au film de Pixar.

Mais sachez qu'en dépit de cet agrandissement indéniable des aires de jeu, on reste dans une forme de cloisonnement propre à la série avec des cartes aux formes bien géométriques. C'est habilement déguisée afin de ne pas le faire sentir mais les murs invisibles sauront vous freiner dans votre soif d'exploration. Certains vous donneront des sensations grisantes à les parcourir (Toy Story, Raiponce, Pirate des Caraïbes...) alors que d'autres ont un coté couloir bien plus prononcé (La doublette Monstre et Cie / Reine des Neiges est clairement le ventre mou du jeu). Tous se traversent sans déplaisir, mais il n'y aura pas de place pour tout le monde dans la boite à souvenirs.

KINGDOM HEARTS : BIRTH BY FIGHT

Le système de combat est la synthèse de ce que la saga a proposé depuis ses débuts. Si Birth By Sleep était considéré comme le meilleur à ce niveau, le 3éme opus mixe toutes les bonnes idées vu jusque la en y ajoutant quelques +. Néanmoins il n'est pas irréprochable.

On se retrouve face à un système action RPG ou l'on contrôle notre brave Sora armé de sa Keyblade et des classico classiques sortilèges d'usages. Si vous utilisez beaucoup d'attaques physiques, vous pourrez déclencher la transformation spéciale de la Keyblade dont vous êtes armé. Si vous utilisez beaucoup le même sortilèges, c'est sa version supérieur qui pourra être déclenché. Ajoutons à cela des attaques spéciales à base d'attractions de Disney, d'attaques combinées avec vos partenaires, d'invocations ou d'attaque à distances...
Bref vous avez largement de quoi vous défendre. Trop même...
Le tout est jouissif, ça pète de partout et on se sent rapidement surpuissant. On est dans la gratification visuelle permanente avec tout ces effets qui apparaissent à l'écran et c'est ce qui me dérange. Le jeu est trop outrancier dans sa gratification visuel. Comme si on nous caressai la tête constamment en nous disant "c'est bien tu a appuyé sur triangle, regarde ça fait de la lumière et tu as gagné".

D'ailleurs faire le jeu en mode Expert est plus que recommandé pour ne pas avoir l'impression d'être invincible... J'ai recommencé le jeu en Expert au bout de 2h tant la simplicité du mode normal était néfaste sur le plaisir de jeu. En expert le jeu est parfaitement équilibré et loin d'être insurmontable.

KINGDOM HEARTS 358,2 ACTIVITIES

Le jeu regorge de systèmes plus ou moins utiles. Les équipes ont bossés tout un tas de mini jeux qui pourront soit vous aider, soit vous divertir.

On retrouve les tristement célèbres phases gummi qui se sont vus améliorés. Ainsi vous déplacez dorénavant le vaisseau dans l'espace (n'attendez pas une galaxie entière à explorer) à la recherche du prochain monde, de coffres, ou de mini phases de combats invitant au scoring.

Afin de vous aider en cas de coup dur, Ratatouille pourra vous concocter des plats boostant vos statistiques si vous lui rapportez les bons ingrédients. S'ensuit un mini jeu de quelques secondes nécessitant des manipulations à faire en rythme.

Sora aura également la tache de trouver des "emblèmes fétiches" . Ce sont des têtes de Mickey qui sont cachés dans les décors du jeu et qui devront être photographiés. Ce sont eux qui détermineront le déblocage de la fin secrète (le nombre requis varie selon le mode de difficulté).

Il y a également des mini jeux cachés à trouver dans les différents mondes. Ayant l'aspect des jeux Game and Watch de Nintendo ils constituent un petit plus non négligeable, certains étant plutôt drôles.

Enfin d'autres mini jeux sont de la parties durant l'aventure tel qu'un jeu de danse avec Raiponce, du Snowboard dans la Reine des Neiges (coucou FF VII), du parcours chronométré dans Les Nouveaux Héros etc...

KINGDOM HEARTS : CHAIN OF ALZHEIMER (C'est qui lui déjà?)

Parlons du scénario de Kingdom Hearts. Alors non. Je ne vais pas me dévouer à essayer de synthétiser le chantier narratif de Nomura. Les Sans Coeurs, Les Similis, L'organisation XIII, Les gens qui ont des coeurs dans leurs coeurs, les voyages dans le temps, les différentes versions d'une même personne... Nomura lui même ne s'y retrouve plus. Le mieux reste de faire un maximum d'épisodes soit même et de ne pas négliger les plus mineurs. Car oui je le répète, TOUT est important dans la saga. Même les épisodes obscurs sortis sur mobile. Ceux qui vous disent le contraire veulent simplement vous le vendre. Heureusement, il y a de très bons podcasts / livres qui pourront vous être utiles si vous souhaitez combler vos connaissances.

Je me contenterai pour ma part de simplement vous parler de la narration de cet opus sans divulgachages.

PART I.048561 (LE DEROULEMENT)

On retrouve un Sora qui a échoué à l'examen de la Keyblade et qui va devoir trouver le pouvoir de l'éveil. Kairi, elle, a décidé de manier une Keyblade et de s'entrainer en compagnie d'Axel / Lea afin d'apporter son soutient dans la bataille finale. Enfin, pendant ce temps, le Roi Mickey et Riku vont chercher à retrouver les anciens élus de la Keyblade (Ventus, Terra et Aqua) afin de réunir les 7 élus de la lumière qui devront affronter les 13 élus des ténèbres réunis par Xehanort.

On ne va pas se mentir, il n'y a pas grand chose de plus à dire. Le pitch restera sensiblement réduit à cela une grande partie du jeu. Il y aura 2 ou 3 péripéties qui vont retarder l'accomplissement de ces objectifs majeurs et puis voila. Une excuse toute trouvée donc, pour rempiler sur une petite dizaine de mondes Disney/Pixar. Au cours de la visite de ces mondes on pourra voir de ci et de la un membre de l'organisation XIII apparaître, balancer une phrase cryptique aux faux airs énigmatiques et disparaître. Mais en terme de narration il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Les motivations de chacun sont troubles et sonnent tel des prétextes visant à ramener le personnage. On ressent que chaque protagoniste a été intercalé pour avoir son moment, son apparition sans que cela ne soit justifié ni fluide dans le rythme. Et une fois que tout les mondes Disney sont bouclés arrive alors ...

PART II.9989 (L'ARC FINAL)

Toujours sans spoil n'ayez craintes.

Pour la rencontre au sommet, c'est la grande réunion de famille. Chaque fan pourra y voir son chouchou régler ses comptes, affronter sa némésis et régler sa problématique. Un final que je qualifierai de bien trop long (4 bonnes heures qui en paraissent 8) pour ce qu'il a à raconter. Mais qui rempli à fond un cahier des charges du fan-service.
Un enchaînement de combats à outrances dans des couloirs qui mènent à des arènes. Nomura a voulu essayer de refermer toutes les portes qu'il avait ouvertes dans son histoire et dont il a étiré la confiture pendant 17 ans. Il ne manque pas non plus de pomper une idée de Nier Automata au passage avec

les noms des joueurs qui viennent à la rescousse quand tout semble perdu...


Sauf que c'est fait avec la subtilités d'un 33 tonnes sur un lac gelé.

Et quand il n'y en a plus, il y en a encore. Car l'épilogue viendra relancer une piste que seul les gros fans hardcore pourront comprendre. La scène final cachée aura réussis à me faire me mettre une tape sur le front. Non pas parce que c'est génial. Mais Parce que Nomura fait du Nomura. Il ne sait pas ou il va, mais croyez moi... Il y va...

CONCLUSION : L'AS DE TREFLE QUI PIQUE TON COEUR

Un ultime épisode particulier qui reflète bien son créateur. Un mélange de brics et de brocs, de bonnes idées et de moins bonnes, le tout relié comme on peut avec des bouts de ficelles.

Il est dommage de voir l'ambition qu'a Nomura à vouloir créer une saga au scénario tentaculaire et aux ramifications complexes mais à persévérer dans un game design vieillissant en l'agrandissant au lieu de le repenser. En terme de jeu pure c'est juste Kingdom Hearts 1 ou 2 ou Birth By Sleep mais avec de plus grandes zones.

L'aspect scénaristique est, de plus, assez excluant. Le jeu se vendra sur la promesse de son cross over avec Disney mais laissera 75% des joueurs sur le carreau. C'est un jeu pour les passionnés de la série avant tout qui pourront s'extasier en cercle de retrouver leurs personnages fétiches. Je n'ai pas cet attachement. Le scénario est bien trop alambiqué pour ce qu'il raconte vraiment et ça m'a toujours dérangé. C'est aussi fin qu'un Shonen moyenne gamme. Des personnages faussement dark, faussement torturés, mais qui mangent des glaces pour le gouté et qui se marrent pour rien quand quelqu'un dit une blague pas drôle.

Il en reste quoi alors ? Un agréable voyage, dans des mondes reproduit fidèlement avec passion. Les premières heures sont enthousiasmantes au possible, avec une petite chute de rythme en milieu de parcours. Le final ravira les fans et désespérera les gens qui n'ont pas adhérés au délire de Nomura (moi par exemple). Reste également ce système de combat jouissif et franchement réussis. N'oublions pas les pistes musicales de Yoko Shimomura qui sont devenus de véritables hymnes au fil des épisodes.

Kingdom Hearts III est un bon épisode de la saga ne vous y trompez pas. Il n'est pas le plus beau jeu du monde. Il n'est clairement pas le mieux écrit. Et pourtant il y a toujours ce truc magique qui marche quand on y joue. La nostalgie est chatouillée à chaque instant. On passe un agréable moment. Juste un agréable moment. Et les agréables moments, c'est 7. (Surtout quand ils ont faillis être un 6)

Joo-Hwan
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Journal d'un dévoreur de J-RPG

il y a 3 ans

16 j'aime

11 commentaires

Kingdom Hearts III
LaVeine
5

Dernière Fantaisie

Je me demandais quelle réaction j'allais avoir. Kingdom Hearts III, c'était le jeu promis, la conclusion d'une ère qui a régné en maître pendant des années. Du jour où j'ai découvert Kingdom Hearts...

Lire la critique

il y a 3 ans

26 j'aime

25

Kingdom Hearts III
Jérôme_Derochette
5

Le cœur brisé !

Que je l’attendais, ce nouvel opus, même s’il me faut d’emblée l’avouer : les spin-off avaient sérieusement entamé ma confiance. C’est toutefois avec un réel enthousiasme, et les mille et uns...

Lire la critique

il y a 3 ans

18 j'aime

6

Kingdom Hearts III
Joo-Hwan
7

Un, Deux, Trois, Mickey, Donald et Moi

Il est la, le Kingdom Hearts nouveau. Contrairement au beaujolais nouveau qui nous arrive chaque année, le 3éme opus canonique de la saga de Tetsuya Nomura aura pris son temps. Le 2éme opus datant de...

Lire la critique

il y a 3 ans

16 j'aime

11

Elden Ring
Joo-Hwan
10
Elden Ring

Le rayonnement d'un sans éclat

« Sans Eclat ». Un jour, en d’autre temps, d’autres âges, peut être avez-vous choisis d’entretenir la flamme ? A moins que vous n’ayez choisis de l’éteindre…Peut être avez-vous été chasseur de démons...

Lire la critique

il y a 3 mois

39 j'aime

5

Red Dead Redemption II
Joo-Hwan
7

A la croisée des époques...

Il faisait froid, si froid. Déjà de longues heures que nous galopions pour échapper à la mort qui était à nos trousses. Les chevaux enjambaient péniblement les dizaines de centimètres de poudreuse...

Lire la critique

il y a 3 ans

39 j'aime

9

Metroid Dread
Joo-Hwan
7

Rage Against The Machine

Metroid Dread c’est d’abord un projet dont l’existence fut révélée via un document interne de Nintendo listant des jeux qui devaient être annoncés en 2005-2006, sauf que… Rien, nada, quedal, peau...

Lire la critique

il y a 8 mois

26 j'aime

6